Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abrogation de la loi Taubira : après le revirement de Sarkozy, quelle force de rétorsion la Manif pour tous est-elle capable d'aligner ?

Si Nicolas Sarkozy annonce dans son prochain livre ne pas vouloir revenir sur la loi Taubira sur le mariage homosexuel, il aurait tout à gagner à ne pas sous-estimer le poids du mouvement social La Manif Pour Tous, fortement mobilisé contre cette loi.

Loin d'être anodin

Publié le - Mis à jour le 29 Janvier 2016
Abrogation de la loi Taubira : après le revirement de Sarkozy, quelle force de rétorsion la Manif pour tous est-elle capable d'aligner ?

Atlantico : Nicolas Sarkozy annonce dans son prochain livre ne pas être favorable à un retour sur la loi sur le mariage homosexuel. Ne risque-t-il pas, avec cette posture, de se mettre à dos la partie conservatrice de l’électorat de droite ?

Roland Hureaux : Je ne crois pas que ce soit une question d'électorat : même si les foules qui ont manifesté contre la loi Taubira étaient nombreuses, ceux qui se détermineront uniquement sur ce sujet le sont moins. Mais parmi eux se trouvent beaucoup de militants, pour ne pas dire d'activistes, dont certains étaient entrés à l'UMP sous le label de Sens commun. D'autres y sont sous celui du Parti démocrate-chrétien. Un sondage fait à l'automne dernier avait montré que l'opinion n'était pas aussi fermée que certains le pensent à la remise en cause de la loi Taubira : seuls 46% souhaitaient la conserver telle quelle, 22% voulaient l'abroger, et 32% des Français se prononçaient pour une “réécriture dans le sens d’une union civile en mairie pour les couples homosexuels".

 Si on ne considère que les électeurs de droite, une large majorité   souhaitent aujourd'hui une réécriture (40%) ou une abrogation (36%), soit 76% d'hostiles au maintien en l'état.

Il y a aussi, par-delà la question propre du mariage des homosexuels, l'image que va donner Nicolas Sarkozy en prenant cette position : celle d'un homme qui ne tient pas parole, ou pire encore celle d'un homme qui se "dégonfle" devant le "politiquement correct", qui rentre dans le rang en quelque sorte. Les gens de la Manif pour tous ne sont pas les derniers ces jours-ci à répandre cette opinion. On peut d'ailleurs regretter que le buzz fait autour de cette question ait un peu brouillé la sortie d'un livre qui contient par ailleurs d'excellentes choses. Mais n'était-ce pas  prévisible ? Or, rien n'obligeait Nicolas Sarkozy (à moins qu'il n'ait fait l'objet d'un chantage de certaines forces) de parler de cela dans son livre.

Je récuse par ailleurs l'expression "la partie la plus conservatrice de l'électorat de droite". Il est  vrai qu'on ne sait plus très bien ce que des mots comme "conservateur" veulent dire aujourd'hui. Mais si vous entendez la partie la plus à droite de l'électorat, non : les gens qui ont manifesté en 2012-2013 sous la bannière de La Manif pour tous votent plutôt "Républicain" que Front national. Parlez-en à Frigide Barjot.

Quel est le réel poids électoral d’un mouvement comme la Manif Pour Tous, qui a fait de la lutte contre la loi Taubira son cheval de bataille ?

Les homme politiques de droite ont tendance à penser que c'est quantité négligeable. Ou alors ils disent que se mettre à dos les gens de cette sensibilité n'a pas d' importance puisque de toutes façons ils leur reviendront, n'ayant pas le choix au second tour. Ils auraient pourtant dû être attentifs à certains épisodes électoraux qui montrent que La Manif pour tous pèse plus qu'ils ne le pensent. Les échecs à la mairie de Strasbourg de la sénatrice UMP Fabienne Keller qui avait voté, on se demande pourquoi, la loi Taubira ou, à la mairie de Paris, celui de Nathalie Kosciusko-Morizet, dont la simple abstention avait choqué beaucoup d'électeurs de la droite parisienne, ne sont certainement pas étrangers à leurs prises de position.

Le sénateur Jean-Pierre Michel (PS), un des plus ardents promoteurs du mariage homosexuel - et fondateur du Syndicat de la magistrature, ce qui n'arrange rien - a perdu son siège en 2014 quand les maires ruraux de la Haute-Saône ont appris ce que leur élu faisait de son mandat.

