Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"3 Billboards" : sans doute, le meilleur thriller depuis longtemps

Scénario, dialogues, manière de filmer, interprétation: tout est plus que remarquable dans le troisième long-métrage de Martin McDonagh. Un film qui restera dans les mémoires.

Atlanti-culture

Publié le
"3 Billboards" : sans doute, le meilleur thriller depuis longtemps

CINEMA

 « 3 BILLBOARDS, LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE » 

DE MARTIN McDONAGH 

AVEC FRANCES McDORMAND, SAM ROCKWELL, WOODY HARRELSON, etc…

RECOMMANDATION

EN PRIORITÉ

THEME

Parce qu’elle a l’impression que la police a laissé tomber l’enquête sur la mort de sa fille violée et assassinée quelques mois plus tôt, Mildred Hayes (Frances McDormand) décide de frapper un grand coup. Elle loue trois panneaux publicitaires et y placarde des affiches qui dénoncent l’incompétence et le laxisme des  forces de l’ordre. Evidemment, dans  ce petit bled (fictif) du Missouri, cette initiative inédite et spectaculaire va faire désordre et déclencher les foudres des flics, des types au coup de sang facile, aussi lourdauds que machos, aussi racistes qu’irascibles.

Débute alors le thriller le plus passionnant vu depuis longtemps.

POINTS FORTS

- Quel scénario ! A la fois implacable, labyrinthique, noir, émouvant et drôle aussi, il navigue avec une impressionnante maestria entre plusieurs genres: le western, la fable sociale, le drame, la comédie noire et bien sûr le thriller. Ce n’est pas parce que Martin McDonagh hésite entre plusieurs styles, c’est parce qu’il veut brouiller les pistes. Les nationales rectilignes, très peu pour lui. Ce qu’il aime ce sont les chemins de traverse qui permettent toutes les surprises, autorisent toutes les embardées. Dans son histoire, rien n’est donné, rien n’est fixé, tout est toujours en mouvement, même les personnages, qui évoluent et se révèlent, petit à petit, sans qu’avant la fin on puisse, avec certitude, les classer chez les bons ou les méchants. Le plus étonnant est que cette stratégie de l’équivoque vaut aussi pour celle par qui le scandale  arrive. Certes, on comprend, sans conteste, que Mildred est  une femme brisée par le chagrin et mue par la colère, mais derrière le masque de sa douleur, qui est-elle vraiment ? Jusqu’au dénouement, le spectateur n’aura de cesse de la déchiffrer…

- Martin McDonagh vient du théâtre. Il connaît le poids des mots, la force de la ponctuation et l’art de tailler les dialogues au vif de l’efficacité. Les siens sont donc brillants, sans superflu. Il a choisi de les écrire à l’encre de la comédie noire, ce qui les rend, encore plus jubilatoires.

- Pour incarner, dans toute sa force et sa complexité, le personnage de Mildred Hayes, il fallait une interprète d’exception. Martin McDonagh ne s’est pas trompé en faisant appel à Frances McDormand. La comédienne est sensationnelle, qui exprime tour à tour, la détermination, la colère et l’émotion avec le même engagement et la même sincérité. Celle qui avait été « Oscarisée » en 1997 pour son rôle de policière dans Fargo, réalisé par Joël Coen ( son mari à la ville ), vient d’ailleurs de rafler pour sa prestation, sans doute l’une des plus « bluffantes » de sa carrière, le Golden Globe de la meilleure actrice. A soixante ans, cette artiste qui se consacre beaucoup au théâtre, pourrait bien remporter cette année son deuxième Oscar.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 17/01/2018 - 19:47 - Signaler un abus The Fade

    Toujours délicat de parler d'un film qu'on a pas vu. Mais le pitch a de quoi ulcérer l'esprit le plus large. La bobosphère internationale nous pond un film basé sur un attentat commis par des nazis. Manifestement décue qu'aucun fait divers ne "nous ramène aux heures les plus sombres de notre histoire", elle a chosi de nous imposer sans aucune vergogne la fiction mettant en scène ses phantasmes, ce qui permet à Diane Kruger de nous infliger sa moraline à l'eau tiède en nous disant qu'il faut "combattre tous les terrorismes", façon chic d'euphèmiser la réalité, du moins celle à laquelle les vrais gens sont confrontés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€