Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

12 aliments qu’il vaut le coup d’acheter bio

Les rayons des supermarchés regorgent aujourd'hui de produits estampillés "bio". Pour éviter au maximum les pesticides,voici une petite liste de ceux qu'ils vous faut acheter en priorité, mais également de ceux que vous pouvez d'ores et déjà éviter.

Sain de corps, sain d'esprit

Publié le
12 aliments qu’il vaut le coup d’acheter bio

Le bio a le vent en poupe. Depuis plusieurs années, les produits de cette agriculture qui se veut plus respectueuse de l'environnement ne cessent de se multiplier dans les étals de supermarchés. Selon des chiffres publiés par l'Agence Bio, les achats des foyers ont progressé de 9 % en 2013, pour atteindre 4,35 milliards d'euros. Surtout le bio a encore une énorme mage de progression. Il y a deux ans, il ne représentait que 2.5% du marché alimentaire global.

Mais pourquoi acheter bio alors que les produits coûtent plus cher ? L'utilisation des pesticides (insecticides, fongicides et herbicides) remontent aux années 70 environ. Or selon certaines études, ils seraient responsables directement ou non de l'augmentation des cancers.

Or, le taux de pesticides de l'agriculture biologique est dix fois inférieur à celui de l'agriculture classique.

Pour Réginald Allouche, médecin et ingénieur, spécialiste de la nutrition, acheter bio est un bon réflexe mais ce n'est qu'un aspect d'une alimentation saine. "Le problème de l'alimentation est plus complexe que bio ou pas bio", explique-t-il à Atlantico. "Il y a des abscisses et des ordonnées. Le bio, c'est l'abscisse. L'ordonnée, ce sont les conditions d'élevage, d'agriculture et le respect des méthodes traditionnelles. Les deux sont importants."

"Il est toutefois intéressant d'acheter bio en priorité pour les légumes, certains fruits et les huiles, car les pesticides sont liposolubles", poursuit-il. "En revanche, pour les fruits à coque, non. Le plus important pour ces fruits reste les problèmes de mycotoxines (des contaminants naturels de nombreuses denrées d'origine végétale, qui concernent notamment les céréales mais aussi les fruits, noix, amandes, pommes, ndlr)."

Problème : acheter bio, c'est bien, mais acheter bio c'est aussi cher. Un caddie rempli de produits biologiques présente un coût assez prohibitif que beaucoup de Français ne peuvent pas se permettre. Alors quels sont les produits à vraiment acheter bio et ceux pour lesquels on peut s'en passer ? Atlantico vous propose un petit inventaire.

1 - Le lait

Star du petit-déjeuner, le lait possède une excellente réputation. Mais méfiance. Quand les vaches sont traitées aux hormones, ces dernières se retrouvent dans le lait puis dans votre bol de céréales. Une de ces hormones, l'IGF-1 pourrait bien accroître le risque de cancer. Moralité : tentez d'acheter bio pour vos corn-flakes. Cela coûte sensiblement plus cher, mais c'est utile.

2- Les pommes de terre

S'il y a bien un légume qu'il vous faut acheter bio, c'est celui-ci. En 2006, l'USDA (le département de l'Agriculture aux Etats-Unis) a découvert que 81 % des pommes de terre testées contenaient encore des pesticides après avoir été lavées et épluchées. Une patate sera soumise 5 fois aux pesticides pendant la saison afin de la protéger des insectes.

3 - Les fraises

Miam, les belles fraises rouges. Enfin, pas si miam que cela en fait. Les fraises vermeilles que nous proposent les supermarchés sont certes superbes d'aspect, mais leur beauté à un prix. Certaines sont en effet embellies au moyen d'une substance contenant du captane polluant à effet fongicide.  Selon des statistiques de l'EFSA, 71,3% des échantillons de fraises analysés présentaient des résidus de pesticides.

De plus, celles qui sont importées sont souvent celles qui ont le plus de pesticides, parce que les restrictions en matière de pesticides ne sont pas toujours les mêmes dans les autres pays.

4- Les pommes

C'est l'un des fruits les plus consommés dans le monde... mais aussi l'un des plus touchés par les pesticides.  La pomme a une peau très fine et subit régulièrement les attaques des insectes. En conséquence, elle se trouve souvent arrosée de pesticides. Mieux vaut donc être prudent et acheter biologique, même pour vos tartes Tatin.

5- Le raisin

Des dizaines de pesticides sont utilisés pour protéger le raisin. Et il est difficile d'enlever la peau pour manger ce fruit…Par ailleurs, les pesticides se retrouvent également dans le vin, si celui-ci n'est pas estampillé bio.

