Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

ABCD de l’égalité ou mallette pédagogique, même combat : pourquoi les "rééducations du peuple" sur le genre ne fonctionneront jamais

Benoît Hamon a présenté le lundi 30 juin le contenu de son "ABCD de l'égalité", devenant au passage "mallette pédagogique", afin que les enseignants transmettent dès la rentrée prochaine les valeurs d'égalité entre filles et garçons.

Mallette d'Orwell ?

Publié le - Mis à jour le 4 Juillet 2014
ABCD de l’égalité ou mallette pédagogique, même combat : pourquoi les "rééducations du peuple" sur le genre ne fonctionneront jamais

Le gouvernement a décidé de continuer son opération de (ré)éducation des enfants à l'égalité femme-homme. Crédit Reuters

Atlantico : En remplaçant les ABCD de l'égalité par une mallette pédagogique, le gouvernement décide de persévérer dans son opération de (ré)éducation des enfants à l'égalité femme-homme. Une telle approche a-t-elle jamais porté ses fruits ?

Michel Maffesoli : La rééducation voire même l’éducation quand elle tend à la rééducation est une méthode totalitaire.
Qu’il s’agisse de l’inquisition et de l’obligation faite aux impies de se convertir, de l’obligation faite aux prêtres de prêter serment à la déesse Raison, de l’enrôlement des jeunes filles et jeunes gens dans les  mouvements de jeunesse nazis ou staliniens, le résultat est le même : une torture qui mène à la révolte et au renversement du pouvoir.
 
Bien sûr, il y a loin d’une “mallette” à l’embrigadement dans les “Hitlerjugend” ou les Pionniers ; il n’empêche, il faut toujours se méfier des tentatives de rééducation conduites par la puissance étatique.
 
La Norvège, longtemps pionnière dans ce domaine s'est finalement détournée de la théorie du genre après que plusieurs études ont montré l'incapacité des politiques qu'elle avait mise en place à venir à bout des comportements genrés.T. Diseth, professeur à l'université d'Oslo a notamment démontré que les garçons et les filles montraient une préférence pour les jouets assimilés à leur genre dès l'âge de 9 mois.
 
Jean-Paul Mialet : A ma connaissance, il n’y a pas de pays où l’on a véritablement éduqué ou rééduqué les enfants à l’égalité homme-femme. Mais il y a un peu partout en Occident un autre regard porté sur le rôle des hommes et des femmes dans la société, et ce regard influence certainement le comportement de l’environnement des enfants : parents, famille, enseignants. Sans qu’on leur en fasse la leçon, les enfants d’aujourd’hui ne sont plus élevés comme du temps de Freud et je doute qu’ils aient la même représentation de l’homme et de la femme. Seule la Norvège, me semble-t-il, a mis en place dans certaines écoles un véritable programme éducatif.
 
Et le but de ce programme n’est pas d’éduquer les enfants à l’égalité homme-femme mais plutôt d’éradiquer toute différence entre le masculin et le féminin. Cela conduit  à n’employer que des jeux neutres et des pronoms neutres. Je ne crois pas que nous ayons suffisamment de recul sur ce programme d’éducation à  la non-différence, mais il me parait vertigineux. Ces enfants  que l’on veut conditionner à éliminer toute différence seront bien confrontés à des dissemblances naturelles ! Devront-ils se contraindre à ne pas remarquer que les mains des filles sont plus fines et que les garçons courent plus vite ?
 

De quelles études scientifiques sérieuses dispose-t-on dans ce domaine ?

Michel Maffesoli : Je ne suis pas scientifique et ne pourrai vous répondre sur la question des préférences des petites filles pour les poupées et des petits garçons pour les camions de pompiers. 
Je pense en revanche et ma position est plus philosophique que scientifique qu’une société qui ne reconnaît plus le primat de la nature, qui pense que l’homme est totalement maître de ce qu’il est, y compris de la détermination des différences entre féminin et masculin est une société paranoïaque. Cette croyance dans la toute puissance de l’homme, maître et possesseur de la nature est ce qui nous a conduit il est vrai aux belles réalisations de l’époque moderne, mais également aux pires dévastations.
 
Dans la culture judéo-chrétienne, Dieu créa l’homme et la femme “à son image” ; vouloir modeler garçons et filles à l’image d’un humain homogène et sans aspérités relève de la même conception. Je ne sais pas ce que disent les études statistiques sur les pourcentages respectifs de filles et de garçons qui préfèrent jouer aux Playmobil château des fées ou château des chevaliers, mais je pense que garçons et filles ont besoin d’images et de jeux pour exprimer leur part masculine et leur part féminine et qu’il n’est pas bon que les adultes veuillent intervenir dans ce processus.  
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 01/07/2014 - 08:23 - Signaler un abus 1984

    Conforme à la prédilection Socialiste pour les mondes Orwelliens !

