Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Accord de gouvernement en Allemagne : la GroKo veut un nouveau départ pour l’Europe mais ne prévoit rien qui le permette vraiment

Après d'interminables discussions, la CDU d'Angela Merkel et le SPD de Martin Schulz sont parvenus à un accord provisoire de gouvernement. Mais malgré les propos de la chancelière, il parait difficile de penser que cet accord marquait "un nouveau départ pour l'Europe".

Ja, aber...

Publié le
Accord de gouvernement en Allemagne : la GroKo veut un nouveau départ pour l’Europe mais ne prévoit rien qui le permette vraiment

Atlantico : Après plus de 100 jours d'incertitude, un accord entre SPD et CDU/CSU semble avoir vu le jour au matin de ce 12 janvier. Angela Merkel faisant suite à cette négociation, a pu déclarer qu'il s'agissait "d'un nouveau départ pour l'Europe" et que l'Allemagne "allait trouver des solutions avec la France". Au regard du texte publié suite à cet accord, quelle est la réalité à attendre au niveau européen ? 

Rémi Bourgeot : Martin Schulz, le chef de file des sociaux-démocrates, a obtenu une victoire de nature dactylographique, l’Europe occupant le premier paragraphe du document d’accord préalable. Sur le fond néanmoins, on ne peut que constater un évitement de la question de la zone euro, les avancées proposées par Paris étant encore taboues en Allemagne. Les partis se sont plutôt engagés sur la voie de formulation relativement vague sur l’Union européenne plus généralement. La question des investissements a été mise en avant, avec la prise de conscience en particulier du problème des infrastructures allemandes.

Au niveau européen, le discours sur les investissements passe par la possibilité d’une contribution plus importante de l’Allemagne au budget européen, mais il ne s’agit pas des projets de consolidation institutionnelle de la zone euro évoqués depuis plusieurs mois dans les cercles européens. En particulier la question de la mise en place d’un budget de la zone euro reste particulièrement problématique, d’autant plus s’il s’agit d’envisager des montants significatifs.

Il semble que les sociaux-démocrates aient réussi à obtenir quelques accords de principe pour des gestes en faveur de l’Europe, mais naturellement ceux-ci ne dépassent pas les tabous allemands en matière de solidarité et de transferts budgétaires. Le décalage entre l’insistance sur la question européenne et le flou des sujets abordés est marquant et pointe le risque d’un emballement rhétorique dans les capitales européennes sans fondements concrets.

​Au regard des propositions faites par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne, quels sont les points d'entente envisageables ? Quelle pourrait être la réalité de ces "solutions" évoquées par Angela Merkel ? 

Le document évoque la coopération franco-allemande, mais on a l’impression qu’il s’agit avant tout de compenser le manque d’avancées concrètes et de ménager Emmanuel Macron qui s’est massivement investi dans cette question malgré le fossé considérable qui sépare la France et l’Allemagne. Alors qu’il a été proclamé que le parachèvement de la zone euro n’était plus qu’une question de mois, à la suite de son élection, la réalité des débats allemands invalide cette représentation de la situation européenne.

L’idée de transformer le Mécanisme européen de stabilité en une sorte de « Fonds monétaire européen » peut paraître grandiose d’un point de vue administratif. Cette proposition sert pourtant surtout à éviter le fond des débats. Ce Fonds servirait à financer des investissements hors des périodes de crise notamment, en échange d’une supervision accrue des budgets nationaux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 13/01/2018 - 20:54 - Signaler un abus Le franco allemand

    N’est pas l’Europe, mais du franco allemand et ces deux pays enmerdent tous les autres.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€