Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

41% des jeunes diplômés de master y pensent : mais quels sont ceux pour qui l’expatriation est objectivement une bonne affaire ?

De plus en plus de jeunes Français qualifiés se portent candidats à l'expatriation. Motivés en partie par les difficultés rencontrées en France sur le marché du travail, certains se lancent dans l'aventure sans se demander si leur profil correspond à leurs attentes. Bien qu'il s'agisse d'une expérience profitable à tous, certains jeunes pourraient y avoir un peu plus à gagner que d'autres...

Le grand départ

Publié le

 

Il a souvent été montré que les jeunes Français issus de l'immigration avaient plus de difficultés à trouver un emploi en France que les autres. Auraient-ils donc plus intérêt que les autres à s'expatrier ? Avec quelles chances de réussite ?

On a effectivement pu noter des mouvements de ce type, notamment au Royaume-Uni au cours de ses périodes de forte croissance, au milieu des années 1990 et au début des années 2000.

A ce moment-là, beaucoup de jeunes Français issus de l’immigration d’origine maghrébine, et notamment de la deuxième et troisième génération, ont traversé la Manche. Ceci s’explique par le fait que le marché du travail en France est beaucoup plus discriminant à leur égard qu’il ne l’est dans le monde anglo-saxon.

Il y a également une émigration de ce type à destination des pays du Moyen-Orient, et notamment de Dubaï. Peut-être que ces jeunes y ont trouvé leur place plus naturellement, grâce notamment à la maitrise initiale de la langue arabe. La Turquie connait aussi un assez fort boom économique et voit ainsi de jeunes Français d’origine turque y revenir car maîtrisant la langue et parce que dotés d’un bon niveau scolaire, ce qui facilite leur intégration sur ce marché du travail par rapport au marché français. Le fait qu’ils connaissent le pays, parce qu’ils ont pu y aller souvent en vacances ou parce qu’ils y ont de la famille, ce qui facilite la recherche d’un logement, constituent également des plus.

Ce phénomène n’est néanmoins pas un phénomène de masse. L’expatriation sous-entend de pouvoir prendre des risques, et donc d’avoir déjà des contacts, les moyens matériels nécessaires de le faire aussi. Les moins diplômés et les moins favorisés ne sont donc pas ceux pour lesquels l’expatriation est la plus facile, c’est certain.

 

La compétition internationale induite par la mondialisation n'épargne pas les jeunes candidats à l'expatriation. Quelles chances de réussir leur expatriation ont les jeunes Français par rapport à leurs concurrents internationaux ?

Tout dépend des marchés bien entendu. La France n’est pas une terre d’émigration. En revanche, avec la mondialisation, on constate que les jeunes Français sont mieux formés, mieux préparés à partir, meilleurs en langue…Cela change considérablement par rapport à avant. Ils sont donc mieux préparés à concurrencer les autres nationalités sur le marché du travail.

Il y a bien évidemment des différences suivant les secteurs d’activités, notamment parmi ceux où les Français sont à la pointe : la boulangerie, la coiffure, mais aussi le secteur bancaire, l’ingénierie civile, la santé…On en revient à la qualité de la formation initiale, des diplômes et des compétences dont bénéficient les Français.

Il convient également de prendre en compte un aspect plus administratif, à savoir, la possibilité d’obtenir des visas de travail. A ce titre, il existe des accords bilatéraux et binationaux qui peuvent interférer. Dans certains cas, ces derniers peuvent favoriser les jeunes Français candidats à l’expatriation. Pour d’autres en revanche, il faut faire face à un nombre limité de visas accordés.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Eric ADAM CVD - 16/11/2013 - 14:42 - Signaler un abus Vous, je ne sais pas, mais moi, je sais compter et lire!

    Le problème n'est pas d'extrapoler sur les diplômés qui s'expatrient, car nombre de ceux-ci ne sont pas de NOTRE PATRIE! Le vrai problème, les vrais problèmes sont d'une part de savoir ce qu'on veux en matière de formation, et ce qu'on fait d'autre part pour rendre ATTRAYANT l'emploi et l'initiative entrepreneuriale EN FRANCE! Si les gens qui suivent une formation très LARGEMENT AIDÉE et SUBVENTIONNÉE en France avaient l'obligation de SERVIR la FRANCE pendant un nombre d'années équivalentes à celles qui leur ont permit d'accéder à un DIPLOME FRANÇAIS, au sein d'un SERVICE CIVIL, par exemple, cela permettrait de les garder en FRANCE et d'avoir un RETOUR SUR INVESTISSEMENT acceptable! Si, de plus et ENFIN, les charges sociales étaient retirées du financement par les entreprises et transférées sur une TVA SOCIALE (car c'est bien la TVA l'impôt le plus juste puisqu'il s'applique à la consommation proportionnelle! quoi qu'on en dise!) alors, l'initiative de PRODUCTION FRANÇAISE serait encouragée! Mais ça, c'est pas pour demain, avec le DOGMATISME SECTAIRE de nos ÉLUS et VOTRE IMMOBILISME CONSERVATEUR !!! Eric ADAM, NANCY Citoyen FRANÇAIS LIBRE et Responsable de ses choix de vie!

