Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2021, l’odyssée de la récession américaine à venir

La banque centrale américaine prépare un scénario catastrophe qui devrait advenir... après la réélection de Donald Trump.

La fin d'un monde

Publié le
2021, l’odyssée de la récession américaine à venir

Elle finira par arriver. Et tout sera fait pour qu’elle se déclenche courant 2021… après la réélection de Donald Trump, dont le mandat s’achève le 20 janvier 2021. En effet, pour réussir autant que possible les élections intermédiaires de novembre 2018 et préparer la campagne de 2020, il faut absolument que l’économie – et la bourse – « tiennent ». C’est la base de la stratégie économique, fiscale, financière et sociale de Donald Trump, avec son volet monétaire géré par la Banque centrale américaine, alias Jerome Powell, son patron.

Calcul conspirationniste, rêve, cauchemar ? En tout cas, c’est la meilleure base de travail pour imaginer les mois à venir

Aujourd’hui, tout va ! Jerome Powell ne tarit pas d’éloges sur l’économie américaine. Sa croissance est solide. Elle va vers 2,8% cette année, puis un peu moins : 2,4% en 2019, 2% en 2020. Cette situation obéit aux deux objectifs de la banque centrale : les États-Unis sont en plein-emploi, avec un taux de chômage vers 3,8% cette année, puis 3,6% (un record), et à leur cible d’inflation : 2,1% pour les prix à la consommation des ménages (hors nourriture et énergie).

Et tout va mieux, depuis longtemps ! L’économie américaine est sortie de récession en juin 2009, selon le NBER (National Bureau of Economic Research). 97 mois d’expansion : c’est la quatrième durée dans l’histoire économique américaine et, aussi, depuis la seconde guerre mondiale (les cycles antérieurs étaient plus courts) ! Le record absolu de longueur est de 128 mois. Donc, si l’économie « tient » jusqu’à la seconde prestation de serment de Donald Trump, elle aura avec lui (grâce à lui ?) connu le deuxième plus long cycle d’expansion de son histoire : 115 mois !

Mais la perfection n’est pas faite pour durer. Oui, fin 2020, l’économie sera « parfaite »  selon les prévisions de la Banque centrale américaine : croissance à 2%, taux de chômage à 3,5%, inflation à 2,1%. Mais voici les nuages : toujours selon la Fed, les taux d’intérêt à court terme seront alors à 3,4% et les taux longs à 4% environ. Par rapport à la situation actuelle, la Banque centrale américaine aura donc augmenté ses taux courts 2 fois en 2018, 3 en 2019 et 2 en 2020. Ils seront passés de 2% aujourd’hui à 3,4%, et les taux longs de 2,9 aux alentours de 3,5%. La courbe des taux sera donc « plate », comme disent les marchés financiers… ce qui les inquiétera. Ce sera la seule ombre au tableau, une ombre financière, mais très menaçante.

En effet, si les taux courts sont égaux aux taux longs (courbe des taux « plate »), la prochaine hausse des taux courts les inversera. Les marchés se diront alors que l’économie subit un serrage et les investisseurs vont s’inquiéter. Fin 2020, les prévisions donnent l’image d’une économie « en forme » et d’une finance « aussi prête que possible ». Prête à plonger ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hermet - 17/07/2018 - 10:53 - Signaler un abus Trump ?

    Je ne vois pas bien ce que Trump vient faire là dedans, c'est juste un cycle économique normal depuis des lustres, la Fed après avoir baissé remonte ces taux pour déflater les bulles, il n'y a rien de nouveau dans l'histoire économique et évidement une récession va advenir mais les banques US sont prêtes à l'encaisser, par contre les européennes...

  • Par Ganesha - 17/07/2018 - 11:53 - Signaler un abus On parie ?

    Une explosion nucléaire en chaîne est sur le point de ravager l'ensemble des Bourses de la planète, mais les ''papys-Atlantico'' se rassurent comme ils le peuvent... on parie ?

  • Par JLH - 17/07/2018 - 15:16 - Signaler un abus tout dépendra de l'évolution de ce monde

    C'est la phrase clef du propos de M. Betbeze, en fait la réalité est la suivante: M. Betbeze, comme quelques "économistes" analyse probablement correctement la situation d'après les expériences et outils du passé, et n'est pas plus fiable qu'une cartomancienne pour prévoir, parce que justement, et ce n'est pas possible autrement, ses raisonnements sont tirés de l'expérience passée. Je ne dis pas qu'on ne court pas sur un volcan prêt à exploser, je dis simplement que s'il est vrai que la pluie vient après le beau temps, nul ne peut valablement prédire ce qui se passera même en 2018. Qui avait prévu le 15 septembre 2008, Lehman Brother ? Pas plus M. Betbeze que les autres, même la semaine précédente. Personnellement, j'ai juste vendu toutes mes actions en juin 2017, "parce que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel...". C'est approximativement la seule chose qui m'ont apprise mes études d'économie et d'économétrie, avec la certitude qu'il s'agit d'une science d'analyse du passé, mais polluée par l'idéologie et aussi la certitude qu'aucune modélisation du futur n'est possible. Cette réponse vaut aussi pour Ganesha, il n'en sait rien,

  • Par philippe de commynes - 17/07/2018 - 19:12 - Signaler un abus Et le pétrole ?

    Parceque si trump réussit à empêcher l'Iran d'exporter le sien, son cours augmentera fortement, avec encore un surcroît d'inflation, et un effet répressif sur la croissance mondiale,voire sur les bourses , comme en 2008 ou les rumeurs de frappes préventives israéliennes sur l'Iran ont poussé le cours du baril à quasi 150 dollars, avant l'éclatement de la grande bulle financière ...mais là encore Trump pare au plus grand danger, pour lui, ce ne serait qu'après les élections de midterm ...

  • Par Liberte5 - 17/07/2018 - 22:35 - Signaler un abus d'accord avec JLH: tout dépendra de l'évolution du monde.

    cette phrase est clef. Nul ne peut prédire de qui va se passer. Et il va s'en passer des choses, dans les semaines , les mois et les deux ou trois ans qui viennent. D. Trump est en train de secouer tout ce qui avait été concocté à l'OMC et dans tous les accords multilatéraux sur le commerce.Les accords bilatéraux vont changer la donne. L’Europe ventre mou sur la scène internationale peut exploser devant un tel séisme probable. En ce qui concerne la Chine, les USA et le Japon la bataille va faire rage.

  • Par vangog - 17/07/2018 - 22:51 - Signaler un abus D’accord avec Hermet. Donald n’a rien à voir là- dedans...

    mais les cousins se cherchent un bouc-émissaire à leurs incompétences!

  • Par Labarthe - 18/07/2018 - 18:20 - Signaler un abus Mme Irma...

    Ce n’est plus de l’analyse économique c’est une consultation de Madame Irma......

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€