Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abolition de la peine de mort : comment les Francs-maçons influencent notre vie publique

Si c'est François Mitterrand qui a définitivement aboli la peine de mort en France en 1981, Laurent Kupferman et Emmanuel Pierrat explique que cette abolition résulte de l'aboutissement des luttes antérieures, menées notamment par les Francs-Maçons. Extrait de "Ce que la France doit aux Francs-Maçons" (1/2).

Loges d'influence

Publié le

« J’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la république, de demander à l’assemblée nationale l’abolition de la peine de mort en France… » il aura fallu près de deux siècles de combat abolitionniste pour que ces mots soient prononcés par un garde des sceaux, Robert Badinter, devant l’assemblée nationale, et que le texte soit voté, par 363  voix contre 113, le 17 septembre 1981. l’abolition de la peine de mort en France doit beaucoup à l’impulsion déterminante du président de la république, François Mitterrand, qui n’a jamais, à l’instar de son ministre de la Justice, été initié.

Mais cette abolition est toutefois l’aboutissement de luttes antérieures qui ont été menées par de nombreuses personnalités, parmi lesquelles les francs-maçons sont légion.

Le siècle des abolitionnistes

i les premiers adversaires de la peine de mort trouvent une fenêtre d’expression politique dès les premiers temps de la révolution française, c’est vers Si le milieu du xviiie siècle qu’est apparue la pensée abolitionniste. rappelons simplement que, sous l’ancien régime, la peine de mort était couramment appliquée. elle était particulièrement cruelle ; les modalités de la mise à mort variaient selon les crimes ou les délits commis, et en fonction du message politique que la justice du roi voulait envoyer. ainsi, jusque vers 1750, la décapitation au sabre était réservée aux seuls nobles et gens de qualité. le voleur de grand chemin était quant à lui roué en place publique, le régicide et le criminel d’État étaient écartelés, le faux-monnayeur était bouilli vif, l’hérétique était brûlé, et le domestique voleur était pendu. il n’y avait donc pas de peine capitale unique, et, jusque dans la mort, les privilèges subsistaient. la peine de mort donnait donc, en plus de l’exécution, l’occasion d’événements publics macabres qui étaient censés célébrer tant une punition, une expiation, qu’un message social et politique, par le biais de moyens barbares. en réaction, le courant abolitionniste prend naissance avec la publication, en 1764, du traité Des délits et des peines, de Cesare Bonesana, marquis de Beccaria (né le 15 mars 1738 à Milan, où il est mort le 28 novembre 1794).

Dans cet ouvrage majeur, qui ouvre la voie de la pensée abolitionniste, Beccaria développe des principes qui fondent encore le droit pénal moderne des États. Il définit les bases et les limites du droit de punir, ainsi que la proportionnalité de la peine et du délit, parmi d’autres principes fondateurs comme la non-rétroactivité des lois pénales et la présomption d’innocence. Il écrit notamment : « il me paraît absurde que les lois, qui sont l’expression de la volonté publique, qui détestent et punissent l’homicide, en commettent un elles-mêmes, et que pour éloigner les citoyens de l’assassinat, elles ordonnent un assassinat public. »

Beccaria complète son réquisitoire contre la peine capitale en proposant une solution alternative : « Ce n’est pas le spectacle terrible mais passager de la mort d’un scélérat, mais le long et pénible exemple d’un homme privé de liberté, qui, transformé en bête de somme, rétribue par son labeur la société qu’il a offensée, qui est le frein le plus fort contre les délits. »

Le retentissement de son œuvre est considérable ; et, dans la France des lumières, Beccaria trouve un précieux relais dans le frère Voltaire – qui meurt en 1778, sept semaines après son initiation au sein de la loge des neuf-sœurs. dans le chapitre x de son ouvrage Commentaires sur le livre des délits et des peines, paru en 1766, le philosophe écrit notamment : « on a dit, il y a longtemps, qu’un homme pendu n’est bon à rien, et que les supplices inventés pour le bien de la société doivent être utiles à cette société. il est évident que vingt voleurs vigoureux, condamnés à travailler aux ouvrages publics toute leur vie, servent l’État par leur supplice, et que leur mort ne fait de bien qu’au bourreau que l’on paie pour tuer les hommes en public. […] Ces condamnés sont forcés à un travail continuel pour vivre. Les occasions du vice leur manquent : ils se marient, ils peuplent. Forcez les hommes au travail, vous les rendrez honnêtes gens. on sait assez que ce n’est pas à la campagne que se commettent les grands crimes, excepté peut-être quand il y a trop de fêtes, qui forcent l’homme à l’oisiveté, et le conduisent à la débauche. on ne condamnait un citoyen romain à mourir que pour des crimes qui intéressaient le salut de l’État. nos maîtres, nos premiers législateurs, ont respecté le sang de leurs compatriotes ; nous prodiguons celui des nôtres. »

Si Beccaria n’est pas franc-maçon, il a toujours revendiqué avoir été fortement influencé par un autre philosophe, Helvétius, qui, le premier, organise une pensée en dehors de toute notion religieuse et dont l’apport à la maçonnerie est considérable. nul ne sait exactement dans quelle loge Helvétius a été initié. Mais il est attesté qu’il a fondé en 1766 avec lalande, le célèbre astronome, la loge les sciences, dont il deviendra le premier Vénérable Maître. lalande lui succédera et donnera à la loge les sciences le nom « les neuf-sœurs » – la loge même qui accueillera Voltaire.