  • Par Satan - 16/11/2013 - 15:39 - Signaler un abus Principales destinations: La Chine et La Russie

    Quand je vois tous ces jeunes diplômés qui ne parlent que de La Chine et de La Russie je me dis que nous avons un réel problème.

  • Par Teo1492 - 16/11/2013 - 16:06 - Signaler un abus Le problème : ils ne parlent pas l'Anglais...

    ni l'Allemand. (5 % de chômage en Allemagne et en Autriche)

  • Par Sophile - 16/11/2013 - 16:53 - Signaler un abus C'est cela ...

    Partez après que nous ayons payé vos études, et laissez-nous avec tous les pauvres de la planète qui comptent sur la France pour vivre sans rien faire et en bonne santé . Bravo.

  • Par pandahuri - 16/11/2013 - 18:42 - Signaler un abus TVA impôts proportionel ?

    Théorème ce que vous dites est faux, la TVA n'est pas proportionnelle. Un foyer gagnant au delà d'une certaine somme épargne. L'épargne n'est pas soumise à la TVA. C'est un basique ... Alors si l'épargne est dédié à l'achat d'une voiture neuve, la TVA sera appliqué plus tard mais pour un logement ou une voiture d'occasion... pas de TVA. C'est bien un impôt injuste. Et de plus en plus injuste avec la richesse. Pour la formation, peux être préférez vous un principe de formation à l'américaine ? Avec le prix qui va avec ? et certain qui s'endettent pour très longtemps, et d'autres qui ne peuvent étudier car "trop pauvre". Et croyez vous que ce soit un "service civil" qui permettrait d'aider la france ? de réduire la pauvreté ? ca ne ferait qu'augmenter les dépenses de l'état pour payer ces gens en service civil. Si vous voulez vraiment augmenter la production française alors il faut faire comme les américains : forcer à des normes qui obligent à prendre du français... =protectionnisme Après effectivement, il faut rendre notre pays attrayant. Pour comprendre le problème regardez ici : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=73730

  • Par ignace - 16/11/2013 - 21:03 - Signaler un abus Merci pour cet eclairage ..objectif

    @Théoreme , M Heyraud , ne fait pas l'apologie du départ des diplômés, il expose les raisons et les conséquences , de ce type d'acte. Si un diplômé ne trouve pas de travail en France , il n'y a rien d'anormal, qu'il(elle)de tenter sa chance ailleurs , ou une solution est proposée (si l’expérience échoue, ce n'est qu'une expérience qui peut servir malgré tout (principe assez courant chez less anglos saxons), si elle réussie, tant mieux, de plus rien n'empeche de revenir en France) Il ne faut pas confondre avec l'exil fiscal, qui s'il est autorisé , est moralement déplorable)

  • Par charlesingalls64 - 17/11/2013 - 09:58 - Signaler un abus @Théorème

    Il va falloir accorder tes violons car tu es le parfait exemple de la schizophrénie française. Tu dis qu'il faut rendre attrayante l'initiative entrepreneuriale et tu veux, en même temps, que les diplômés soient obligés de servir la patrie. . Mais si tu atteins le premier objectif tu n'auras pas besoin du deuxième. Ton libéralisme sous contrôle étatique on en veut pas. C'est exactement cela qui a mené ma patrie là où elle en est aujourd'hui. Cela fait 50 ans que l'argent de l'éducation nationale et de la formation professionnelle est détourné au profit de castes de hauts fonctionnaires et de syndicalistes complices. 50 ans que nous avons 30% de profs en trop par rapport à nos voisins qui ont, en plus, de meilleurs résultats dans tous les domaines. 50 ans que le pognon de l'emploi et de la formation se perd dans les méandres des cabinets d'audit, de conseil et de recrutement. Un ami a fait 2 bilans de compétences sur un an et demi et son pôle emploi a engraissé 2 psychologues du travail et toute leur intendance pour s'entendre dire qu'il pouvait s'inscrire à pôle emploi ! (SIC) . Les vraies études diplômantes en France sont de moins en moins gratuites. Et je sais de quoi je parle !

  • Par LILLBee - 19/11/2013 - 09:30 - Signaler un abus Français or not, that's the question!

    Si on veut rentrer en France, il vaut mieux en effet ne pas perdre de vue les gens et sa carrière surtout en matière de formation continue et de missions vers l'étranger (dont la France bien sûr !) sinon autant rester là bas, où la vie est souvent moins chère et la retraite peut-être plus assurée...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hervé Heyraud

Hervé Heyraud est Président Fondateur du Petitjournal.com, média leader des Français et francophones à l'étranger.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€