Aux dernières régionales, La Manif pour tous a encore frappé. La liste UMP qui a fait le plus faible score, la seule en-dessous de 20% au premier tour, est celle qu'a conduite en Midi-Pyrénées Dominique Reynié, président de la Fondation pour l'innovation politique, professeur à Sciences Po Paris et ardent promoteur du mariage homosexuel et même de la gestation pour autrui. Il eut beau, pour se défendre, prendre des représentants de LMPT sur sa liste, personne ne fut dupe.

Dans ces affaires, il ne faut pas voir seulement l'effet du  nombre. Les gens qui ont milité dans La Manif pour tous, même si certains les jugent ringards, ont généralement une intense vie sociale : dans les paroisses, les associations de parents d'élèves, voire les partis politiques ou  tout simplement dans les dîners en ville. Bref, ils causent. Ils ne disant pas nécessairement : "je suis contre Untel parce qu'il a voté pour La loi Taubira ou qu'il s'est abstenu, ou qu'il ne l'abrogera pas".  Eux aussi font attention à rester politiquement corrects. Mais ils le critiqueront sur d'autres plans, ils répandront ce qui est pire que l'opposition franche, un climat de scepticisme, en tout cas ils ne militeront pas activement pour lui. Or, à quoi sert de voter pour X quand on en a dit du mal chez le boulanger pendant des mois ? Dans le résultat final, il faut faire la part de ce genre de dénigrement au quotidien dans les mois qui précèdent le vote. Le résultat, c'est une campagne plombée : on a pu voir ça avec Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris ou Dominique Reynié à Toulouse. Leur campagne démarrait mal, comme si les candidats avaient des semelles de plomb. Valérie Pécresse, elle, a évité cet écueil en votant contre la loi Taubira : heureusement, sinon je pense qu'elle n'aurait pas été élue à la région Île-de-France.

Il est important de prendre en compte ces facteurs invisibles qui font qu'une campagne électorale prend ou ne prend pas. Et je pense qu'en l'espèce, La Manif pour tous a joué et peut encore jouer un rôle très important pour soutenir ou au contraire plomber un candidat.

Dans la primaire de droite, certains opposants au mariage homosexuel pourraient même préférer Juppé qui lui , ne leur a pas donné de faux espoirs. A moins qu'ils n'obliquent vers le FN, ce qui n'était pas forcément écrit à l'avance.

Nicolas Sarkozy perd aussi de vue une donnée de marketing commercial : il faut se différencier. En s'alignant, sur ce sujet très dramatisé, sur Juppé, Le Maire, Kosciusko-Morizet et peut-être Fillon, quoique ce dernier ne se soit pas prononcé, il aura plus de mal à se distinguer d'eux, d'autant que les programmes économiques des uns et des autres vont nécessairement se ressembler.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gilly - 24/01/2016 - 11:19 - Signaler un abus Expliquer les échecs électoraux

    des uns et des autres par leur prise de position sur le mariage homo est quand même très réducteur ! Ils ont été battus parce qu'ils étaient soit socialistes, soit de la droite molle....

  • Par cloette - 24/01/2016 - 11:26 - Signaler un abus excellent article

    et sa conclusion ": Fonder une loi sur une théorie scientifique non prouvée " C'est exactement cela et on ne peut que constater sa perversion , sans parler de l'ambiance totalitaire dans laquelle elle a été votée ! Il faudrait réécrire la loi après l'avoir abrogée ou non, mais pas forcément tout de suite pour tel ou tel nouveau gouvernement , la paix sociale exige de la patience et de la réflexion

  • Par DrPal - 24/01/2016 - 11:32 - Signaler un abus Que de bon sens!