Beccaria se revendiquera aussi comme fortement influencé par Montesquieu, le penseur de l’État de droit, concepteur de la théorie de la séparation des pouvoirs. Celui-ci a été probablement initié en angleterre, le 12 1730, par la loge Horn tavern, à Westminster. Dans De l’esprit des lois, Montesquieu relativise l’utilité sociale de la peine de mort. Parce que c’est une peine disproportionnée, elle aboutit à l’effet inverse de celui qui était recherché : « il ne faut point mener les hommes par les voies extrêmes ; on doit être ménager des moyens que la nature nous donne pour les conduire. qu’on examine la cause de tous les relâchements, on verra qu’elle vient de l’impunité des crimes, et non pas de la modération des peines. » suivons la nature, qui a donné aux hommes la honte comme leur fléau ; et que la plus grande partie de la peine, soit l’infamie de la souffrir. que s’il se trouve des pays où la honte ne soit pas une suite du supplice, cela vient de la tyrannie, qui a infligé les mêmes peines aux scélérats et aux gens de bien. »

______________________________________________

Extrait de "Ce que la France doit aux Francs-Maçons", First éditions (4 octobre 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par le Gône - 20/10/2012 - 11:56 - Signaler un abus On leur doit rien!!

    ce sont des nuisible a la république..un contre pouvoir néfatses archaiique....cette secte aurait dû etre interdite depuis longtemps.

  • Par Teo1492 - 20/10/2012 - 12:45 - Signaler un abus Encore une secte...

    ...remplie de sectaires !

  • Par CN13 - 20/10/2012 - 14:54 - Signaler un abus en attendant...

    tout ce qu'on voit, c'est que les pauvres victimes n'ont pas eu droit à l'abolition de la peine de mort. D'ailleurs, remarquez qu'on parle plus des tueurs et qu'ils ont eu droit à des circonstances atténuantes de leur pauvre vie...pour passer à l'acte... que de parler des victimes qui n'ont rien fait et qui se font massacrer.

  • Par DEL - 20/10/2012 - 17:05 - Signaler un abus Pauvres victimes...

    comme dit CN 13: en attendant les employés victimes d'accident de travail sur des chantiers mal sécurisés pour des questions d'argent, ne verront même pas, eux, les responsables condamnés....Comme quoi même les assassins ont droit à deux poids deux mesures: selon que vous serez puissant ou misérable....Mentalité Xviiième siècle pas morte.

  • Par Atlante13 - 20/10/2012 - 17:10 - Signaler un abus Proportionnalté

    Il a pourtant bien parlé de proportionnalité entre le crime et le châtiment. Alors, où est-elle?Un innocent, ou plus, tué = 18 ans théoriques et 12 réels. Où est la justice? Sans aborder le problème de la récidive qui autorise un assassin à recommencer. Qui ose encore p

  • Par Atlante13 - 20/10/2012 - 17:10 - Signaler un abus Proportionnalté

    Il a pourtant bien parlé de proportionnalité entre le crime et le châtiment. Alors, où est-elle?Un innocent, ou plus, tué = 18 ans théoriques et 12 réels. Où est la justice? Sans aborder le problème de la récidive qui autorise un assassin à recommencer. Qui ose encore p

  • Par Ercole - 20/10/2012 - 17:44 - Signaler un abus Quels cons !

    Qu'ils aillent expliquer à la "chance pour la France" qui a tué deux gendarmes à Collobrières que la peine de mort est interdite !!!

  • Par Indigène Indigné - 20/10/2012 - 22:03 - Signaler un abus et ce que l'on doit à Mitterrand ?

    Quand Mitterrand guillotinait pour l'Algérie française : http://m.lexpress.fr/culture/livre/francois-mitterrand-et-la-guerre-d-algerie_933958.html

  • Par simplicissimus - 21/10/2012 - 02:14 - Signaler un abus Antidémocratique

    Phénomène sectaire, la franc-maçonnerie est aussi foncièrement antidémocratique. Par un jeu de pressions occultes, elle a réussi à imposer à la société française des transformations décisives et négatives (abolition de la peine de mort, déferlante migratoire, etc) que le peuple français n'aurait jamais acceptées s'il avait été consulté. Quelques dizaines de milliers de personnes, cultivant le secret et les magouilles et se considérant comme une sorte d'élite de droit divin, ont réussi à imposer leurs choix idéologiques à des millions d'autres. Et ils s'en vantent! Il faut rappeler qu'en Grande-Bretagne, pays qui accueillit pourtant les premières loges, les magistrats et les policiers qui en font partie doivent officiellement le signaler. Il devrait en être de même en France et il faut espérer qu'un mouvement d'opinion se créera pourl'exiger. Ce serait un acte de simple moralité publique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Kupferman et Emmanuel Pierrat

Laurent Kupferman est comédien et chanteur. Il est par ailleurs cofondateur de l'Orchestre symphonique d'Europe  et conseiller au Cabinet du Ministre de la Culture. Il est par ailleurs consultant en communication et chroniqueur littéraire dans le 17-20, un Talk-Show animé par Alexandra Kazan sur SNCF La Radio.

Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris et dirige un cabinet spécialisé dans le droit de la propriété intellectuelle. Chroniqueur, romancier et auteur de nombreux essais et ouvrages juridiques, il est notamment l’auteur de La Justice pour les Nuls (First, 2007).

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€