Mercredi 16 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

1789-2013 : la crise va-t-elle nous mener vers une nouvelle Révolution ?

Comme la Monarchie absolue avant elle, la Ve République, plombée par une dette étouffante et paralysée par l'immobilisme démocratique, est confrontée à un dangereux risque de saturation.

La roue de l'Histoire

Publié le 6 janvier 2013 - Mis à jour le 7 janvier 2013
 
Désamour des élites, accumulation des privilèges, pouvoir politique en panne... La situation actuelle est en certains points similaire à celle de 1789.

Désamour des élites, accumulation des privilèges, pouvoir politique en panne... La situation actuelle est en certains points similaire à celle de 1789. Crédit DR

Atlantico : Désamour des élites, accumulation des privilèges, pouvoir politique en panne... Peut-on dire que la situation du pays en 1789 est en certains points similaire à celle que nous vivons actuellement ?

Dimitri Casali : En tant qu'historien, je suis frappé par les points communs aux deux périodes, dans le sens où les dysfonctionnement du modèle politique laissent en effet penser que nous sommes au bord du gouffre. J'aimerais pourtant garder une lecture "optimiste" des évènements car il ne faut pas oublier qu'en dehors de 1789 la France a connu d'autres crises graves et a pu s'en sortir le plus souvent grâce à une volonté de changement exprimée souvent tard, mais exprimée tout de même.

La tâche est néanmoins ardue, d'autant plus que nous faisons face aux trois mêmes crises que dans l'avant-1789 : crise économique (dette étouffante, hausse des prix et du chômage...), crise sociale (grogne populaire face aux privilèges...), et crise politique (incapacité du pouvoir à réformer). A cela vient aujourd'hui s'ajouter une crise supplémentaire à savoir la crise identitaire qu'était loin de connaître la France de l'Ancien Régime.

Tout comme à la fin du XVIIIe siècle, la France se retrouve sclérosée et l'immobilisme de notre actuel Président ressemble étrangement au caractère hésitant de Louis XVI, qui n'a somme toute jamais réellement souhaité faire le grand saut nécessaire pour rétablir le pays. Nous sommes donc, en 2013 comme en 1788, coincés entre l'envie d'améliorer la situation et la peur d'un changement radical pourtant nécessaire à cette amélioration. Seul un homme providentiel pourrait débloquer la situation et j'ai hélas bien peur que ce ne soit pas l'actuel dirigeant de la Ve République.

Alain Fabre : La Vème République peut se comprendre comme une restauration d'un absolutisme politique d'Ancien Régime : le parlement est un élément de limitation du pouvoir du chef de l'Etat, non de la réalité de son exercice. Il s'agit dans les deux cas d'un régime où le pouvoir se retrouve très concentré. On peut dire que cela a fonctionné avec des dirigeants de forte stature politique comme Louis XIV ou Charles de Gaulle. Les institutions françaises sont solides mais elles nécessitent à leur tête, des personnalités hors norme. On ne peut donc pas être un président "normal" sous la Vème République ; il faut être exceptionnel pour exercer la fonction. La tradition politique française récuse les contre-pouvoirs perçus depuis le XVIIe siècle comme une réduction d'efficacité et une entrave à l'action publique.

 

Pour ce qui est du « désamour » des élites, je reprends à mon compte l'interprétation de Tocqueville qui considère que depuis les années le milieu du XVII°siècle, le pouvoir royal a mis en place un processus de « délégitimation » des élites sociales naturelles: depuis Colbert, il n'y a de légitimité sociale qu'émanant de l'Etat. C'est le paradoxe de l'absolutisme politique : il détient des instruments puissants d'action entre ses mains, mais pour avoir cisaillé depuis trois siècles, les liens entre pouvoir et société, il ne peut agir car il lui manque toujours la légitimité sociale de l'action politique. En France quand on cherche quelles réformes faire pour développer l'économie, on demande un rapport à Jacques Attali et Louis Gallois, personnalités d'une qualité et d'une compétence absolument indiscutables mais sans expérience du monde économique entrepreneurial et concurrentiel. Quand le Chancelier allemand fait la même chose, il fait appel à M. Hartz, le DRH de Volkswagen. Depuis Colbert, l'Etat en France considère de son côté qu'il détient le monopole du savoir. L'expérience n'est en aucun cas un élément de savoir. Elle est toujours considérée comme relayant des doléances catégorielles ou corporatistes, d'avance récusables au nom de l'intérêt général.

