Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abandon de NDDL : pourquoi Emmanuel Macron et Edouard Philippe surestiment l'habileté politique de leur décision

L'opération de communication est une réussite pour le gouvernement. Mais l'opération Macron-Philippe aura bien des conséquences, tant financières que politiques.

Conséquences

Publié le
Abandon de NDDL : pourquoi Emmanuel Macron et Edouard Philippe surestiment l'habileté politique de leur décision

A première vue l'opération Macron-Philippe montrant, à grand renfort de mise en scène et de dramatisation, qu'à l'inverse de leurs prédécesseurs, ils savaient, eux, prendre des décisions difficiles, est plutôt réussie: d'après un sondage Elabe pour BFM-TV, réalisé dans la foulée de l'annonce de l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, 74% des Français ont déclaré approuver ce choix , laissant les élus de l'Ouest,-Gauche et Droite réunis à leur fureur, accuser le Président de la République "de bafouer 179 décisions de justice" en faveur du projet et de "capituler " devant les Zadistes.

Au delà de cette approbation globale, 58 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement a fait preuve de "courage", alors que 42% disent qu'il a renoncé et cédé aux opposants."Déni de démocratie" clament encore les partisans du projet à l'instar de l'ancien Premier Ministre Jean-Marc Ayrault. Mais ce dernier était trop respectueux lorsqu'il était à Matignon, pour bousculer les atermoiements de François Hollande. Et Nicolas Sarkozy avait reculé devant la résistance des zadistes, craignant que le sang coule dans une opération d'évacuation. "Il est temps désormais que l’Etat soit clair dans ses choix et ferme dans leur mise en oeuvre", a déclaré Edouard Philippe. Il est attendu.

 Aujourd'hui en première ligne, le Premier Ministre tente de justifier l’abandon du projet "de l'aéroport de la division" par "la gravité des enjeux économiques que le pays traverse", et "la gravité des enjeux de sécurité". Mais l'exécutif est loin d'en avoir fini avec cette affaire, et les conséquences de cet abandon seront multiples : même si l'évacuation de la Zade se passe convenablement, (il est trop tôt pour se livrer à des pronostics), l'addition sera lourde, pas uniquement sur le plan financier :  il y aura également un prix à payer sur le plan politique. Impossible d'avancer une estimation chiffrée ou un pronostic électoral car l’impact de ce coup d'arrêt sera considérable dans l'Ouest de la France, et sans doute au delà.

Les conséquences financières

Sur le plan financier : même si le montant de 350 millions d'euros de dédommagement prévu dans le contrat en cas d'abandon pour la société Vinci peut être réduit à l'issue de négociations, voire de procédures judiciaires, l'Etat devra mettre la main à la poche. Et ceci en dépit des allégations fantaisistes de la France Insoumise dont les porte paroles affirment que l'Etat n'a pas à verser un sou de dédommagement au grand capital...Loin du discours sur la priorité donnée à l'amélioration des transports de proximité, le premier Ministre a promis le renforcement des liaisons ferroviaires entre Nantes, Rennes et les aéroports parisiens. Cette compensation qui nécessitera des aménagements de gares, aura forcément un coût que la SNCF ne sera pas seule à supporter. Car personne ne croit que l'allongement de la piste de l'aéroport de Nantes représente une véritable alternative au projet Notre Dame Dame-des-Landes. "Il n'y a pas de plan B, cette extension ne verra jamais le jour car derrière, il y a des sites Natura 2000 ; donc, ça ne se fera pas " affirme la présidente du groupe LR des Pays de Loire. Au delà des problèmes soulevés par les questions environnementales chaque fois qu'il est question de la réalisation d'un projet, surgit la question plus générale : une politique d'aménagement du Territoire est-elle encore possible en France, quand on voit que tout nouveau projet d'équipement engendre des occupations et la création de Zade ? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 18/01/2018 - 09:14 - Signaler un abus Immense soupir de soulagement !

    Emmanuel Macron semble prendre une attitude réaliste au sujet de l'immigration et 78% des français estiment qu'il a pris la ''bonne décision'' au sujet de l'aéroport. Je donne mon avis sur ce sujet dans d'autres articles d'Atlantico. En tout cas, je confirme mon ''immense soupir de soulagement'' ! Certes, Marine Le Pen n'a pas été élue, mais au moins, nous avons évité l'épouvantable catastrophe qu'aurait constitué l'élection des crapules politicardes des partis Socialistes et Ripoublicains ! Avec une mention spéciale pour ''l'escroc autiste'', François Fillon !