    Il est très agréable de lire l'ensemble de ces propos, empreints de bon sens, de clarté et de vérité. Par contraste, les mensonges, les enfumages et la rhétorique creuse de la gauche moralisatrice apparaissent pour ce qu'ils sont. La malheur de la droite française (FN mis à part) c'est d'être molle, inconsistante, dégonflée, encore et toujours paralysée par les procès en indignité, en racisme, en xéno, homo, islamo et autres phobies que la gauche, depuis Mitterrand en 74, passe le plus clair de son temps à instruire. J'espère que le meilleur candidat selon moi, François Fillon, s'appuiera sur ces arguments pour prendre l'engagement clair de revenir sur cette loi débile qui insulte la valeur du mariage , la science, l'altérité, la famille, l'enfance, la filiation, la génétique. Effectivement, sur ce sujet aussi, il aurait bien plus à gagner à se démarquer des autres candidats à la primaire qu'à craindre des médias bien-pensants.

  • Par Mamounette - 24/01/2016 - 12:18 - Signaler un abus Dommage collatéral

    Cette loi porte dans son sein un dommage collatéral qu'évoque Gilles Kepel dans son dernier ouvrage : " Terreur dans l’Hexagone". Il écrit dans le chapitre " Les retournements du vote musulman" : "[...] la loi Taubira de mao 2013 pose un problème de principe qui met en cause, aux yeux de certains fidèles, l'universalisme même dont se tague le droit français pour s'opposer à l'application du droit musulman du mariage. Si un lobby bien organisé est parvenu à user de son influence politique pour légaliser une pratique autrefois extralégale, c'est bien que le droit français n'est pas intangible et ne saurait donc s'opposer à ceux qui souhaitent pratiquer des unions musulmanes selon les règles de la charia. Il suffirait qu'un lobby islamique se structure, à l'instar du lobby homosexuel, pour donner force de loi universelle au droit dont se réclame cette communauté. Dans l'attente de l'horizon désormais envisageable de la reconnaissance légale du mariage islamique, et donc de la répudiation et de la polygamie sur le territoire français, rien d n'empêche d'accomplir celui-ci à l'abri [...] du concubinage [...], et dont le président de la République lui-même offre l'exemple. Merci FH et CT

  • Par Wortstein - 24/01/2016 - 17:46 - Signaler un abus excellent article

    qui n'arrive pas là où un autre l'aurait rendu prévisible.

  • Par vangog - 24/01/2016 - 20:49 - Signaler un abus "Il ne faut pas diviser les Français!"...

    Sarko-le-tricheur, Juppe-l'immigrationniste, Le Maire, N-K-M la dhimmi ont peur d'avoir des convictions pour ne pas diviser...ils sont soumis à la dictature médiatique laissant croire à une majorité en faveur du mariage homosexuel. C'est faux et cela ressemble au sondage bidonne par France-télévision Finkelkraut contre Le trotskyste...Marine Le Pen, elle, a des convictions et sait que la majorité est de son côté. Et elle ne craint pas Le terrorisme médiatique: elle abolira le mariage homosexuel lorsqu'elle sera au pouvoir!

  • Par clint - 24/01/2016 - 21:35 - Signaler un abus Eh bien ils voteront Marion Maréchal Le Pen !

    Elle est très traditionaliste, elle les réunira ! Heureusement qu'il y a les traditionalistes musulmans pour réveiller la calotte !

  • Par gerint - 24/01/2016 - 23:20 - Signaler un abus Sarko va payer cher sa trahison

    Rien ne le diiférencue plus des autres. Je ne voterai pas pour lui dans ces conditions mais aussi plein d'autres

  • Par lexxis - 25/01/2016 - 06:36 - Signaler un abus BON VENT!

    On ne choisit pas quelqu'un à droite, pour qu'il entérine lâchement la plus contestable des réformes de gauche.

  • Par Deudeuche - 25/01/2016 - 16:23 - Signaler un abus Excellent article

    bravo! Fabienne Keller a bien payé le prix de sa trahison à Strasbourg et NKM à Paris. Abrogation ou réécriture cela fait toujours une majorité de Français. Abandonner le terrain idéologique et payer les dettes de la gauche il semble que cela est devenu la raison d'être de la gauche. L'apaisement autre mot pour lâcheté ou absence de conviction face à la grande prêtrise bobo-médiatique.

  • Par Deudeuche - 25/01/2016 - 16:25 - Signaler un abus ka raison d'être de la droite

    pas de la gauche bien sûr! Ma fourche a langué...

  • Par Deudeuche - 25/01/2016 - 16:25 - Signaler un abus ka raison d'être de la droite

    pas de la gauche bien sûr! Ma fourche a langué...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€