 

A l'inverse en Allemagne, le pouvoir politique prend ses racines dans la société, la politique va du bas vers le haut ; en France, le pouvoir est extérieur à la société ; la politique va du haut vers le bas.

 

Comme l'Ancien Régime, la Vème République est aussi un régime politique qui tire sa légitimité sociale de sa capacité à garantir des rentes à des ordres privilégiés. Ceci dit, en passant d'un ordre social hiérarchique à un ordre social égalitaire, les privilégiés sont devenus socialement majoritaires : les bénéficiaires nets du système représentent les 2/3 des suffrages exprimés. En France, le pouvoir politique fait reposer sa base sociale sur les titulaires de rentes. Dans ces conditions, des systèmes politiques comme l'Ancien Régime et la Vème République non seulement récusent les réformes mais sont incapables de choisir entre le risque de faillite et celui de devoir entrer en conflit avec les bénéficiaires de rentes.

 

C'est ce que François Furet a très bien décrit dans Penser la Révolution française : le pouvoir politique, en s'attaquant aux rentes dont il est à l'origine, sape la base sociale sur laquelle il repose ; c'est la même impossibilité de choisir dans laquelle se trouve la Vème République. De ce point de vue, la défaite de Valéry Giscard d'Estaing et de Nicolas Sarkozy expriment fondamentalement un refus des réformes. Les chocs pétroliers des années 1970 comme la crise à partir de 2008 accélèrent les besoins de réformes et la pression sur la nécessité de démanteler les rentes. François Mitterrand et François Hollande ont tous les deux été élus pour trouver des solutions à la crise qui ne mettent pas en cause la sanctuarisation de la France abritée, voire qui enchaîne un peu plus la France exposée au financement des rentes de la France abritée. La réponse, on la connaît : on augmente les contributions de ceux qui sont déjà les contributeurs nets les plus importants au système, les entreprises ou ceux qui sont désignés à la vindicte générale comme étant les riches. Comme on le sait, montrer du doigt les gens riches sert surtout à accroître la pression sur la France exposée, celle qui ne peut y échapper ni par la fuite à l'étranger ni par le bénéfice des rentes.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par domdas - 09/01/2013 - 01:48 - Signaler un abus Révolution ? le jour où les entrepreneurs cesseront de cotiser !

    La révolution viendra peut-être des entrepreneurs lorsqu'ils auront compris qu'il est préférable de défendre l'intérêt de leurs salariés et des inactifs qui veulent bosser contre tous ceux qui profitent à plein et gaspillent sans compter les deniers publics.

  • Par Fort_Niagara - 09/01/2013 - 01:00 - Signaler un abus Article intéressant mais il faut dire aussi que ...

    De plus, sur les média, se rajoute continuellement de l'huile sur le feu avec les mots "quartiers défavorisés" "milieux défavorisés", etc. et comme l'a dénoncé récemment Bernard Tapie, il y a une tendance générale à nous faire accroire que les riches sont responsables (fautifs) de la pauvreté. Les journalistes ne bronchent pas. De quoi préparer une belle explosion d'ici vingt ans.

  • Par esurlo - 08/01/2013 - 18:29 - Signaler un abus Trop gavés

    pour une révolution
    et la préference de se soumettre à tout , plutot que d'affronter , quoique ce soit .......
    .
    .

  • Par kettle - 08/01/2013 - 17:23 - Signaler un abus "Je pense qu'on a le gros de la crise derrière nous"

    "Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances, a estimé, lundi 20 août, que a le gros de la crise financière actuelle était passé et qu'il n'y a pas de raison de modifier l'objectif d'une croissance de 2,25% du produit intérieur brut (PIB) en 2007 en France.
    .
    "Je pense qu'on a le gros de la crise derrière nous" - Christine Lagarde, 2007

  • Par Papy Geon - 08/01/2013 - 15:30 - Signaler un abus Révolution ? à éviter bien sûr…

