Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les 10 thèses pessimistes de Bloomberg pour le monde en 2016

Bloomberg présente à son public ses 10 scénarios catastrophe pour 2016. Nous les résumons et rajoutons deux notes sur 10 : une pour la probabilité du scénario, une pour sa gravité.

Et sinon bonne année

Publié le
Les 10 thèses pessimistes de Bloomberg pour le monde en 2016
 

Voici les 10 scénarios catastrophe de Bloomberg pour 2016

1. Le pétrole à 100 dollars

Une série d'évènements néfastes se succède : l'Etat islamique lance des attaques contre des infrastructures pétrolières clé ; la production mondiale est également perturbée par une recrudescence de violence dans le delta du Niger, un coup d'Etat au Vénézuela et la mort d'Abdelaziz Bouteflika en Algérie. L'OPEC ne peut pas augmenter la production pour contrecarrer ces effets. Le pétrole grimpe à 100 dollars, la Chine entre en récession, les alternatives au pétrole voient un regain d'investissement.

Probabilité : 3/10. Chacun de ces évènements a une probabilité relativement élevée, mais la probabilité qu'ils aient tous lieu dans l'espace de 12 mois est, elle, faible.

Gravité : 7/10. Une explosion du prix du pétrole, alors que l'économie mondiale, et notamment chinoise et européenne, est en position de fragilité, mènerait probablement à une véritable récession mondiale. Mais l'exploitation des gaz de schiste se renouvèlerait et le prix du pétrole baisserait progressivement à nouveau.

2. Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne

David Cameron annonce un référendum pour quitter l'UE en juin. Boris Johnson, le maire de Londres ultra-populaire, décide de mener la campagne du "non" pour déloger Cameron, et la remporte. Cameron démissionne. Les banques et les fonds d'investissement quittent la Grande-Bretagne, suivis par le reste de l'activité économique.

Probabilité : 4/10. Il est fort peu probable que le Royaume-Uni quitte l'UE. Les Britanniques sont eurosceptiques, mais également avers au risque, et la campagne de référendum sera une campagne de peur où toutes les autorités expliqueront que quitter l'UE sera une catastrophe.

Gravité : 1/10. Bloomberg se laisse aller à son scénario. Le fait pour le Royaume-Uni de quitter l'UE aurait des conséquences économiques bénignes. Le Royaume-Uni n'est pas dans l'euro, donc la monnaie ne serait pas remise en question. Le pays ne s'isolerait pas du monde mais resterait sans doute dans l'Espace économique européen, comme la Norvège et la Suisse, qui ne sont pas dans l'UE et sont plus prospères que l'UE.

3. Une série de cyber-attaques contre le système financier

Une alliance de hackers russes et iraniens, en réponse aux sanctions contre leurs pays, lancent une attaque coordonnée contre le système financier américain. La compromission du système de compensation -celui qui valide les transactions financières- met en jeu la crédibilité de tous les marchés financiers, dont le fonctionnement est interrompu. Le dollar et les valeurs financières s'effondrent, les actifs-refuge comme l'or et l'immobilier haut-de-gamme explosent. 

Probabilité : 5/10. Les risques liés aux cyber-attaques sont très importants étant donné la complexité des systèmes informatiques contemporains.

Gravité : 7/10. L'attaque en tant que telle, mais surtout la baisse de crédibilité des institutions financières et des systèmes informatiques en général qui sous-tendent l'activité économique, mèneraient sans doute à une récession mondiale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 26/12/2015 - 10:38 - Signaler un abus Angela

    Beaucoup de ces catastrophes paraissent effectivement très probables ! L'éviction d'Angela Merkel sera un immense soulagement ! Mais que faire de son million d'invités ? Les faire travailler dans les maisons de retraite allemandes....

  • Par vangog - 26/12/2015 - 14:11 - Signaler un abus "Poutine arrive à ses fins" est la plus rapide...

    et la plus probable des hypothèses. La rapidité et l'efficacité des frappes russes prouvent que Poutine va jouer à fond la carte syrienne pour redorer son blason terni par l'Ukraine. Mais ce n'est pas Merkel qui atténuera les sanctions contre la Russie, car Merkel sera déboulonnée par les financiers allemands, qui tiennent à la stabilité européenne plus que tout. Ceci n'empêchera l'UE d'imploser, mais progressivement, sous la pression des patriotes...

  • Par Babaswami - 26/12/2015 - 15:44 - Signaler un abus Enfumage

    Le point 8 " le changement climatique s'aggrave" avec en plus une probabilité de 5/10 décridibilise l'auteur de cet article. Ceux (peu nombreux il est vrai) qui prennent la peine de s'informer auprès des vrais scientifiques savent que le GIEC, la COP 21 et tout ce qui va avec sont de l'enfumage qui va permettre à l'Enfumeur en chef d'augmenter les taxes sur l'énergie et d'engraisser tous les profiteurs du type installateurs et importateurs de panneaux solaires et d'éoliennes aussi immondes qu'inutiles.

