Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

70 après...comment le tabou absolu de l’arme nucléaire est en train de sauter

Selon Jacques Hymans, professeur de relations internationales à l'Université de Caroline du Sud, la tabou du nucléaire qui dure depuis 70 ans, subirait une forme d'usure notamment en raison du changement de génération des dirigeants, ceux ci n'éprouvant plus la même peur vis à vis de l'arme nucléaire.

Mieux vaut tard

Publié le
70 après...comment le tabou absolu de l’arme nucléaire est en train de sauter

​Atlantico : Dans quelle mesure le tabou ultime de l'arme nucléaire pourrait être moins d'actualité qu'il ne l'a été par le passé ?​ 

Philippe Wodka-Gallien : ​Le professeur Jacques Hymans nous invite à approfondir notre réflexion sur la place de l'arme nucléaire dans le système international d'aujourd'hui, notamment au regard de la crise actuelle centrée entre la Corée du Nord et l'Amérique de Donald Trump. Mais les enjeux des stratégies nucléaires ne se limitent pas à l'Extrême Orient. Les stratégies nucléaires restent défensives, tout en autorisant à l'Etat détenteur une liberté d'action. Le calcul pour un dirigeant à l'initiative consiste à ne pas toucher les intérêts vitaux d'une autre Nation Nucléaire.

L'année 2014 constitue une date charnière. Suite à la crise ukrainienne, les stratégies de dissuasion avec armes nucléaires sont sorties d'une certaine réserve, voire de l'oubli. Tournant le dos à une espérance de partenariat, Moscou et Washington ont alors, à l'occasion de cette crise, remis en avant leurs arsenaux nucléaires, mais en les maintenant intégrer à une stratégie de dissuasion. Le dossier iranien puis les provocations nord coréennes ont alimenté cette nouvelle tendance aux crispations et aux tensions inter étatiques. La modernisation des arsenaux nucléaires, partout a parachevé une séquence nouvelle de course aux armements. Le non emploi reste le principe des stratégies Nucléaires.

La France et le Royaume Uni restent fidèles à cette ligne. Je pense donc que le tabou du non emploi est solide, et cela malgré l'effervescence médiatique qui accompagne en temps réel l'expression des rapports de Forces. Le non usage de l'arme nucléaire s'appuie aussi sur le droit international de l'atome, le TNP, le traité d'interdiction des essais et des résolutions de l'ONU Hiroshima et Nagasaki restent je pense très présents dans les esprits, même 72 ans après l'événement. Les 200 000 victimes, en un instant, des deux bombardements restent une réalité très présente dans l'imagerie collective de l'arme nucléaire. Dès lors, la rationalité s'impose.  Une frappe Nucléaire, c'est une ville, une bombe et des centaines de milliers de victimes, la fin d'une civilisation en quelques secondes. Cette équation reste, je l'espère, dans l'esprit des dirigeants dépositaires du feu nucléaire. A cet égard, les cérémonies chaque année au Japon, les 6 et 9 août, à Hiroshima et Nagasaki, sont là pour nous le rappeler. C'est un message d'appel au désarmement, comme le prévoit le Traité de non-prolifération, mais cette cérémonie sert aussi le message de la dissuasion à base d'armes nucléaires, paradoxalement. Ceci en rappelant l'horreur d'une frappe Nucléaire sur une population civile. Pour autant, le tir de semonce, de démonstration pourrait devenir un scénario probable. Pour l'instant, on en est encore loin. En Europe, nous avons d'autres références : 14-18, Verdun, le nazisme, les bombardements et la Guerre doit être proscrite de notre continent. Le plus jamais ça a justifié le programme nucléaire Français. La stratégie de défense avec arme nucléaire s'exprime par des manœuvres de dissuasion : mise en avant des forces aériennes à capacité nucléaire a l'occasion de leurs exercices, vols de bombardiers à long rayon d'action, des Sous-marins lanceurs d'engins, essais de missiles balistiques etc...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/08/2017 - 10:42 - Signaler un abus En fait le problème de la

    En fait le problème de la corée du Nord est beaucoup plus simple..... .....Il s'agit d'une marionnette de Pekin destinée à tester et occuper les occidentaux......Pendant ce temps là, les américains et leurs alliés occidentaux lâchent tout aux chinois en espérant qu'ils calment le débile mental qui est aujourd'hui à la Chine ce que Castro était à l'union soviétique...... ... Elle est pour qui la bonne affaire ?

  • Par J'accuse - 16/08/2017 - 11:47 - Signaler un abus La diplomatie américaine est nulle depuis toujours

    Ce qui a justifié le programme nucléaire français n'est pas le "plus jamais ça", mais la volonté de De Gaulle de placer la France au sommet de la hiérarchie mondiale, et l'indépendance vis-à-vis des États-Unis. Je partage l'analyse de "Paulquiroule", et j'avais déjà souligné que Kim servait à distraire les États-Unis pour permettre à la Chine de poursuivre tranquillement ses projets politiques, militaires et économiques en Asie et au-delà. Les Américains n'ont jamais compris la diplomatie, et leurs présidents se font toujours rouler dans la farine: Roosevelt par Hirohito (Pearl Harbour) et Staline (Yalta), Kennedy par Khrouchtchev (Cuba), Johnson et Nixon par Mao (Vietnam), et Obama par Poutine (Ukraine et Syrie) pour citer les plus connus; et maintenant Trump par Xi.

  • Par Deneziere - 17/08/2017 - 09:12 - Signaler un abus Il y a bel et bien un changement larvé de doctrine en France !

    En mettant au pouvoir l'idéologie bobo-pacifiste-mondialisée, en élisant à la présidence un hologramme des médias bergé-pigasse, qui ne sait pas définir la culture française, et en ouvrant grand les portes à l'ingérence supra-nationale (OMC, CJE...), on continue de plus belle à étouffer le concept de nation. Or la défense nationale, mais c'est encore plus vrai pour le nucléaire, est vide de sens sans une définition tangible et vécue de ce qu'est une nation. Cette définition est introuvable à la présidence de la république, et ce, depuis 2007.

  • Par totor101 - 17/08/2017 - 11:12 - Signaler un abus A CHOISIR !

    Je préfère que ce soit le tabou qui explose plutôt que la bombe !

  • Par cloette - 17/08/2017 - 16:41 - Signaler un abus Dans le nouveau monde qui vient

    Tous les tabous sautent . Mais oui, celui ci va sauter , la question est quand ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Wodka-Gallien

Philippe Wodka-Gallien est chercheur à l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS). Auditeur de la 47e session nationale de l’IHEDN 2010-2011, Armement économie de la Défense. Auteur du Dictionnaire de la dissuasion, Marines Éditions (septembre 2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€