    Je suis tout à fait d’accord avec Ludo1963, et je partage le même souhait d’une société à la Suédoise. Comment y parvenir ? tout simplement en remplaçant le système de Nomenklatura qui a pris ses aises en France. Croyez-vous vraiment que des personnes qui s’exonèrent de leurs devoirs élémentaires de payer l’impôt sur tout ce que leur apporte la Société, puissent faire du social ? A qui pensent-ils en priorité ? Ils ne vous distribuent que les restes de l’orgie! Je refuse de me battre comme un chien qui défend ces restes, surtout si je dois me battre contre les braves gens qui défendent béatement cette Nomenklatura.
    Je ne tiens pas non plus à revivre en France la glorieuse période d’existence de l’URSS ! Ce genre d’expérience du passé ne pourrait d’ailleurs pas perdurer dans notre monde d’aujourd’hui. C’est comme le fameux rempart de la ligne Maginot, censé nous protéger: à oublier, d’urgence.
    Il faut impérativement éviter une révolution, car il me semble que cela se termine toujours « dans le rouge ». Comment s’appellerait la future Nomenklatura Française qui aurait le bonheur de nous mener plus bas que terre ?

  • Par Ludo1963 - 08/01/2013 - 13:59 - Signaler un abus @ganesha : bouffon bien pensant et sectaire

    puique vous me carricaturez je vais vous répondre...
    vos beaux voeux de partage, tous les peuples communistes l'ont fait..
    AUCUN n'a réussi.. ils l'ont tous regretté amèrement... pourquoi n'allez vous pas vivre en Corée du Nord ou à Cuba, plutôt que de rester dans notre horrible système capitaliste ??? vous niez la nature humaine qui est contraire au communisme, et avancez, bouffi de bien pensance, en traitant d'extremistes ceux qui ne pensent pas comme vous (fuhrer, esclavage, gladiateur...)
    pas de chance pour vous j'ai une pensée socialiste mais je suis moins crétin que vous... j'appèle de mes voeux un socialisme à la suédoise pour la France.. je suis sûr que vous ne devez pas connaitre comment ils se sont réformés... les plus démunis ont plus d'avenir en Suède qu'en France, et n'auront pas besoin de révolution..
    vous êtes un petit bouffon qui doit sans doute remplir son logement avec des produits chinois... un bon mondialiste...
    vous me faites rire

  • Par Ganesha - 08/01/2013 - 11:34 - Signaler un abus Vorivzakonie

    Comme vous, je veux croire et espérer que le vrai Communisme est possible : un système économique basé sur la solidarité humaine, tout à fait dans la ligne des principes de 1789 et du christianisme, et que sa dérive totalitariste n'a été qu'un accident de l'Histoire, tout comme la Terreur de 1793...
    En tout cas, je préfère cette hypothèse à l'avènement d'un Fuhrer ou à l'esclavage ou l'acceptation du rôle de gladiateur dans les nouveaux jeux du cirque de la mondialisation auquel semble se résigner Ludo 1963...

  • Par Ludo1963 - 08/01/2013 - 10:12 - Signaler un abus N importe quoi

    La situation des français n a rien à voir avec celle de 1789.
    Ils n ont aucune envie de faire voler en éclat le système social, ce qui serait inéluctable car en cas de révolution l économie plongerait et les autres pays ne nous attendraient pas.
    La "révolution" se fera de l extérieur : mise sous tutelle de nos mesures économiques par la troïka où nos créanciers , après une dissolution et lors d une cohabitation
    Plus de démagogie politique, médiatique et syndicaliste. 5 ans de reformes structurelles et on repartira armés pour la mondialisation

  • Par Vorivzakonie - 08/01/2013 - 08:46 - Signaler un abus Amalgame historique : 89 ou 17 ?

    Marx décrivait la situation révolutionnaire comme le moment de rupture dans une tension entre infrastructure économique et superstructure politique, pour faire vite. La progression de la première nécessitant une adaptation de la seconde. 1789 était une révolution bourgeoise et ce que demandent ces deux messieurs (un duce, des "réformes" libérales) est le triomphe du totalitarisme libéral. Ce n'est pas une révolution qui viendrait du peuple en tous les cas.
    Tant qu'à faire j'opterai plutôt pour une Révolution Bolchevique. Mais les français sont trop couilles molles pour cela. Ce qui se produira : une plus grande exploitation dans les pays capitalistes s'apauvrissants au profit des multinationales et une montée en puissance des pays non démocratiques (Russie, Chine,Inde,Iran)
    Ce qui entrainera (cf les expériences de l'Ecole de Chicago) une baisse de la démocratie dans les pays occidentaux, voire effectivement l'avènement d'hommes providentiels style Führer...