6 - Les oignons

Enfin un ingrédient dont il n'est pas forcément nécessaire de se soucier de la provenance. Grâce à leur haute teneur en sulfure, les oignons sont de redoutables survivors, qui résistent aux insectes ou aux maladies. Même constat pour l'ail, qui possède lui aussi du sulfure en quantité importante.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ALUN - 15/10/2015 - 08:18 - Signaler un abus désinformation

    Cet article est un mélange d'études américaines (conditions de production agricole et législation complètement différentes de l'Europe et surtout de la France) et d'études partiales et discutables (générations futures). L'étude annuelle de la Direction Générale de l'Alimentation fait ressortir pour 2014 sur 737 prélèvements : 3 % des échantillons de fruits et 7 % des échantillons de légumes, des teneurs non conformes à la législation. Sachant que les limites de résidus sont particulièrement basses en France et que l'étude ne tient pas compte de l'origine des produits on peut considérer les produits français comme particulièrement sains. Marre de ces articles alarmistes sans fondements scientifiques. Nous producteurs, travaillons en permanence à diminuer l'impact environnementale de nos productions : - par obligation (suppression de pesticides, contrôle, baisse des limites de résidus) - pour des raisons économiques (coûts des pesticides) - pour notre santé (nous sommes 1000 fois plus exposés que les consommateurs) - par choix (bio, production raisonnée, méthodes alternatives...)

  • Par ALUN - 15/10/2015 - 08:23 - Signaler un abus cerise sur le gâteau

    Cet article n'est pas signé !!!!! Pour un site d'information...

  • Par arvensis - 16/10/2015 - 15:59 - Signaler un abus Bon article ( sauf pour les" producteurs trop raisonnables...)

    L'intérêt d'une production agricole sans utilisation de pesticides, même à faible dose, ne se discute plus chez les agronomes, et maintenant, chez une majorité de consommateurs. Evidemment les producteurs et éleveurs industriels ont du mal à remettre en cause et gérer l' impasse où ils se sont emprisonnés (crédits, engagements syndicaux, foi inconditionnelle dans la technique...) . L'agriculture sera bio ou ne sera plus ! Ce n'est qu'une question de temps. Arvensis , agriculteur retraité (en bio dès 1974 et aujourd'hui, comblé de l'avoir été)

  • Par ALUN - 17/10/2015 - 08:54 - Signaler un abus arvensis

    Je suis surpris par votre intervention ; quelles sont les productions que vous avez conduites en bio ? Vous n'êtes pas sans savoir que pour certaines productions, nous sommes dans une impasse technique (absence de méthodes alternatives efficaces) ou impasse économique (mise en oeuvre de techniques très coûteuses rendant le produit très cher à produire et le réservant à une minorité aisée de consommateurs). Par ailleurs, nous sommes nombreux à produire en mixant des techniques alternatives et des techniques conventionnelles. L'évolution ne peut se faire que lentement au gré des progrès en système alternatif. Il est malhonnête de faire croire aux consommateurs que l'on peut tout produire en bio et à un coût raisonnable du jour au lendemain. On prend trop comme exemples pour justifier cette assertion, des productions particulièrement faciles à conduire en bio (cucurbitacées, mouton...), des zones climatiques favorables ou des niches commerciales privilégies (proximité d'une ville, d'une clientèle à fort pouvoir d'achat...). L'évolution est en cours mais ne désinformons pas et ne stigmatisons pas les agriculteurs

  • Par myc11 - 17/10/2015 - 13:15 - Signaler un abus J'achète bio et j'accepte de payer plus cher, mais je consomme

    différemment. Plus de gaspillage, car tout se mange dans le bio, puis on n'achète pas pour mettre à la poubelle quelques jours après. On a même des réseaux de jeunes qui font de épiceries végétales, avec des produits qu'ils vont chercher le matin pour vendre dans la journée. C'est la campagne à Paris car la qualité est indéniablement supérieure, question goût pour l'appétit c'est un régal. Il faut savoir économiser sur le superflus pour dépenser sur l'indispensable.

  • Par von straffenberg - 17/10/2015 - 23:05 - Signaler un abus bio.........oui .bof .Disons plutôt agriculture raisonnee

    Le label bio est un produit marketing de notre société mal informée et sous "cultivée" ou le consommateur a perdu tout bon sens . Il demande traçabilité ,qualité et souvent moindre coût . Fréquentez les marchés ,créer des liens avec les commerçants ,les producteurs ,les maraîchers et sachez que la qualité n'a pas besoin d'étiquette bio on ne fait plus de la culture comme en 1950 . C'est vrai j'adore faire les courses et la cuisine !!!!!!

  • Par poil à gratter - 18/10/2015 - 01:38 - Signaler un abus Euh....

    12 aliments qu’il vaut le coup d’acheter bio Ne serait il pas plus correct d'écrire: 12 aliments qui valent le coup d'acheter bio??? Les pesticides auraient ils un effet néfaste sur la syntaxe et l'écriture correcte de notre langue....?

  • Par von straffenberg - 18/10/2015 - 15:02 - Signaler un abus @Alun

    Je rejoins votre avis je ne suis pas cultivateur mais je sais que cultiver bio impose beaucoup de contraintes .....et parfois peu de résultat . Je pense que l'on évoluera vers une solution mixant plusieurs choix .Il faut que le consommateur redevienne mature et ne se comporte pas comme un " bobo blaireau"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€