Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Combien y a-t-il eu de morts lors
du drame du 17 octobre 1961 ?

Il y a cinquante ans, une manifestation déclenchée par le FLN est réprimée par la police parisienne. On est en pleine guerre d'Algérie. Des milliers d'Algériens vont être arrêtés et parqués plusieurs jours durant. Un certain nombre trouveront la mort sous les coups des policiers. Combien ? Plusieurs dizaines comme le FLN l'avance quelques jours plus tard ? Deux cents ? Davantage encore ? La Préfecture de Police n'admet que 2 morts et nie toute exaction. Jean-Paul Brunet a repris l'enquête en ayant accès à des archives de la police inédites... .

Contre-enquête

Publié le

Tous les auteurs qui ont écrit sur le 17 octobre s’accordent sur un point capital : l’ampleur et la violence de la répression policière. Le livre que j’ai consacré à ce drame en 1999 atteste amplement cette sauvagerie1. J’ai insisté sur « l’engrenage infernal » qui s’était mis en place : victimes d’attentats quasi permanents de la part du FLN (47 tués, 140 blessés en total cumulé), les policiers parisiens, gangrenés par le racisme, ne faisaient plus de distinction entre Nord-Africains et FLN.

Ils crurent tenir leur vengeance le 17 octobre 1961. Ce soir-là, la Fédération de France du FLN avait ordonné à tous les Algériens de la région parisienne de descendre dans la rue pour manifester de façon pacifique leur opposition au couvre-feu que le préfet de police Maurice Papon venait de décréter à l’égard des Nord-Africains. Inadmissible en droit, ce couvre-feu avait pour but de priver le FLN d’oxygène, ainsi que de mettre un terme aux assassinats répétés qu’il commettait à l’encontre des Algériens qui refusaient sa tutelle.

Combien y a-t-il eu de morts ? 30 ou 300 ?

Les controverses portent essentiellement sur le nombre de morts. Les chiffres souvent cités de 200 ou 300 morts ne reposent sur aucun fondement. Les listes avancées par Jean-Luc Einaudi sont fantaisistes et concernent en majorité des décès survenus avant le 17 octobre. Le livre de House et Macmasters2, qui se fonde sur les registres de l’Institut médico-légal, évoque une fourchette de 108 à 121 morts, eux aussi survenus pour l’essentiel avant le 17 octobre. Si l’on se limite à la répression des manifestations des 17 et 18 octobre, je suis parvenu, et sans avoir été démenti par aucune nouvelle étude, à une évaluation de plusieurs dizaines (de 30 à 50, en comptant large3). Sur l’ensemble des mois de septembre et octobre 1961, 140 cadavres de Nord-Africains ont été enregistrés à l’Institut médico-légal. Comment apprécier les causes de leur mort ? A cet égard il est indispensable de se référer à une source capitale, d’ampleur considérable et qu’aucun autre chercheur n’a entrepris de consulter, fût-ce par sondage et pour vérifier mes dires. Il s’agit des procédures judiciaires qui sont ouvertes après toute mort suspecte ou toute tentative d’homicide4.

En faisant mon travail d’historien, c’est-à-dire en effectuant la critique méthodique de cette source (j’y ai trouvé et j’ai souligné des cas de partialité patente), il m’a semblé certain que de nombreux cadavres de Nord-Africains, parmi les 140 dont il est question, n’ont aucun rapport avec la police parisienne. Certains sont ceux de harkis ou d’anciens harkis, de membres ou d’anciens membres du Mouvement national algérien, de « traîtres » divers refusant d’obéir aux directives du FLN : anciens combattants de l’armée française, maris de métropolitaines refusant de le rejoindre ; Algériens refusant de payer la capitation mensuelle exigée par le Front ; Algériens rétifs à la loi coranique, par exemple s’adonnant à la boisson et refusant de s’amender, ou faisant appel aux tribunaux français pour régler un litige, etc. Tout cela, je l’ai longuement écrit et argumenté, sans le moindre démenti. L’histoire ne peut se construire qu’avec méthode et sans a priori ni souci des sollicitations extérieures.

______________________________________________

1 Police contre FLN. Le drame d’octobre 1961, Flammarion, 1999. Dans Charonne. Lumières sur une tragédie, Flammarion, 2003, j’ai consacré les deux premiers chapitres à faire le point sur ce sujet.

2 Paris 1961. Les Algériens, la terreur d’Etat et la mémoire, Tallandier, 2008.

3 A l’issue d’une analyse nominale, je distingue 13 cas « certains ou quasi-certains » de décès dus à la répression policière (dont plusieurs blessés décédés par la suite), 8 cas vraisemblables et 4 probables – d’autres décès sont à attribuer à la « violence périphérique », due à des policiers ou à des civils, et qui a largement débordé le « 17 octobre ».

4 Les originaux de cette source devraient se trouver aux Archives du ministère de la Justice. Ce sont leurs doubles qui ont été conservés quai des Orfèvres et versés aux APP en 2004.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Chamaco - 17/10/2011 - 13:28 - Signaler un abus bravo !

    Bel article. comme vous le soulignez, ce n'est pas en "idéologisant", en politisant l'Histoire par des lois stupides, qu'on parvient à la connaissance des faits.