  • Par alsatian in oklahoma - 07/01/2013 - 23:29 - Signaler un abus GEGE FOUFOU!

    Tu as de la chance! Il y pas de manif a Oklahoma-city FN ou MNR!!!! CA ME MANQUE!!!!!! Au fait, Obama a nomme Hagel (petage de gueule en chef)... Les Juifs Ricains ont vote pour Obama a 82%, Qu'ils ne viennent pas chialer maintenant!... Que pense tu de L'union des Juifs Francais?,,,Moi, je les aiment bien! ...En tous cas,100 000x mieux que les Muzzs!

  • Par JS - 07/01/2013 - 23:00 - Signaler un abus Révolte --> Mentalité

    Révolte --> Mentalité d'esclave

  • Par anonymus - 07/01/2013 - 22:27 - Signaler un abus @Par Gégé Foufou - 07/01/2013 - 19:22

    la droite fait une manif et c'est la révolution? quelle rigolade la droite est tellement moutonnière que pour une fois qu' elle fait une manif elle se voit renversant l'ordre établi.. trop drôle.

  • Par boblecler - 07/01/2013 - 22:20 - Signaler un abus On prête à la France car nous

    On prête à la France car nous n'avons pas de prêts hypothécaires à taux variables. Les Française ne dépensent que ce qu'ils ont!!!! Les Suisses n'ont que des prêts hypothécaires

  • Par Gégé Foufou - 07/01/2013 - 20:22 - Signaler un abus La Révolution

    Elle commence dimanche 13 avec le million de manifestants (500 000 annncés à ce jour) mais depuis la communication du F.N., nous mobilisons dans notre parti et auprès de nos adhérents et sympathisants.
    J'espère que l'UMP fait pareil afin de soutenir les associations de défense de la famille dont ils sont très proches.
    Cette manif c'est l'occasion ou jamais de montrer votre opposition et pour les grands démocrates qui sont sur ce site ça leur fera prendre l'air au lieu de rester derrière l'écran et ainsi démontrer leur opposition franche à ce gouvernement.
    MOBILISEZ VOUS COURAGE MANIFESTEZ

  • Par Gégé Foufou - 07/01/2013 - 20:16 - Signaler un abus A Glop Glop

    Quand vous n'avez plus d'argument vous faites comme mon très cher ami l'Enclume, vous inventez, vous brodez, vous phantasmez, vous difamez, mais vous en êtes le seul convaincu. (dommage pour vous)
    Bonsoir.

  • Par Gégé Foufou - 07/01/2013 - 20:13 - Signaler un abus A Glop glop

    Les listes RBM dans lesquelles il y aura des gens du F.N. et d'autres non (exemple Collard)
    Me concernant dites moi en quoi mon discours est différent de celui de MLP ??
    SVP vous me rendriez service
    Salut

  • Par MONEO98 - 07/01/2013 - 19:41 - Signaler un abus révolution surement

    TOUS les partis politiques français sont interventionnistes ;tous voient en l'Etat, le rempart , le guide,le gardien de la morale
    Internationaliste socialiste, socialistes ,verts , nationaux socialistes, colbertistes, ;Pas un parti n'admet que la solution viendrait de la base pas du sommet et nous sommes dans l"UE qui n'acceptera jamais ce modèle français qui depuis plus d e 40ans dépense l'argent qu'il n'a pas dans des projets vaseux ( aujourd'hui la relance du photovoltaïque) et la multiplication d'emplois protégés qui détruisent les emplois marchands..
    culturellement les français manipulés médiatiquement depuis toujours pensent que l'Etat va les sauver et qu'il faut faire payer les riches , et comme les riches ont décidé de voter avec leurs pieds quand ils comprendront que ce sont les fonctionnaires ,les protégés ,les riches ;;forcément ça va coincer

  • Par l'enclume - 07/01/2013 - 12:42 - Signaler un abus Les bas du Front, c'est la chute finaleeeeuuuuue!

