Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les 5 raisons pour lesquelles les eurosceptiques dépriment

Rien ne va plus du côté des eurosceptiques, Marine Le Pen corrige son projet de sortie de l’euro et Nicolas Dupont-Aignant lui vend un projet de monnaie commune incompréhensible.

Atlantico Business

Publié le
Les 5 raisons pour lesquelles les eurosceptiques dépriment

La campagne présidentielle aura sans doute bouleversé le paysage politique, "dégagé" beaucoup d’acteurs historiques et mis la France en état de stress en accroissant certainement sur ses valeurs et son avenir. Mais il y a un dossier sur lequel, contrairement à toutes les attentes, la pédagogie a fait un peu de progrès, c’est le dossier européen.

Les tergiversations de Marine Le Pen, passant d’un projet de sortie de l’euro à la perspective d’une monnaie commune au fonctionnement de laquelle personne ne comprend rien, les invectives contre Bruxelles, la Banque centrale européenne d’un côté… De l’autre, les explications d’Emmanuel Macron sur les opportunités de la mondialisation et sur la capacité de l’Union européenne à protéger les Etats-membres comme sur la solidité de l’euro...

Cette bousculade de discours contradictoires a fini par placer le dossier de l‘Europe parmi les dossiers prioritaires du prochain président

En clair, les eurosceptiques qui paraissaient majoritaires dans l’opinion publique française, ont pris du recul. Les plus convaincus le sont un peu moins et ceux qui en avaient fait leur fond de commerce politique commencent à déprimer grave.  Il y a à cela 5 séries de raisons qui tiennent la route

La première raison est sans doute le discours assez confus de Marine Le Pen. La présidente du Front national et ses proches avaient fait de la sortie de l’euro, l’alpha et l’oméga de toute sa politique de redressement. L’euro, l’Europe, Bruxelles et la BCE étant responsable de tous nos ennuis, il fallait pour l’extrême droite sortir au plus vite de ce système européen. Le raisonnement était simple et cohérent . Mais dangereux. En retrouvant la souveraineté monétaire, la France aurait retrouvé des marges qui lui permettaient de financer toutes les améliorations de pouvoir d’achat, d’investissement, de créations d’emplois ; bref c’était le remède miracle. Et beaucoup commençaient à le croire en France. Sauf que les Français savent que l’euro est une monnaie forte et qu’une monnaie forte, c’est un gage de confiance et de sécurité. Marine Le Pen a donc abandonné la sortie de l’euro, et pour ne pas donner l’impression de tout céder, elle s’invente une monnaie commune qui est inexplicable et qui sème le trouble sur sa stratégie économique et le doute sur sa capacité à mettre en place un nouveau système de confiance. Ce qui est encore un peu plus troublant, c’est que ses lieutenants essaient maintenant de nous expliquer que c’est du pareil au même. Ce qui n’est pas vrai, la monnaie commune finira par cannibaliser la monnaie française et la déprécier. Pour les Français, ces affaires de monnaies sont trop sérieuses pour les laisser aux mains de gens qui ne savent pas compter. Si les Français avaient le choix entre un franc dévalué et un euro commun solide, ils n’hésiteraient pas longtemps

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 03/05/2017 - 07:47 - Signaler un abus "les patrons du CAC 40 expliquent à leurs actionnaires,

    que leurs résultats exceptionnels sont dus aux activités réalisées à l'étranger". Donc, pour résumer, 1/ quelques actionnaires contents, 2/ des salariés étrangers, 3/ des bénéfices qui ne seront pas imposés en France.

  • Par bherry - 03/05/2017 - 08:17 - Signaler un abus Les eurosceptiques dépriment

    Les eurosceptiques dépriment ? Vous prenez vos désirs pour des réalités. Ils n'auront jamais eu un score aussi élevé en France au 1er comme au 2e tour. Il n'y a pas de quoi déprimer. En GB ils ont gagné et en Italie ils sont majoritaires mais divisés. Finalement il n'y qu'en Allemagne que les fédéralistes européens sont majoritaires mais il est vrai qu'ils ont le mark, le vrai nom de l'euro.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 03/05/2017 - 08:29 - Signaler un abus @behry

    Vous avez raison, les euro sceptiques ne dépriment pas.....la preuve, on dit toujours "imbéciles heureux".......par contre, si ils gagnent on pourra alors dire "les baisés ....comptez vous", car ceux qui souffriraient le plus seraient comme toujours les plus modestes...........

  • Par Nargath - 03/05/2017 - 10:17 - Signaler un abus J-M Sylvestre

    Ce qui est marrant avec les articles de Jean-Marc Sylvestre, c'est que rien qu'au titre, on sait déjà qui en est l'auteur. Niveau mondialo-gaga, ce type se pause la

  • Par Deneziere - 03/05/2017 - 15:42 - Signaler un abus D'autres raisons : génération et non confiance dans les élites

    Le sympathisant euro-sceptique, FN par exemple, est plutôt jeune. Ceux qui ont connu le FRF, surtout en entreprise, avec son instabilité et ses dévaluations à tire larigot n'ont pas envie d'y retourner. Et les vieux sont numériquement majoritaires. De plus, quand on est anti-système, on n'a pas confiance dans les élites françaises, et dans leur impuissance doublée d'incompétence, triplée d'arrogance. Et donc, on voit mal comment la monnaie serait bien gérée si on leur confiait. Au final, le discours anti-Europe est celui de Marine, pas forcément celui de la majorité de ses électeurs, même si ces derniers utilisent leur vote pour envoyer des salves d'avertissement. Ils ont raison.

  • Par marie06 - 03/05/2017 - 15:45 - Signaler un abus M.Sylvestre

    Vous devriez ajouter que garder l'euro signifie qu'à court terme et sans prévenir le pleuple on fera un grand pas fédérale par un gouvernement europen et un ministre des finances qui mettra tout le monde au pas. Mon pére a été gravement blesseé 2 fois en 40 POUR LA LIBERTE FE LA FRANCE et donc je refuse de plier le genoux devant l'Allemagne. On ne fera pas cette europe là contre le peuple et donc la soi-disant paix gràce à l'europe c'est foutaise.

  • Par Yves3531 - 03/05/2017 - 19:14 - Signaler un abus MLP peut tenter un coup d'enfer pour briser le plafond de verre.

    elle sera attaquée ce soir sur son programme économique et la sortie de l'euro. Elle peut argumenter sur le fait que son "échafaudage" économique ne pourrait tenir que si on sort de l'euro, mais que si un référendum disait non à cette sortie, alors selon le choix des électeurs une autre logique économique devrait s'appliquer forcément proche des orientations programmatiques de Fillon... et alors elle raflerait une grosse partie de la mise chez les électeurs de Fillon. Un excellent moyen de briser le plafond de verre...

  • Par Semper Fi - 04/05/2017 - 05:06 - Signaler un abus @yves3531

    Le débat a montré qu'il n'en était rien et MLP ne va rien rafler du tout !!! Elle a été particulièrement mauvaise.

  • Par Semper Fi - 04/05/2017 - 05:12 - Signaler un abus Euroscepticisme

    L'eurosceptique en moi déprime de cette analyse manichéenne qui voudrait que soit on est pour une Europe fédérale vouée à l'échec puisqu'il n'existe pas de nation européenne, soit on est pour une sortie pure et dure de l'UE avec tous les inconvénents que cela suppose. Qu'en est-il de la 3e voie, celle de la raison, càd une Europe des nations avec un marché commun et une monnaie commune, mais qui laisse le régalien dans le domaine de compétence exclusive des Nations?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€