Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2018, l’année où Emmanuel Macron devra transformer l’essai

L'allocution traditionnelle du 31 décembre a été l'occasion pour le Président de transmettre ses meilleurs voeux aux Français, comme le veut la tradition.

Défis

Publié le

Sur la gouvernance encore, il avait promis des changements institutionnels qui nécessitent de réformer la Constitution. Les élections sénatoriales n'ont pas permis à LREM d'obtenir la majorité parlementaire nécessaire pour agir sans faire de concessions. Là se mesureront les capacités des oppositions et autres partis constructifs à agir, soit en termes de blocage soit en termes de discussions. 

Nous savons que toute réforme recourant au référendum peut être extrêmement risquée. Les débats peuvent être très difficilement circonscrit sur ce terrain et, comme l'on a vu lors du dernier référendum européen, ce ne sont pas tant les partis qui ont dirigé les débats que certains groupes de citoyens très actifs. La baisse du nombre de parlementaire peut être de ce point de vue un piège. Lorsque certaines régions rurales mesureront la réalité de leur représentation législative après cette réforme que tout le monde semble appeler de ses voeux, réagiront-elles de la même manière?

Nous voyons déjà les réticences au Sénat, qui représente les territoires sur ce sujet, et chez certains députés. C'est le genre de débat qui ne restera pas confiné à la question technique ou financière qui pour l'instant l'enceint. Les Français sont un peuple politique. Ils aiment le débat bien au-delà de ce qui se pratique dans de nombreux pays socio-démocrates, ils aiment la confrontation. Il n'y a pas de référendum facile, jamais. Le général de Gaule a chuté sur l'un d'eux. Le PS s'est fracassé sur un autre, le sujet européen est devenu ultra sensible avec le même... 

Pour revenir à votre question, le volontarisme, le sentiment de mouvement, sont évidemment nécessaires. C'est une marque indélébile du macronisme, une part de sa force. Mais le volontarisme n'est pas l’entêtement - lui-même a insisté sur ce point pendant ses voeux, ce qui montre qu’il a pleinement conscience des critiques qui lui sont adressées par une part de l’opinion, qui juge qu’il exerce un pouvoir trop absolu, trop centralisé, sans écouter suffisamment. 

Quand au « Président disruptif », la nouveauté pour la nouveauté n’a probablement que peu d’intérêt. Il doit  surtout chercher à entretenir l’idée qu’il ne reproduit pas les erreurs de ses prédécesseurs, qu’il continue à expérimenter sans cesse des solutions nouvelles. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 01/01/2018 - 10:57 - Signaler un abus Comme les autres

    "’à la différence de ses prédécesseurs, qui enterraient leurs engagements en espérant qu’on les oublie, il est lui-même allé au devant de son échec pour l’expliquer": si on ne lui avait pas rappelé, il aurait fait comme les autres. Là, il a dû faire comme Hollande avec le chômage et "assumer", c'est-à-dire inventer des justifications bidon et s'excuser lui-même... et il espère qu'on finira par oublier.

  • Par gerard JOURDAIN - 01/01/2018 - 12:36 - Signaler un abus manque juste le plus important....

    Comment désengager 120 000 fonctionnaires? Encore que 500 000, serait la vrai recette à la compétitivité durable de la France.... Mais là, sans révolution, les règles des français fond qu'il ne pourra pas.. Alors continuons à atterrir de 4 % chaque année de baisse de pouvoir d'achat et baisse de qualité des services d'état. Dans 10 ans on sera à 50% de moins en pouvoir d'achat...Ce qui doit être notre réelle positon.

  • Par Ganesha - 01/01/2018 - 14:23 - Signaler un abus Cancrelats

    Comme une nichée de cancrelats ayant trouvé refuge sous une armoire de cuisine, Atlantico abrite encore quelques ''libéraux'', admirateurs de ''l'austérité merkelienne'', pourtant en pleine déconfiture. Inutile de chercher à les raisonner : leur cerveau sénile est aussi momifié que celui de Toutânkhamon. Il suffit d'attendre patiemment l'achèvement de leur pyramide. En pratique, il y a de fortes chances pour que 2018 marque, enfin, l'effondrement du Capitalisme, qui a atteint un état de décomposition encore pire que celui qu'a connu l'Union Soviétique !

