Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

671 infractions chez Business France ou la preuve que le droit du travail est largement inapplicable... mais Mme Penicaud saura-t-elle en tirer les conséquences ?

Business France, opérateur de l'État dédié à l'exportation, vient d'être épinglé par un rapport de l'Inspection du travail pour près de 700 infractions commises à l'époque où l'organisme était dirigé par Muriel Pénicaud. Une fois de plus, l'État s'avère incapable de respecter un droit du travail conçu pour moraliser les entreprises privées.

Des paroles mais pas d'actes

Publié le
671 infractions chez Business France ou la preuve que le droit du travail est largement inapplicable... mais Mme Penicaud saura-t-elle en tirer les conséquences ?

Business France donne un nouvel exemple du "fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais" caractéristique de l'État employeur.

Les fonctionnaires et l'idéologie anti-entreprise

Tout le monde le sait: l'entreprise, c'est le mal et c'est le lieu de l'exploitation. La coterie des hauts fonctionnaires cédétistes ne cesse de le rappeler, à l'unisson d'un Laurent Berger qui vient d'expliquer que les patrons devaient enfin partager le pouvoir dans leur entreprise. Comme souvent chez les donneurs de leçons démocratiques, la foi est rarement suivie par les actes. 

Les mauvaises langues pointeront l'extrême centralisation de la CFDT sous Laurent Berger et son peu d'appétence pour le partage du pouvoir.

Les mêmes mauvaises langues ironiseront aussi sur la propension d'un certain nombre de hauts fonctionnaires, souvent proches de la CFDT, à multiplier les lois, les décrets, les circulaires destinés à protéger les salariés contre leur employeur. 

D'où l'extrême complexité du droit du travail en France, qui s'explique d'abord par la défiance que la technostructure nourrit vis-à-vis des chefs d'entreprise. 

Les graves défaillances des managers publics

Ceux-là même qui grimpent avec morgue sur leur cheval pour améliorer la protection des salariés sont aussi souvent, la pratique le montre, les derniers à mettre en pratique les grands principes qu'ils infligent à des entrepreneurs qui n'en peuvent mais. On ne dira jamais assez la brutalité du management dans le service public, qui vaudrait à n'importe quel employeur un passage rapide en correctionnelle. 

L'hôpital public, par exemple, donne de fréquentes illustrations des comportements managériaux inappropriés dans le service public. Les entreprises ne pourraient se permettre de commettre autant de dérives sans appeler à leur encontre des mesures de sanction extrêmement brutales. 

Le cas Business France

Dans le cas de Business France, les écarts sont emblématiques. Près de 700 infractions au Code du Travail relevées par un inspecteur sont déjà une forme d'exploit qui illustre l'écart entre l'État légiférant, garant des protections salariales, et l'État employeur, infiniment plus violent et exploiteur que n'importe quelle entreprise privée. 

On notera en particulier ce cas de salariés qui ont dépassé à 55 reprises le plafond hebdomadaire de 48 heures travaillées. Un patron qui se permettrait ce genre d'écart serait lourdement sanctionné. On attend de voir quelle mesure sera prise à l'encontre de l'ancienne directrice générale de l'établissement public. 

L'État est-il vraiment garant du droit?

Une fois de plus se pose la question de la nature exacte de l'État. 

Dans la vulgate sociale-démocrate habituelle, l'État est le meilleur rempart de l'égalité et du droit contre l'arbitraire et l'injustice. D'où l'idée souvent positive attachée aux externalités produites par les instances publiques. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 21/12/2017 - 10:07 - Signaler un abus 1848

    Sans surprise, mr. Verhaeghe accomplit le ''sale boulot'' pour lequel il est payé ! En 1848, il aurait écrit : ''Comment pourrait-on concevoir une culture rentable de la canne à sucre, sans l'utilisation, à coup de fouets, de cette main-d’œuvre d'être humains, naturellement inférieurs'' ?

  • Par vangog - 21/12/2017 - 11:19 - Signaler un abus Ah non, Verhaegue! Vous n’avez pas lu les petits caractères

    en bas de page de ces lois et décrets: « La nomenklatura gauchiste sera dispensée de les appliquer ». Seuls les méchants entrepreneurs de droite sont concernés par les contraintes et taxes gauchsites, na!

  • Par lexxis - 21/12/2017 - 19:37 - Signaler un abus CELA COMMENCE À FAIRE BEAUCOUP

    Une luxueuse soirée à Las Vegas organisée en toute hâte et à grands frais pour le candidat Macron, 700 infractions relevées au droit du travail chez Business France, cela commence à faire beaucoup pour la "trace" laissée par l'actuelle Ministre. On comprend mieux l'ordonnance-balai censée rattraper les erreurs et omissions des ordonnances précédentes. Mais la corde commence à se tendre, même si la Justice ne s'intéresse visiblement que d'assez loin à des faits pour lesquels le candidat Fillon n'aurait même pas bénéficié d'un répit de 24 heures.

  • Par Vincennes - 21/12/2017 - 23:44 - Signaler un abus @lexxis....."même si la justice ne s'interesse que d'assez loin"

    écrivez vous.......j'ajoute : voir pas du tout à cette "affaire MACRON/PENICAUD". Aussi, n'hésitons pas à le rappeler encore et encore sur tous les sites car il faut remarquer que "C dans l'air" "C à vous" dans lesquelles ne sévissent que des journaleux PS n'ont même JAMAIS abordé cette AFFFAIRE pourtant évidente....... SERVICE PUBLIC SOCIALISTE mais PAYE par TOUS les français

  • Par KOUTOUBIA56 - 22/12/2017 - 00:10 - Signaler un abus qu'aurait on entendu si on

    qu'aurait on entendu si on avait révélé ce genre de salades commises par Sarkozy ou fillon!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! quand donc l'état se limitera a justice armée sécurité et éducation. ce pauvre Laurent Berger sous couvert de tailler des croupières à la cgt a les chevilles qui gonflent!!!!!!!!! au lieu de partager le pouvoir restreindre sa connerie serait déjà pas mal

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€