Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

2015, un très grand cru pour l’archéologie française : petit guide de nos plus belles découvertes

L'année 2015 a été très fructueuse pour les découvertes archéologiques. Chacune d'entre elles pose de nombreuses questions qui permettent de mieux comprendre l'histoire de l'humanité. Les équipes françaises se sont illustrées et ont été à l'origine de découvertes dans des lieux improbables comme le sous-sol d'un magasin ou en plein coeur d'une zone d'aménagement concerté.

Sous les pavés...

Publié le - Mis à jour le 1 Janvier 2016
2015, un très grand cru pour l’archéologie française : petit guide de nos plus belles découvertes

"Little foot" est aujourd'hui l'australopithèque le plus complet jamais découvert. Tombé dans un puits voici quelques millions d'années, il a été découvert au fond de la grotte de Silberberg à Sterkfontein.  Crédit Reuters

La datation d'un australopithèque plus ancien que Lucy en Afrique du Sud par Ron Clarke

Il se dénomme « Little foot » et est aujourd’hui l'australopithèque le plus complet jamais découvert. Tombé dans un puits voici quelques millions d'années, il a été découvert au fond de la grotte de Silberberg à Sterkfontein. Sa fouille a nécessité treize longues années de dégagement. Sa datation était l’objet de nombreuses controverses au sein de la communauté des paléoanthropologues. Avec 2 millions d'années il ne pouvait être à l'origine de l'Homme. Avec 3,5 millions d'années - comme le pensait Ron Clarke - ce petit australopithèque était dans la course de nos origines.

Parue dans la revue Nature, une datation confirme son ancienneté : 3 600 000 ans environs, soit bien plus vieux que la célèbre Lucy, découverte en Afrique Orientale. Une très belle découverte pour l'anthropologie, l'archéologie et l’histoire de nos origines.

Lac Turkana : les plus vieux outils du monde par Sonia Armand et son équipe CNRS Inrap

Ils ont piètre allure mais constituent pourtant à eux seuls un moment capital de l’histoire de l’Homme. La découverte est de taille : les plus anciens outils de pierre de l’humanité viennent d’être exhumés, sur les rives du lac Turkana au Kenya. Encore plus surprenant, cette industrie de 3,3 millions d'années n’est pas liée aux premiers hommes du Genre Homo, mais à des individus bien plus anciens. Qui pourraient-ils bien être ? Cette découverte nous montre un instant-clé de notre humanité, celui de l’invention, d’une des toutes premières innovations de notre histoire. Il y a 3,3 millions d’années, afin de résoudre un problème, une idée germe sous le crâne d’un hominoïde …

Découverte d'une tombe princière à Lavau de la période de Hallstatt (5 siècle avant notre ère) par l'Inrap

Cela faisait 60 ans que nous l'attendions, le recherchions ! Les archéologues de l’Inrap l’on trouvé dans une ZAC, près de Troyes, lors d’une fouille préventive, à Lavau. Il est allongé sur son char, porte un torque d’or, ce collier rigide celte, lourd de 580 grammes… depuis la découverte de la princesse de Vix en Bourgogne, jamais une telle découverte n’avait été faite en France. Il faut se rendre à l’évidence, nous voici devant la sépulture d’un prince, paré de bracelets d’or, inhumé avec son service à vin, un chaudron d’origine étrusque d’un mètre de diamètre, d’un vase grec produit à Athènes, et d'une "figure noire" représentant Dionysos allongé sous une vigne faisant face à un personnage féminin. Ce potentat local contrôlait probablement quelque importante voie commerciale Sud-Nord dont celle du vin de Méditerranée, objet de prestige et d’ostentation et peut-être de beuverie…

La fausse commune en plein cœur de Paris appartenant à un cimetière d'hôpital par une équipe de l'Inrap

Que peut-il y avoir au deuxième sous-sol des caves de l’ancien Félix Potin à Paris, à l’angle de la rue Réaumur et du boulevard Sébastopol ? Sous le rayon « savons et shampoings », surprise, des squelettes ! L’actuel supermarché se devait d'agrandir ses caves, leur aménagement a ainsi mis au jour 150 squelettes alignés sur le sable fin… Une équipe d’anthropologues de l'Inrap a patiemment dégagé 8 fosses communes et leurs individus déposés « tête-bêche » appartenant à l’ancien cimetière de la Trinité. Cette macabre découverte est-elle le témoin d’un terrible fléau, de quelques foudroyantes épidémies ? Peste, typhus, variole ou choléra, nous voici devant les preuves d’un tragique évènement depuis longtemps oublié. L’enquête est en cours.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par olrick - 31/12/2015 - 09:38 - Signaler un abus Et la "vraie" commune ?

    Où est-elle ?

  • Par zouk - 31/12/2015 - 12:05 - Signaler un abus FAUSSE COMMUNE

    N'est-ce pas plutôt une fOsse commune? L'orthographe souffre chaque jour un peu plus cruellement

  • Par julepa - 31/12/2015 - 18:17 - Signaler un abus jusqu'où irez-vous?

    J'ai vraiment beaucoup ri avec votre "fausse commune". On se demande s'il existe encore une vraie orthographe chez certains journalistes, dont la matière première est la langue française. Ou bien à Atlantico vous avez déjà tout robotisé? Et on lit ici-même des articles qui témoignent que tout a déjà commencé à s'écrouler... Effectivement c'est indéniable, mais le premier symptôme c'est justement la langue...

  • Par Le gorille - 31/12/2015 - 18:23 - Signaler un abus Le correcteur !

    En parlant avec une éditrice, j'ai eu la surprise de découvrir qu'elle refusait les correcteurs électroniques. L'expérience d'Atlantico lui donnerait-elle raison ? Il est vrai qu'il faut souvent se battre contre ces différents logiciels, qui n'ont pas la souplesse humaine.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Charpentier

Vincent Charpentier travaille à l'Inrap.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€