Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

250e anniversaire du concours : l'agrégation, une "tradition d'avenir" contestée

Alors que les étudiants qui ont durement préparé leur agrégation s’apprêtent à passer difficilement leur concours en période de contestation sociale, il est important de revenir sur le prestige et les tensions qui entourent ce statut professoral. 250 ans après le premier concours, les acteurs de l'enseignement s'interrogent.

Travailler moins pour gagner plus

Publié le
250e anniversaire du concours : l'agrégation, une "tradition d'avenir" contestée

Atlantico : Il y a 250 ans, pour combler le vide laissé par l'exil des Jésuites, l'agrégation était créée pour former des professeurs compétents. En 1950, pour répondre entre autres à la démocratisation de l'enseignement, était créé le statut de CAPES, plus facile d'obtention, avec lequel le statut d'agrégation cohabite depuis. Qu'est-ce qui justifie cette dualité ? 

Martine Daoust : Il s’agit de savoir ou non si l’on veut une filière d’excellence dans le professorat. Le fait de présenter l’agrégation comme tel montre qu’on oublie bien souvent l’autre voie d’excellence, celle du doctorat. Quand on sait qu’on observe aujourd’hui un refus systématique quand il s’agit d’envisager des processus de sélection en master à l’Université, il faut voir dans le maintien du statut d’agrégé un reliquat d’une éducation élitiste que l’on semble parfois décrier trop facilement aujourd’hui. Mais aussi déplorer ce privilège au sein des élites de l’éducation.

Nécessaire pratiquement pour être titulaire en classe préparatoire, l'enseignant agrégé représente une certaine vision de l'enseignement supérieur que décrient les tenants d'une vision plus égalitaire. En quoi est-ce symptomatique de notre façon de concevoir l'éducation ?

Les enseignants agrégés sont reconnus pour leur forte connaissance disciplinaire. Ainsi ils ont une propension à transmettre plus de connaissances, avec une certaine méthodologie de travail qui est parfois décriée comme en décalage avec les attentes des élèves, parents et chefs d’établissement. On peut en effet s’interroger sur le but d’une telle visée pédagogique en classe de lycée, voire de collège pour une partie d’entre eux. Il faut savoir cependant que notre modèle ne pousse pas nécessairement les agrégés à devenir enseignants. Ils sont très nombreux à abandonner leur mission éducative pour d’autres activités, et le diplôme d’agrégé a de fait une certaine valeur sur le marché du travail. 

Il est important de souligner que le statut de l’enseignant agrégé induit trois heures de travail en moins par semaine et une rémunération de 25% supérieure à celle du CAPES. C’est le seul système où celui qui travaille le plus est payé le moins. 

Il existe ensuite une possibilité pour les titulaires du CAPES de passer agrégé en fin de carrière, et ce pour récompenser leur excellence. Ce mouvement est marginal et représente moins de 10% des agrégations. 

Cependant, il faut dire que l’on peut faire autre chose que l’agrégation et être un excellent spécialiste.

L'école change, mais finalement assez peu le statut de cet enseignant. Peut-on envisager une évolution de ce statut ?

C’est une question très politique... Il me semble qu'une hausse des rémunérations de ceux qui travaillent plus serait une bonne possibilité à étudier pour sortir de ce système très inégalitaire. On pourrait dire la même chose en regardant les conditions salariales de l’université, qui coûte en plus très cher ! Et trouver un moyen pour maintenir un niveau d’exigence et de travail pour l’agrégation comparable à celui que l’on peut trouver à l’université.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 09:05 - Signaler un abus Un analyse honnête ,c'est rare !

    Un grand merci à Martine Daoust pour son objectivité et en particulier pour la petite phrase concernant le scandaleux différentiel agrégé-certifié en termes horaires et salariaux dans le secondaire :" c'est le seul système où c'est celui qui travaille le plus qui est payé le moins". Un scandale dénoncé en vain par la Cour des Comptes , Agnès Verdier Molinié ou Bruno le Maire dans son livre " ne vous résignez pas"... 2500 postes environ chaque année aux concours externe et interne :" travaillez moins et gagnez plus "...à responsabilités strictement égales, devant les mêmes élèves , pour l'égalité républicaine .Vive la république dépensière! (environ 50 000 professeurs dans le secondaire).Rappel : 2000 milliards de dettes pour la république ...)

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 09:11 - Signaler un abus titre

    "une" analyse fallait-il écrire .Désolé.

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 09:31 - Signaler un abus Suite : une petite remarque

    Dans ces conditions, Il est évident qu'un certifié, qui vaut bien un agrégé au lycée devant ses élèves, qui corrige les épreuves du bac,qui peut être vice président du jury du bac ( quand des agrégés ne sont pas sollicités) aurait bien tort de s'impliquer fortement dans la vie de l'établissement ...Technique Gandhi (résistance passive) jusqu'à l'égalité des conditions de travail et de rémunération. 3h de cours en plus , c'est une classe de 30-35 élèves en plus au lycée en responsabilité (avec copies à corriger ,conseil de classe , réunion de parents...) et 25% de salaire en moins pour remerciements !

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 09:48 - Signaler un abus Suite: une autre petite remaque

    Un élève de lycée se moque bien ( il ne sait pas )d'avoir un professeur certifié ou agrégé pour préparer son bac. Il ne voit pas la différence: il apprécie les qualités humaines et pédagogiques,son écoute, sa patience .Il a totalement confiance quant à son niveau théorique dans sa discipline (bac plus 4 ou 5 ). Les questions pointues de l'agrégation ne le concernent pas.En janvier,par exemple, il a devant lui un professeur certifié qu'il apprécie .Si son professeur réussit l'agrégation au concours interne en avril ou en juin en externe, il ne verra pas la différence. Le professeur sera lui récompensé en gardant les mêmes responsabilités au lycée et devant ces mêmes élèves:mais 3h de cours en moins car jugé très bon par un jury de "cadors" et 25% de salaire en plus ! Abberant !

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 10:15 - Signaler un abus titre

    remarque avec un r (!!!)

  • Par Lafayette 68 - 09/03/2016 - 11:27 - Signaler un abus "Utilisation" intelligente des agrégés dans le secondaire

    Si l'on considère qu'ils sont fort utiles car jugés supérieurs aux certifiés, il faut leur donner les responsabilités spécifiques qui vont avec leur niveau , leurs horaires , leurs salaires: Exemples: -Correction des copies de bac et vice présidence du jury uniquement par eux et elles (femmes 70%des professeurs) -Ils ont toutes les classes d'examen en responsabilité au lycée (et les professeurs certifiés qui compléteraient le service seraient payés comme eux) -ils sont tous désignés professeurs principaux -ils sont tous coordonnateurs de leurs disciplines -ils organisent des réunions avec leurs collègues par discipline.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Martine Daoust

Ancienne rectrice de l'académie de Limoges (2008 à 2010) et de Poitiers (2010 à 2012). Agrégée en sciences du médicament, elle a publié chez Albin Michel : La réforme… oui mais sans rien changer.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€