  • Par Citoyen-libre - 18/01/2018 - 09:51 - Signaler un abus La mémoire courte

    Que serait aujourd'hui la France, si des "zadistes" avaient gagné sur tout le territoire : quid des 50 centrales nucléaires, des autoroutes, des Tgv, de toutes les infrastructures existantes, etc. Quand on sait que le sport national des français est la contestation des permis de construire... J'ignore l'intérêt ou pas de cet aéroport, ce qui est lamentable, c'est le processus de décision de l'état français. Un état sans conviction, sans courage, sans volonté. Il suffit d'être une grande gueule minoritaire dans une association, et on emmerde la grande majorité silencieuse de ce pays, qui ne dit jamais rien et qui subit les phantasmes existentiels de quelques individus. Et on l'observe sur plein de sujets actuels. Une décision demande intelligence et courage. On paie nos dirigeants, pour diriger le pays, le moderniser et exister dans la mondialisation. Leur problème de communication, leur réélection m'importe peu. Comment faire comprendre à des politiciens à la mentalité administrative, ce que veulent dire les mots : résultats, progrès, réussite, succès ?

  • Par gaetan ribault - 18/01/2018 - 10:08 - Signaler un abus DES ZADs partout

    NDDL va donner l'exemple. Chaque projet important se verra occupé par des Zadistes. Bientot construire sa maison serra le terrain occupé par une dizaine de barbus au RSA.

  • Par vangog - 18/01/2018 - 10:17 - Signaler un abus L’abandon, une « décision difficile »??????...

    Je ne dois pas avoir la même conception de la difficulté que cette Anita Hauser...abandonner devant 300 fascistes-zadistes « difficile »?...non! C’est la résistance face au fascisme de la pensée qui est difficile, Anita...vous devriez essayer!

  • Par kelenborn - 18/01/2018 - 12:46 - Signaler un abus Hausser

    est comme JMS , Garibal et Jacquet: elle gagnerait à aller à la maison de retraite de Chamalières aider Giscard à fabriquer des fruits déguisés et à les ranger dans des tuperware comme disait Gerra! Y en a quand même assez de ces "has been" récupérés sur le bon coin et qui n'ont rien à dire! Ce qui va compter, dans les prochains mois n'est le la question de l'opportunité ( même cet abruti de De Villiers était contre car il craignait de voir les bleus débarquer pour casser la gueule à La Roche Jacquelin ( les bleus c'est pas Griezman- ça c'est pour Ah2boue)... CE qui va compter c'est ce qu'évoquait Rayski: un nouveau coup de canif dans la démocratie de la part de ces bobos guignols) et cela ne se pardonne ni ne s'oublie!

  • Par Carl Van Eduine - 18/01/2018 - 18:16 - Signaler un abus Courage fuyons ?

    L' Etat a perdu sa légitimité au fil des ans dans l'Ecole, dans les cités, dans la rue de plus en plus, où la délinquance croît. Alors à court terme, l'Etat a raison de renoncer : ce cas était pourri. Ce qui est dommage, c'est qu'on s'oriente peu à peu vers un Larzac bis, où force restera aux ennemis de la loi _ indépendamment du fait que celle-ci soit appropriée ou non. Il nous faut un sursaut de l'Etat : dans son cadrage législatif du juridique, qui exerçe une mandature hors sol et sans mandat, dans sa reprise en main de l'Ecole, des cités, de la rue, en évitant les amalgames karcheristes qui ont laissé de vilaines traces. Il n'y a pas de démocratie sans droit, il n'y a pas de droit sans justice, il n'y a pas de justice sans autorité, pas d'autorité sans police, pas de police sans courage ... politique. La France est autoritaire, et centralisatrice quant au politique, laxiste et abandonniste quant aux territoires perdus. Et veule : pour ne pas effrayer sa clientèle, les bobos, elle ne nomme pas ses ennemis. Qui se répandent. Venant d'ailleurs ou d'ici. Elle ne peut donc les combattre. D'où à terme, désobéissance généralisée, auto-défense, jacquerie : ça ira pire demain !