  • Par kelenborn - 01/01/2018 - 16:30 - Signaler un abus misère nouère

    A lire cette bonne femme on a envie de paraphraser (au fait je sais plus si c'est Coluche Jean Yanne ou un autre) enfin celui qui a dit: c'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule! Et bien c'est pas parce que Macroléon n'avait rien à dire qu'il faut l'ouvrir!!! D'ailleurs....il suffit de Chloé son bec!

  • Par kelenborn - 01/01/2018 - 16:36 - Signaler un abus oh la

    mais qu'est ce qu'attendent les redresseurs de torts d'orthographe, les chasseurs des atteintes à la grammaire, que fait Ah2Bouh ? Car , Gérard , il a , l'année tout juste commencée décroché le bonnet d'âne qui sera décerné par Brighelli! C'est simple, la gibecière est pleine et plus de cartouches! NDLR comme Gerard va souvent causer sur Louseur et que Brighelli y est aussi qu'il le reçoive la bas, on se passera de la cérémonie!

  • Par kelenborn - 01/01/2018 - 16:40 - Signaler un abus oh Ganesha

    la franchement t'as vidé une caisse de bourbon hier soir!!!! L'effondrement du capitalisme ! rien que ça ! Tu sais, quand j'étais gamin au lycée, un grand avait écrit dans les chiottes " c'est ici que tombent en ruine les châteaux de la cuisine"!!! Et bien, je pense que t'as bien vu quelque chose s'effondrer hier soir ou ce matin mais...c'était pas le capitalisme! Bonne année quand même!

  • Par Ganesha - 01/01/2018 - 18:09 - Signaler un abus Pulsions génocidaires

    Lire un commentaire qui évoque tranquillement des centaines de milliers d'êtres humains ''à exterminer'', cela fait vraiment ''froid dans le dos'' ! Cela donne l'impression de feuilleter le ''rapport d'activité'' du camp d'Auschwitz ! Décidément, les ''Fillonistes'' sont des malades psychiatriques qui ont trouvé là un exutoire pour pouvoir exprimer leurs pulsions génocidaires nazies en toute impunité.

  • Par Ganesha - 01/01/2018 - 18:17 - Signaler un abus Empires éternels

    Quant à ceux qui croient au ''Reich Millénaire du Capitalisme'', l'avenir nous départagera. Après l'Empire des Pharaons, puis l'Empire Romain, le Mur de Berlin s'est effondré en 1989 !

  • Par kelenborn - 01/01/2018 - 18:42 - Signaler un abus Oui oui Ganesha

    le capitalisme mourra un jour comme l'humanité après les dinosaures et même la terre quand elle sera absorbée par le soleil! mais il y a quelque chance que tu sois mort avant que le capitalisme ne le soit!!! D'ailleurs, Marx, Engels, Lenine, Trotsky, Staline avaient annoncé la mort du capitalisme...Ils ont du confondre avec les morts qu'ils ont fait! Même Melenchon n'y croit pas! au fond de lui il est persuadé qu'il survivra même à une attaque de quinoa! Et puis quand même...les comparaisons avec Auschwitz, le Reich millénaire, laisse ça à Crassepoutine Leroy sur Louseur! Cela fait à peine 19 heures que 2018 est commencé et t'as au moins 12 points Goodwin !

  • Par Anouman - 01/01/2018 - 19:29 - Signaler un abus Essai

    J'ai encore dormi en 2017, je n'ai même pas vu que Macron avait marqué un essai depuis sa qualification en équipe de France. Va falloir que je sois plus attentif.

  • Par Ganesha - 02/01/2018 - 01:04 - Signaler un abus Engagez-vous !

    Si je veux être honnête et objectif, il me faut reconnaître que le monsieur ci-dessus a précisément écrit : ''Comment désengager 120 000 fonctionnaires? '' Mais, la question reste :''désengager'', en quoi cela consiste-t-il exactement ? ''Éliminer'', c'est, par exemple, une balle dans la nuque. Mais comment est-ce qu'on ''désengage'' ? On commence par un bon coup de pied dans le cul ! Mais ensuite, on les met au RSA ? Ou, on leur conseille de se trouver un autre engagement, dans la Légion Étrangère, ou la Marine Nationale ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€