  • Par New - 17/10/2011 - 19:36 - Signaler un abus Merci pour cette analyse factuelle

    Merci pour cette analyse factuelle

  • Par bobocleaner - 17/10/2011 - 19:40 - Signaler un abus si facile cinquante ans aprés

    Les mêmes qui fermaient les yeux en 61 ont maintenant leurs descendants qui oublient le contexte. Il y a eu 261 manifestants Pro FLN tués par les policiers sur ordre de Maurice Papon . Le FLN rackettait tous les algériens et tuait ceux qui n'obtempérait pas. Combien le FLN a t il massacré de Harki en 62 ? 50 000 ou 100 000 ? qui veut ouvrir ce débat ? Il n'y a pas de "gentils algériens" .....

  • Par ZOEDUBATO - 17/10/2011 - 19:59 - Signaler un abus Rappel historique

    La guerre coloniale en Algérie a été décidé par un gouvernement de Gauche à cause de timides demandes d'autonomie locale. M.MITTERRAND, Ministre de la Justice, a appliqué impitoyablement la peine de mort en Algérie..Il y avait beaucup plus de soutien à la France par les Harkis, ouvriers et paysans, que de membre du FLN. En toute justice le FLN aurait du être jugé pour crime contre l'humanité

  • Par Outre-Vosges - 17/10/2011 - 20:15 - Signaler un abus Le voile est déchiré

    Dans les années 1950 je suivais régulièrement la rubrique: «Le Figaro donne ici des nouvelles que L'Humanité refuse à ses lecteurs». Aujourd'hui ce pourrait être: «Atlantico donne ici des nouvelles que Le Monde refuse à ses lecteurs». Merci à Jean-Pierre Brunet d'avoir combattu le politiquement correct. Ses arguments sont irréfutables. Seuls resteront idiots ceux qui l'auront bien voulu.

  • Par Bétharram - 17/10/2011 - 20:34 - Signaler un abus 17/10/61 certes, et que dire du 1/11/54

    Le 17/10/2001 Hollande et autres ont célébré la mort de 47 (dit-on) manifestants de 1961 que la France métropolitaine ne voulait pas considérer comme des français. Que fera-t-il le 1/11/2011 pour la commémoration du 57ème anniversaire de la mort de dizaines de français (avérés par la métropole ceux-là) égorgés sur des routes françaises (encore jusqu'en 62)???

  • Par Ann O'nymous - 17/10/2011 - 20:40 - Signaler un abus Hypothèse par honnêteté intellectuelle

    Je ne mets pas en doute le sérieux du travail décrit ici, Il me semble, toutefois, que par honnêteté intellectuelle, il aurait fallu préciser qu'il repose sur une hypothèse: celle du bon fonctionnement des institutions ce jour-là. Vu la chape de plomb qui a recouvert ces évènements pendant des années, il ne me paraît pas impossible que les archives ne décrivent pas toute la réalité.

  • Par Paul Emiste - 17/10/2011 - 20:49 - Signaler un abus Recentrons SVP

    La France et les Algériens favorables à la démocratie étaient en guerre contre le FLN favorable à un parti unique totalitaire, et le FLN organise une manifestation à Paris...La France a t elle le droit de se défendre sur son sol?

  • Par DEL - 17/10/2011 - 23:19 - Signaler un abus N'oublions pas le rôle de

    N'oublions pas le rôle de l'OAS...

  • Par Lepongiste - 18/10/2011 - 07:15 - Signaler un abus On ne va pas tout le temps s'auto flageller avec ces histoires

    ''ce couvre-feu avait pour but de priver le FLN d’oxygène, ainsi que de mettre un terme aux assassinats répétés qu’il commettait à l’encontre des Algériens qui refusaient sa tutelle" mais aussi de stopper la vingtaine d' assassinats de gardiens de la paix à coups de couteaux la nuit ! manif à l'initiative du FLN qui à l'époque en 61 égorgeait les militaires et les Français en Algérie...

  • Par bleuocean123 - 18/10/2011 - 09:43 - Signaler un abus Et combien de mort actuellement en Lybie pour des raison pétroli

    Et combien de morts actuellement en Lybie pour des raisons pétrolière..? Oui c'est uniquement pour cela qu'on est intervenus en Lybie... 7 mois de pilonnage des infrastructures Lybien, un pays dévasté..! Les premiers représentant français en Lybie libre était les représentants Et de milliers de mors pour que M. Sarkosy puisse gagner les prochaines élections..! Français vous avez les mains pleines

  • Par ISABLEUE - 18/10/2011 - 10:27 - Signaler un abus Trés bon article.

    le FLN a t il fait son mea culpa des harkis enterrés vivants ??????? Le FLN avait il le droit de faire une manif à Paris ??? Oubliez nous un peu .

  • Par esurlo - 18/10/2011 - 22:37 - Signaler un abus 26/03 rue d'Isly

    Combien de morts lors de la fusillade de la rue d'isly .? Qui en parle ? 05/06 Oran , qui en parle ? Politique assumée de la terreur, comme arme politique , qui en parle ? Alors le 17/10 , oui , mais pas seulement.......

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Brunet

Jean-Paul Brunet est Professeur émérite à l’Université Paris-IV et ancien directeur du Département d’Histoire de l’Ecole normale supérieure. Il a écrit Police contre FLN, le drame d'octobre 1961 (Flammarion - 1999)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€