Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2018 : les cinq élections qui feront l'année géopolitique

En 2018, au moins cinq élections auront un poids particulier sur la vie internationale. Russie, Italie, Etats-Unis, Brésil ou encore Liban, l’année promet d’être chargée.

Programme chargé

Publié le

Brésil à l'ère du "Grand nettoyage"

Les 7 et 28 octobre 2018, les électeurs brésiliens auront à renouveler non seulement leur président, actuellement Michel Temer suite à la destitution de Dilma Roussef, mais également

un tiers du Sénat, la totalité de la Chambre des député et les institutions des Etats. Ces élections interviennent dans un contexte intérieur troublé : à la crise économique et budgétaire s'ajoute la crise institutionnelle déclenchée par les scandales de corruption, le discrédit de la classe politique fédérale ainsi que les incertitudes sur le sort de l'ancien président Lula da Silva. Par-delà les enjeux nationaux essentiels de ces élections, il convient de mesurer l'impact de ces élections pour le continent sud-américain et pour l'équilibre global.

Principale puissance économique et militaire de la région, engagé dans un effort de défense dont les autres poids lourds régionaux sont incapables pour le moment, figure éminente des BRICS et promoteur d'un renouvellement des institutions multilatérales, le Brésil pâtit de ses difficultés intérieures sur la scène internationale. En plongeant dans la crise politique, le Brésil a privé les équilibres internationaux - bien précaires - d'un point d'appui hautement nécessaire. Du Grand Nettoyage au Grand rééquilibrage, il y a un pas conséquent à franchir...

Trump face aux élections de mi-mandat

En novembre 2018, deux ans après la victoire de Donald Trump aux présidentielles, les électeurs américains éliront un tiers de leurs sénateurs et l’intégralité des 435 représentants au Congrès des Etats-Unis. Après la défaite cuisante de Hillary Clinton mais aussi après les succès aux élections partielles en Virginie et en Alabama, les Démocrates auront pour principal enjeu de combler leurs retards : les républicains ont une courte majorité au Sénat (1 siège) et un avantage plus confortable à la Chambre (47 sièges). La dynamique est en leur faveur notamment en raison de la sourde opposition entre le président et le parti républicain. Toutefois les enjeux excèdent la politique locale et nationale : en effet’ les prérogatives constitutionnelles du Sénat lui donnent un rôle important dans la ratification des traités internationaux. Sans Sénat, pas de ratification du traité de Paris sur le climat par exemple. D’un point de vue purement politique, l’échéance sera déterminante pour mesure le rapport de force entre un président à la politique étrangère erratique et un establishment républicain très hostile à la Russie et très prudent à l’égard de la Corée du Nord. Encore une fois, la conjoncture politique Washingtonienne aura un impact sur le cours du monde.

Les improbables élections législatives au Liban : caisse de résonance du Moyen orient

Les élections les plus lourdes de conséquences pour les relations internationales en 2018 n’auront peut-être tout simplement pas lieu. Reportées à 2018 il y’a plus de deux ans en raison des difficultés du parlement à élire un président pour le pays, régies par une nouvelle loi électorale, ces élections cristallisent en elles à la fois la crise sociale du pays qui a conduit à de nombreuses manifestations, la crise migratoire et politique due à la guerre en Syrie et les tensions régionales qui font du pays la caisse de résonance des conflits du Moyen Orient. Ainsi, quel parlement le Liban pourra t il se donner alors même que le pays est l’enjeu de l’affrontement entre l’Arabie saoudite et l’Iran ? Pourra-t-il conjurer le spectre de la guerre civile, des tensions confessionnelles et des violences entre communautés alors que le pays doit faire face aux défis de la montée en puissance militaire du Hezbollah via le théâtre d’opération syrien, à l’accroissement du nombre de citoyens syriens sur son sol et à la montée des tensions en Méditerranée orientale? espérons que la scène politique libanaise ne servira pas une fois encore de champ de bataille par procuration pour les puissances régionales et internationales.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 03/01/2018 - 22:44 - Signaler un abus « Une raison de plus de douter de l’UE?... »

    C’est déjà joué en Italie! Ce sera un tiers pour le Berlusconi nouveau, un tiers pour cinque stelle et un tiers pour Renzi...soit une nouvelle impasse pour les réformes! Italie paralysée. Allemagne paralysée, France dans le brouillard macroniste: la galère européiste continue! Et pendant ce temps, l’Asie et les USA font des pas de géants...pas en marchant, mais en courant!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€