Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 12 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

300 000 soldats de l'Otan préparés pour une intervention dans les pays baltes : l'Occident face à la difficulté grandissante de se défendre sans alimenter la paranoïa des Russes

Dotée d'une Force de réaction rapide qu'elle tente de développer depuis plusieurs années pour répondre à ses défis, l'Otan envisage de réduire le délai de mobilisation de ces contingents nationaux de six à deux mois, en réponse aux diverses provocations russes qui ne laissent toutefois pas sérieusement penser que la Russie pourrait attaquer l'Occident.

Dilemme

Publié le - Mis à jour le 11 Novembre 2016
300 000 soldats de l'Otan préparés pour une intervention dans les pays baltes : l'Occident face à la difficulté grandissante de se défendre sans alimenter la paranoïa des Russes

S'agissant de ces 300 000 hommes, cela correspond davantage à ce que représente la Force de réaction rapide de l'Otan, instrument que l'organisation a tenté de développer ces dix dernières années dans l'optique de pouvoir répondre rapidement à des défis. Crédit Reuters

Atlantico: Le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg, souhaite placer en alerte 300 000 militaires pour faire face à une éventuelle attaque russe contre l'Occident. Est-ce véritablement proportionnel à la réalité de cette menace ? N'est-ce pas donner un argument supplémentaire à la paranoïa de Vladimir Poutine, persuadé que la Russie est menacée de toutes parts ?

Guillaume Lagane : L'annonce de Stoltenberg s'inscrit dans tout un ensemble d'actions lancées depuis le sommet de Varsovie, qui visent à rassurer les pays d'Europe orientale sur l'application de l'article 5, qui prévoit qu'un pays de l'Otan attaqué recevra l'aide de l'ensemble des autres États.

Les pays d'Europe centrale et orientale se demandent aujourd'hui si l'organisation est capable de mettre en œuvre cet article dans la mesure où la Russie a récemment multiplié les initiatives perçues comme menaçantes par ces États, qui sont également inquiets de la baisse des dépenses militaires en Europe occidentale et du retrait états-unien au profit de la politique du pivot asiatique.

Une telle annonce contribue à alimenter la paranoïa de Vladimir Poutine qui prend prétexte de toutes les actions et autres déclarations des Occidentaux pour percevoir une menace encore aggravée. Dans le même temps, si les pays occidentaux ne réagissaient pas, ils alimenteraient une autre perception développée en Russie : celle d'un Occident décadent face auquel il est envisageable de prendre toutes les initiatives possibles.

La nature des réponses occidentales est défensive, à l'instar de l'Otan qui, je le rappelle, est une organisation défensive et non pas offensive. La seule fois où l'article 5 a été activé, c'était en 2001 lors de la guerre en Afghanistan, suite aux attentats du 11 septembre perpétrés contre les États-Unis, pays membre de l'organisation.

Quand on regarde sur Internet, on se rend compte que cette déclaration de Stoltenberg a été essentiellement reprise par des médias développant cette propagande russe d'une menace de la part des Occidentaux. 

Sur le plan logistique, comment le déploiement de ces 300 000 militaires pourrait se dérouler ? Où seraient-ils positionnés ? 

A ce stade, la seule force que l'Otan a décidé de déployer, notamment dans les États baltes, est la Force d'intervention rapide "Fer de lance", forte de 4 000 à 5 000 soldats. Il s'agit de bataillons qui tournent, et non pas permanents, de manière à respecter l'esprit dans lequel l'élargissement de l'Otan a été réalisé en 1999 et 2004 : des garanties auraient été données à la Russie pour que l'organisation ne déploie pas, de façon permanente, des troupes dans les anciens pays membres du pacte de Varsovie.

S'agissant de ces 300 000 hommes, cela correspond davantage à ce que représente la Force de réaction rapide de l'Otan, instrument que l'organisation a tenté de développer ces dix dernières années dans l'optique de pouvoir répondre rapidement à des défis. Il ne s'agit pas de soldats qui seraient déployés dans les pays baltes ou en Pologne mais de contingents nationaux qui, en cas de crise, seraient rapidement mobilisables. L'annonce vise à rendre cette mobilisation plus rapide, la faisant passer de six mois à deux. 

Dans le cadre de ce nouvel affrontement entre la Russie et les pays occidentaux, quel est le positionnement des pays de l'Est anciennement communistes ? Quel impact ont les rivalités entre pro-occidentaux et pro-Russes dans ces pays ? En faveur de quel camp la situation est-elle la plus favorable ? 

Aujourd'hui, l'Europe orientale est en effet divisée. On retrouve dans certains États un anticommunisme doublé d'une hostilité historique à la Russie : c'est le cas en Pologne - la Russie ayant mis fin à l'existence du pays avec la Prusse et l'Empire austro-hongrois au XIXe siècle, sans oublier la guerre russo-polonaise de 1917-1921, ainsi que l'époque communiste à partir de 1945 - mais également dans les États baltes et en Roumanie, tous inquiets de l'évolution de la Russie.

On constate toutefois une nouveauté dans les pays de cette région européenne : dans ceux où des majorités nouvelles ont vu le jour, marquées à droite ou à l'extrême-droite, on remarque une inclination à un rapprochement avec la Russie, à la fois pour des raisons de réalisme économique - la plupart de ces pays étant dépendants du gaz russe - mais également par sympathie idéologique, Poutine étant considéré comme un rempart à des valeurs occidentales jugées décadentes. Dans ce cas-là, on retrouve la Hongrie de Viktor Orban, mais également la Slovaquie et la République tchèque. Cette situation nouvelle a été accélérée par la crise des migrants qui a donné le sentiment que l'Europe ne protégeait plus les valeurs, ni l'identité culturelle. Du fait de leur histoire, la peur de l'ensevelissement culturel est plus forte dans ces pays qu'ailleurs.

S'agissant du rapport de force, le camp anti-communiste a tout de même le dessus en Europe centrale et orientale, du fait de l'importance démographique, militaire et économique de la Pologne. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 09/11/2016 - 08:51 - Signaler un abus Russie et islam...

    ... tous les deux se nourissent de nos faiblesses. Tous les deux sont délirants et parano, dans leur genre. Nous n'avons pas d'autre choix que de les contrer, ou nous paierons très cher nos faiblesses combinées de politique intérieure et extérieure.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.

Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. 

Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique (Ellipses, 2012). il est également l'auteur de Théories des relations internationales (Ellipses, février 2016). Il participe au blog Eurasia Prospective.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€