  • Par vangog - 01/07/2014 - 10:39 - Signaler un abus Ces deux penseurs dissertent sur

    une réalité que tout le monde connaît, dorénavant: L'incapacité des gauchistes à analyser leurs erreurs (ou les erreurs passées d'autres pays qui ont tenté, sans succès, la rééducation-et pour cause-, mais ils évitent soigneusement de parler des conséquences prévisibles de ces mesures contre-nature. Le refus de la différenciation apparente à un refus du choix naturel des idéaux, qui s'expriment différemment selon le sexe, mais qui gravitent tous autour des quatre axes majeurs: Liberté, Amour, Vie et Possession. La différenciation, en permettant à l'individualité de s'exprimer, est le moteur des choix différents des idéaux. On voit que la préoccupation gauchiste est de substituer aux choix individuels ( forcément erronés...) des choix collectifs issus d'une idéologie mortifère. Et la préoccupation majeure est de couper les enfants des idéaux anti-collectifs, ceux comme la Liberté et la possession qui sont source de création et d'ambition. Même la vie est dévalorisée, puisqu'une sous-vie est proposée aux générations futures qui crouleront sous les dettes de la social-démagogie et du chômage de masse... Ne reste plus...que l'Amour, l'éternelle tarte à la crème de toutes les démagogies

  • Par cloette - 01/07/2014 - 10:49 - Signaler un abus Ce n'est plus la boîte à outils

    c'est la mallette, un récipient transportable aussi , le mot clé du gouvernement, quelle trouvaille ! Pour la croissance,"la boîte à outils",hélas l'outil était de mauvaise qualité,et la mise en boîte de son propriétaire immédiate. Bref tout le mone a bien rigolé. Maintenant, pour le grand projet du changement d'humanité, c'est "la mallette", plus chic, moins prolétaire : On pense à l'attaché-case de l'homme d'

  • Par Anguerrand - 01/07/2014 - 10:55 - Signaler un abus ABCD de l'égalité supprimée ou " remplacée"?

    par un texte légèrement modifié, on peut faire confiance aux socialos pour contourner un texte unanimement rejeté par un texte dont le fond sera identique. Le même processus que pour les portiques " écoles" ou seul le nom à été changé et ses modalités. Le PS est marxisant et veut toujours rééduquer le peuple comme l'a fait l'URSS avec le succès que l'on connaît.

  • Par cloette - 01/07/2014 - 10:56 - Signaler un abus suite

    d'affaire distingué, plus riche plus signe d'opulence à venir avec mallette de billets, plus mystérieux ,normal pour "le Grand Secret" en préparation, mais..;il parait que c'est une mallette pédagogique, pas le petit cartable rose de l'écolier de maternelle qui contient le goûter, mais celle du "pédagogue" qui s'est transformé en représentant de commerce. Honni soit qui mallette y pense!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 01/07/2014 - 10:57 - Signaler un abus Et si ils se contentaient d'enseigner

    Ils ne sont même pas capables d'apprendre aux enfants les fondamentaux, lire, écrire, compter, et ils veulent en faire des philosophes de la téléréalité..... Le pire c'est qu'on paye des chercheurs en PEDAGOGIE !!!! il y a vraiment des coups de pieds au c.. qui se perdent.

  • Par mado83@free.fr - 01/07/2014 - 12:31 - Signaler un abus B Hamont

    Un porte parole du Ps, ministre de l'E.N, on y croit pas. Laissons les enfants libres de choisir leurs jouets et ne faisons pas de l'école primaire une école de philosophie enfantine.Enfin, un garçon et une fille c'est différent, qui le nie..maintenant ouvrir l'univers professionnel aux filles et changer le partage des tâches, c'est utile.. Ne pas oublier que l'école donne un socle d'apprentissage essentiel commun à tous..on juge les enfants comme des cartes magnétiques neutres.. mais ils vivent, comme nous le monde contemporain à leur niveau.. alors la mallette de B.H, , de la rigolade pour ministre désoeuvré et inadapté..

  • Par gerint - 01/07/2014 - 14:01 - Signaler un abus Toutes ces théories mortifères

    ne serviront qu'à devoir former de nombreux psychiatres pour essayer de réparer les dégâts et si elles réussissaient trop bien on aurait une société de mollassons indifférenciés incapables de prendre des décisions fortes, bons qu'à faire la fête dans un monde soit-disant parfait, et à se faire croquer par la première force venue ayant gardé des valeurs anciennes plus rustres peut-être mais plus conformes à la nature, plus aptes à la conquête et à la défense à partir de repères solides.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Maffesoli

Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.

Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaus Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).

Michel Maffesoli a publié au mois d'octobre 2014 L'Ordre des choses (CNRS éditions). Puis La France Etroite en 2015 et La Parole du silence, au Cerf en 2016. 

 

Voir la bio en entier

Jean-Paul Mialet

Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.

Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.

Ses travaux l'ont mené à écrire deux livres (L'attention, PUF; Sex aequo, le quiproquo des sexes, Albin Michel) et de nombreux articles dans des revues scientifiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€