  • Par Bobby Watson - 18/01/2018 - 18:28 - Signaler un abus Lâche soulagement

    C'est l'expression qui me vient en tête quand je vois ces reculs successifs devant des minorités qui effraient le nouveau pouvoir. " on allait voir ce qu'on allait voir.." et on a vu un premier ministre se déballonner devant l'extrême-gauche . Ce renoncement en annonce d'autres. Il fait suite à l'abandon du TGV de Toulouse et Perpignan, à la fermeture de Fessenheim... Quand on pense que les thuriféraires de Macron le comparaient à ... De Gaulle ! On pense plutôt à JJSS bataillant contre Concorde dans les années 70.

  • Par A M A - 18/01/2018 - 19:27 - Signaler un abus Ils sont tombés dans le piège

    Ils sont tombés dans le piège en finassant dans un sujet explosif et contagieux, soigneusement concocté. Leur perte de crédit est considérable. C'est le début......

  • Par Geolion - 19/01/2018 - 22:53 - Signaler un abus Macron ? Blablabla et retournements de veste permanents !

    Par la décision qu'il a prise d'abandonner le projet d'aéroport de NDL, il a bafoué les électeurs qui y étaient favorables ! De plus, il s'est renié, en ne tenant pas sa promesse électorale de respecter le référendum favorable à l'aéroport. Il a, de plus et encore, bafoué les innombrables rendus de justice tous favorables à l'aéroport. Et enfin il s'est couché "couché" devant une poignée de violents opposés à cet aéroport ! Au fait, de quoi vivent les "zadistes" si ce n'est de subventions de l'Etat, payées par les citoyens, sous forme de RSA ou autres, au lieu de chercher du travail ? La conclusion est que Macron, à mes yeux et aux yeux de très nombreux citoyens, est totalement discrédité ! Il ne reste que ses interminables discours où des gens s'endorment. Enfin, il accrédite le fait qu'en France une poignée d'opposants peut faire capoter toute tentative de réforme dans le pays !

  • Par Geolion - 19/01/2018 - 23:02 - Signaler un abus Avez-vous remarqué ? Silence

    Avez-vous remarqué ? Silence radio total de Macron à propos de la décision prise sur NDL...Pourquoi ?? Parce qu'il ne pouvait décemment pas annoncer lui-même la décision prise alors qu'il avait opté pour la réalisation de l'aéroport lors de sa campagne présidentielle ! Il a donc mandaté son premier ministre en lui recommandant bien d'employer le "je", "j'ai décidé"...Une honte ! Et quant aux médias, aucun n'a relevé, bien entendu, cette anomalie de com ! Médias bobos aux ordres ! Même chose pour les prisons où se font massacrer des gardiens (et ça n'est qu'un début) par des intégristes musulmans. Silence radio de sa part ! Sauf pour menacer les gardiens qui viendraient à mettre une tarte à ces voyous pseudo religieux, pour se défendre, et en se gardant bien de mettre en garde ces voyous ! Le monde à l'envers ! Macron : c'est un pas en avant intéressant en plein jour et médiatisé, suivi d'un pas en arrière d'annulatrion, la nuit en catimini et sans média ! Un blablateur permanent coupé totalement de la vie et donc des problèmes des citoyens ! Seul l'intéresse les parades internationales !

  • Par vangog - 20/01/2018 - 00:41 - Signaler un abus @Geolion Si, si, nous les patriotes avions remarqué tout ça...

    et bien avant l'élection présidentielle, il y avait-il des signes qui ne trumpaient pas: impasse sur les résultats économiques du ministre Macron, utilisation des services de Bercy et de ses traitements étatiques pour préparer sa campagne, financement par des voleurs de grand-chemin, servilité médiatique...la naïveté française a encore mis un petit escroc sans envergure au pouvoir! Mêmes causes, mêmes consequences...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 20/01/2018 - 09:15 - Signaler un abus Quand un salarié de Thales

    Quand un salarié de Thales baisse son froc détant ses collègues il est viré, quand E.Philippe baisse sa culotte devant les Zadistes la presse applaudit...Cherchez l'erreur !. ..nous sommes définitivement soumis au pouvoir des médias et de la bienpensance généralisée. Nos présidents sont cooptés par les journaleux, aucune décision politique ni projet de loi n'est aujourd'hui possible s'il ne s'appuie sur les sondages et n'est soutenu par les médias majoritairement de gauche. Les procés se font aujourd'hui en direct à la télévision sous la houlette du procureur Elise Lucet, du président Yves Calvi et des juges L.Ruquier et M. O.Fogiel.........la carte de journaliste ou une quittance de loyer dans le marais remplacera bientôt la carte d'´électeur .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€