    Oh! les caciques de l'extrème droite, les Chinois, les Vietnaliens, les Brésiliens, les Indous, les Philipiens, y doivent bien rigoler en lisant vos commentaires, plus franchouillards les uns que les autres.
    Nous représentons 1% des humains et vous vous représentez 0,00001%. Chantez vos louanges si cela vous fait du bien, pendant que les autres vous regardent en bossant.

  • Par Papy Geon - 07/01/2013 - 11:38 - Signaler un abus Où sont les coupables ?...

    Nous sommes à la merci de gestionnaires carriéristes entourés de quelques faire-valoir. Cela n’est pas nouveau, cela existait dans de moindres proportions lors de précédentes mandatures présidentielles. Mais ces gestionnaires mercantiles, qui se préparent d’ailleurs de longues retraites d’abondance, sont manipulés par quelque-chose.
    Ce qui est nouveau, ce qui transpire des discours et des décisions, c’est une volonté malsaine de profiter de la situation trouble actuelle pour modifier de façon radicale notre mode de vie, voire notre civilisation. Il est certain que cette évolution, si le coup de main réussi, ne se fera pas au profit des Français.
    Alors, il serait bon de rechercher quelle entité est le commanditaire de ce bazar, avant que cela ne dégénère.

  • Par ccompagnon - 07/01/2013 - 09:57 - Signaler un abus La réponse est :

    OUI !

  • Par Glop Glop - 07/01/2013 - 09:53 - Signaler un abus @ Gégé Foufou - 06/01/2013 - 18:54

    "Je vais me présenter sur la liste RBM de ma ville, je suis secrétaire de circonscription, organise des réunions chaque mois et demi, et assite aux réunion départementale dont je fait parti."
    -
    Vous êtes Front National ou RBM? Il semble que le RBM est réservé aux soutiens Front National non Front National. Vous écrivez souvent que vous êtes "cadre du parti", ce dont je doute depuis le début, vous êtes militant sans aucun doute, adhérent sans doute, sympathisant très certainement et même aucun doute, mais il y a souvent dans vos propos des choses avancées qui ne correspondent pas du tout aux propos et réponses de Marine Le Pen elle-même lors des interviews, débats et déclarations diverses parfaitement lisibles et audibles à partir du site même du Front National.

  • Par Ganesha - 07/01/2013 - 09:07 - Signaler un abus Francs Suisses

    La Révolution, bien sûr ! Je l'attend, je l'espère, je la souhaite !
    Pour moi, la question est : sommes nous en 1789 ? Ne serions nous pas plutôt en 1830 ou 1848 ?
    La photo du titre entretient d'ailleurs le doute... Ce que je veux dire, en pratique, c'est le nouveau système économique et politique sera-t-il entièrement nouveau, comme en 1789, ou bien sera-t-il comme dans les "restaurations" et "retours de la République", une reprise de sytèmes déjà expérimentés en France ou ailleurs, mais en tachant d'éviter les erreurs du passé ?
    Ce qui est, comme d'habitude, ironique... ce sont les commentaires des "petits porteurs boursiers" qui viennent ici prendre la défense de la Haute Finance Internationale !
    Un excellent conseil, donné ci-dessous : achetez de l'Or et des francs suisses !

  • Par gargamel - 07/01/2013 - 02:33 - Signaler un abus 1882.assassinat de

    Jesse Michael Josepher Woodson James (jesse james).USA.
    Mes ancêtres ,1686 Loire Atlantique,n'en avaient que foutre. Tout comme la politique d'aujourd'hui. François H on ne croit pas en toi. Tafoille

  • Par JP34 - 07/01/2013 - 00:45 - Signaler un abus Excellent article le système

    Excellent article
    le système est actuellement complètement vérouillé par les politiques et leurs ayants droits: associations, corporatismes, syndicats etc.
    Le système sautera seulement et seulement quand l'état ne pourra plus arroser tout ces corps intérmédiaires .
    Tant que ces corps reçoivent leur subside rien ne changera.

  • Par Paul Tikitak - 07/01/2013 - 00:09 - Signaler un abus La crise n'y est pour rien

    Ce n'est pas la crise, qui va nous mener à la révolution : c'est la démence (des) socialiste(s).

  • Par ouyaouya - 06/01/2013 - 23:23 - Signaler un abus Très bon article

    Très bon article d'Atlantico. Ca fait plaisir.
    Pour ceux des commentateurs qui croient que le FN saura faire cette révolution 2 remarques:
    - certes le FN se démarque nettement des autres partis en ayant le courage de dénoncer haut et fort l'immigration massive et ses conséquences catastrophiques connues mais jamais traitées (cf rapport Obin, rapport HCI...);
    - en revanche côté économique le FN fait comme tous les autres partis politiques français (UMP, PS, LCR...): l'Etat doit s'occuper de tous, va régler tous les problèmes, tout contrôler.... C'est la pensée unique, avec quelques différences minimes. Donc de ce côté-là pour la révolution c'est un peu raté....
    Pour que le FN renouvelle la Revolution, il faudrait qu'il se fasse le défenseur des principes fondamentaux du droit naturel (en vogue au moment de la révolution):
    liberté, sécurité et propriété.
    Fini l'Etat-Providence qui s'occupe de tout.
    Fini la déresponsabilisation des individus.
    Fini l'Etat qui spolie les individus.
    Le FN est-il capable de promouvoir cela? Malheureusement j'en doute à voir le discours gauchiste de MLP.

  • Par Papy Geon - 06/01/2013 - 22:47 - Signaler un abus Pour s’en sortir, il faut d’abord créer des richesses…

    Ceci est d’une rare évidence, mais nos politiques ne savent pas créer de richesse, puisqu’ils ne sont que des gestionnaires. Alors, ils formulent une incantation (il faut de la croissance !), qu’ils entonnent du haut de leur minaret , deux fois par jour, au fil des journaux télévisés.
    Un gestionnaire exerce un métier très respectable et indispensable dans une entreprise, mais il n’est pas capable de diriger. Seul un entrepreneur , avec une vision de l’avenir claire, qui se fait aider par un gestionnaire, peut mener une entreprise à la réussite, et donc créer de la richesse. Les exemples d’entreprises prises en main par un gestionnaire, et qui disparaissent en 5 ans, sont légion.
    Les gestionnaires politisés, et ils sont malheureusement devenus très nombreux depuis 6 mois, qui prétendent nous gouverner ne peuvent d’évidence nous mener qu’à la faillite.
    Et ce n’est pas un entrepreneur, mais un ex-salarié lambda qui vous le dit !

  • Par matador - 06/01/2013 - 22:43 - Signaler un abus A LIBERTE

    C est exactement çà, un lent naufrage mais inéluctable

  • Par Liberte015 - 06/01/2013 - 22:32 - Signaler un abus En pente douce...

    Chloroformés par 40 ans de socialisme, il n'y aura aucune réaction d'envergure des Français pour renverser un régime à bout de souffle.Hollande l'a bien compris , il va louvoyer , gagner du temps, mais ne rien réformer.Le pays coulera doucement . Conclusion : c'est chacun pour soi et dieu pour tous.

  • Par matador - 06/01/2013 - 22:17 - Signaler un abus EN PLUS...

    s ajoutent l'inculture généralisée,le laxisme, l'incompétence de pas mal de fonctionnaires et autres d'ailleurs.....pour étaler le peu de science il ya du monde....pour faire du concret il y en a beaucoup moins

  • Par alsatian in oklahoma - 06/01/2013 - 22:06 - Signaler un abus MATADOR!

    Un general ou un colonel peut crier des ordres mais sil es soldats ne suivent pas, c'est lui qui risque lourd!...Analyse bien la defaite de 40!!!! ANALYSE BIEN!... Si des emeutes surgissent, les soldats "Blancs" n'ouvrirons JAMAIS le feu pour deffendre les muzzs en France et en Europe!... L'amour pour son semblable passe avant!

  • Par matador - 06/01/2013 - 21:57 - Signaler un abus a altasian

    pour un coup d'etat, faut une armee qui suive. L'élite militaire est bcp trop embougeoisee ..

  • Par texarkana - 06/01/2013 - 21:43 - Signaler un abus non mais la France va déstabiliser toute l'Europe

    la crise économique et surtout morale de ce pays va contaminer le reste de l'Europe , de manière autrement grave que la petite Grèce.
    Et comme à la "belle" époque de la Révolution française, nos dirigeants choisiront la fuite en avant par la déstabilisation des autres pays de l'UE (en essayant de les entraîner à une confrontation avec la Russie par exemple)...je délire ? eh bien on verra....

  • Par Cime - 06/01/2013 - 21:34 - Signaler un abus Et la Commission européenne dans votre analyse?

    Je trouve cet article très intéressant, mais il y manque un point essentiel: le pouvoir n'est plus en France. Donc c'est pire qu'en 1789, car nous ne sommes plus maîtres de notre destin. Soit nous redevenons nationaux en sortant de l'Europe, soit, il faut construire une Europe fédérale. Et puis, il faut renouveler les élites car l'Enarchie conduit à l'impasse.

  • Par alsatian in oklahoma - 06/01/2013 - 21:04 - Signaler un abus MATADOR

    Et dire que JMLP a refuse de faire une sorte de "coup d'etat" que Ronald Reagan esperait lui faire comprendre pour debarrasser la france des bolcheviques de Mitterrand!... Il aurait pu avoir tous les soutiens de Reagan par la CIA (le seul vrai president US anti-bolchevique)... ne me parlez pas des clows democrates et neo-cons!!!!!!!!! Beurk! A vomir!

  • Par Papy Geon - 06/01/2013 - 21:02 - Signaler un abus A propos des règles fiscales (suite)

    Le ruisseau des revenus défiscalisés grossit ensuite, alimenté par tous les avantages échappant à l’exigence de solidarité nationale.
    Il est question ici de dizaines de milliards non soumis à l’impôt. Imaginez les investissements réalisables si 25, 35 ou 45% de ces milliards étaient récupérés par la communauté.
    Nos voisins Grecs paient aujourd’hui la facture de leurs trop nombreux privilèges et avantages, et cela pourrait bien nous arriver si les bénéficiaires restent les crocs plantés sur la bête jusqu’à ce que mort s’en suive.
    Alors, pourquoi pas le même taux d’imposition à la source pour tous, suivi d’un crédit d’impôt, voire d’un crédit tout court, en versant de l’argent à ceux qui en ont vraiment besoin ?

  • Par Papy Geon - 06/01/2013 - 20:56 - Signaler un abus A propos des règles fiscales...

    Toutes les personnes morales, ainsi que les personnes physiques qui en ont les moyens, doivent reverser à la communauté sous forme impôt, une partie de ce qu’ils ont gagné ou reçu de cette communauté.
    S’agissant des personnes physiques, notre tissu social est gangréné par les privilèges liés aux revenus non déclarés. De nombreux ministres sont assis sur le couvercle de la marmite à Bercy, pour faire quoi? Epingler quelques « riches » en agitant un chiffon rouge, tripatouiller les niches fiscales? Cela entretient l’écran de fumée qui masque les privilèges et avantages liés à diverses professions.
    Si vous vous promenez dans cette foire d’embrouilles, vous trouverez à la source de nos maux, nos parlementaires européens, hexagonaux et leurs troupes.

  • Par alsatian in oklahoma - 06/01/2013 - 20:51 - Signaler un abus A MATADOR

    Moi, j'ai milite au MNR de la cission jusqu'a 2002 ( je ne supportais pas JMLP que nous trouvions pas assez anti-immigration et un peu suceur de bites de muzzs)... et c'est rarement depuis le peuple que les revolutions sont partis mais depuis un leader!... je te previens que la revolution (raz le bol) se fait sentir aussi aux USA dans la classe moyenne-basse et milieux ouvrier WASP... C'est TOUS les blancs en occident qui pensent la meme chose!...Dans mon bloc, par raport il y a meme 7 ou 8ans, je n'ai compte que 5 drapeaux US devans les maisons (avant, il y en avait surement + de 30-40) donc malaise et mal de vivre anti white-House...etc....

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:36 - Signaler un abus @ matador

    Ce sont effectivement de révoltés dont nous avons besoin.

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:33 - Signaler un abus @ moerl16

    Connaissez-vous l'ASPA pour Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, il s’agit de remplir trois conditions : Avoir des ressources annuelles inférieures à 7 537 € (13 521 pour un couple), vous avez au moins 65 ans ou 60 ans si inapte au travail et enfin si vous êtes autorisé à résider en France métropolitaine ou dans un département d’outre-mer. Je vous laisse conclure

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:24 - Signaler un abus @ Led Zepplin

    Vous avez tout juste.

  • Par slavkov - 06/01/2013 - 20:24 - Signaler un abus socialistes

    ... et pendant ce temps les caniches "médiatiques" propagent le totalitarisme socialiste français qui n'a plus rien a envier aux dictatures ex-soviétiques, et les français s'en foutent ...

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:22 - Signaler un abus @ Colombe

    Ouais mais lui comme ses prédécesseurs il aura une retraite de 30 000 euros par mois (équivalent du capital de 12 millions d’euros non imposable à l’ISF, qui aurait exigé une épargne de 13 000 euros par mois à 3 % pendant 40 ans). N’est-elle pas belle la vie vue du trône ?

  • Par matador - 06/01/2013 - 20:20 - Signaler un abus A GEGE

    Jai milité main dans la main avec mon candidat FN ...distribution tracts etc...mais je milite aussi au BLOC IDENTITAIRE et crois moi nc'est pire que FN (i;l y a pas incoherence a militer aux 2 quand on creuse)
    Mais je suis tres loin d'etre aussi optimiste que toi
    je suis assez adepte des theses de Konrad Lorenz ( prix nobel 1973)mais pas grand monde connais....

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:19 - Signaler un abus @ pascontent

    J’ai bien aimé le mot esclavagisme, car il s’agit bien de cela, comment peut-on accepter de vivre dans un pays qui nous rend notre liberté après le 26 juillet, qui nous prend tout pendant 6 mois et demi et qui nous « libère » à partir de cette date chaque année et encore qu’elle liberté !

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:15 - Signaler un abus @ bp50lecture

    Pourquoi attendre l’homme providentiel, celui-là, en général, fait la guerre. Je crois au contraire que la maturité des individus a atteint un niveau qui lui permettrait de se passe des politiciens tout court. Ils ne sont pas utiles, pour le reste nous sommes suffisamment matures pour créer nos lois et règlements divers, notre sécurité et notre justice, plutôt que d’attendre les sornettes de ceux qui n’ont jamais rien produit de leur vie.

  • Par matador - 06/01/2013 - 20:13 - Signaler un abus a goufio

    les pigeons c'est pas une revolution juste un mouvement corporatif (justifié) , les 'indignés' n'a pas eu les consèquences escomptés et en France ça a fait flop...
    tout etait dans l'intitulé. c est pas d'indignés dont on a besoin mais de '
    REVOLTES' C est tres différent ....

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:08 - Signaler un abus @ lna

    La seule vision qu’ils avaient c’était leurs privilèges, comme ils ont fautés, la sanction c’est de tout leur retirer. Et c’est possible, ils ont trop la trouille.

  • Par goufio - 06/01/2013 - 20:06 - Signaler un abus @ carredas

    Le grand économiste-voyant-dans-le-marc-de-café, le bien nommé M Cahuzac confrère de Mme Lagarde (lui était chirurgien, elle était avocat social) et moi pilote de ligne, le gros avantage avec moi c’est que l’avion ne décollera pas, les autres ils ont essayés et essaient encore.

  • Par Gégé Foufou - 06/01/2013 - 20:05 - Signaler un abus A matador

    Il faut savoir que militer dans les rues pour le F.N. il faut des c.........
    Je suis quelque fois agressé verbalement mais la grande majorité des gens me fait des sourires, m'encourage "je vais voter pour vous" et leur nombre grossit chaque jour.
    La révolution est elle là, la venue au commande du F.N. et c'est pour très bientôt au rythme ou le pouvoir actuel malmène le Peuple et que l'UMP se débat dans ses problèmes de division et financier.

Dimitri Casali Alain Fabre

Dimitri Casali est historien spécialiste de la Révolution et de l’Empire devenu directeur de collection. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, notamment, L’altermanuel d’histoire de France, édité chez Perrin en 2011. Il vient de publier sur L'Express un hors-série : L’Empire Colonial Français … Quand la France rayonnait dans le monde 1608-1931 !

Alain Fabre est à la tête d’une société indépendante de conseil financier aux entreprises. Il a commencé sa carrière comme économiste à la Banque de France avant de rejoindre la Caisse des Dépôts et Consignations, puis la Cie Financière Edmond de Rothschild. Il collabore à la rédaction de Débat&co.

Voir la bio en entier

Fermer