  • Par A M A - 26/12/2015 - 17:07 - Signaler un abus Ces dix scénarios sont

    Ces dix scénarios sont parfaitement plausibles. Mais même s'ils devaient se réaliser simultanément, serait-ce une catastrophe? Le monde s'adapterait, comme il s'adaptera au changement climatique. Il n'a pas le choix. Et si ces catastrophes se produisaient, elles seraient le fruit d'objectifs bien définis, d'une volonté d'instaurer une situation nouvelle. Des catastrophes voulues comme les deux guerres mondiales ont instauré des situations nouvelles dans lesquelles nous subsistons tant bien que mal. La seule catastrophe vraiment préoccupante serait une guerre nucléaire.

  • Par gerint - 26/12/2015 - 22:56 - Signaler un abus Halte au catastrophisme

    Il y a des catastrophes en permanence, on souffre et on s'adapte.

  • Par Le gorille - 27/12/2015 - 00:18 - Signaler un abus Poutine ?

    La réussite de poutine ne serait nullement une catastrophe, mais un bienfait pour le monde entier ! Et minimisons les assertions : la Russie ne veut que Odessa, pas l'Ukraine. Les Etats-Unis, auraient un revers certes en Ukraine et en Syrie, mais leurs forces seraient toujours là... et leur pouvoir serait intact.

  • Par Le gorille - 27/12/2015 - 00:25 - Signaler un abus Climat ?

    Un peu de sérieux ! Il ne se passera strictement rien. La vitesse de "l'évolution", et non pas du "changement", climatique, sera suffisamment faible pour permettre à l'humanité de suivre en s'adaptant. La COP21, ce n'est que du vent, que des taxes en perspective. Mais les météores pourront être puissants, cela oui. Et les hommes en souffriront ? Certes, à proportion de la densité locale. Au XIXe siècle il y a eu des météores très puissants, mais le nombre de victimes était plus faible, en raison de la moindre densité de population, voire des déserts.

  • Par Le gorille - 27/12/2015 - 00:28 - Signaler un abus Angleterre ? Europe ?

    Excellents scénarios ! ouf ! Après l'éclatement, on respirera à nouveau !

  • Par MONEO98 - 27/12/2015 - 09:51 - Signaler un abus l'envahissement de l'europe se poursuit consequences

    Eclatement de l'UE : la thèse de madame D'Encausse sur l'effondrement de l'Urss par les différents nationalismes réfutant l''existence d'un homo sovieticus universel se vérifie en UE . Fface à la politique vis à vis de l 'invasion moyen orientale menée par les technocrates de Bruxelles non élus et cooptés ,les nationalismes relèvent la tête et c'est le début de la fin de l'europe d'après guerre dont l'horizon ultime le fédéralisme n'est plus réalisable

  • Par henir33 - 27/12/2015 - 15:38 - Signaler un abus point 8

    sur le point 8 doit on rappeler aux auteurs que selon le GIEC il n'y a pas de lien entre événements extrêmes et hausse des températures sauf dans le cerveau détraqué des écolos et des politiciens (cf FH) ... maintenant Bloomberg fait partie des profiteurs de cet enfumage

  • Par Bretondesouche - 27/12/2015 - 21:27 - Signaler un abus Le bilan carbone des participants

    De la cop21 a largement contribué à faire monter les températures.

  • Par Bretondesouche - 27/12/2015 - 21:29 - Signaler un abus Beaucoup d oublis dans cette liste

    Des attentats se répètent dans le monde occidental. La lybie tombe dans les mains de daech. 4 millions de migrants arrivent en Italie et en Grèce...... Bonne annee

  • Par sapiensse - 29/12/2015 - 06:56 - Signaler un abus natura non facit saltus

    "La nature ne fait pas de saut" comme disait Linné. En d'autres termes, l'an prochain avec une probabilité de 10/10 et une gravité de 0/10 la terre va continuer de tourner autour du soleil.

  • Par zouk - 29/12/2015 - 11:52 - Signaler un abus Probabilités Bloomberg

    Sortie du Royaume Uni de l'UE, peu probable 3/10 au maximum. Les Britanniques ont toujours montré un sens aigu de leurs intérêts. Attaque d'Israël sur l'Iran: probabilité à peu près nulle, ce serait suicidaire. Contrôle de la Russie sur le Proche Orient, cela pourrait être une excellente nouvelle, elle ne supporterait pas longtemps les troubles majeurs que Daesh s'évertue à fomenter.

  • Par Gégé Foufou - 29/12/2015 - 16:35 - Signaler un abus Et l'explosion des taux

    des emprunts qui permettent à la France de vivre sous perfusion et pour pas cher , impossibilité d'emprunter ni de rembourser Fin du RSA, de la CMU, faillite de la sécu, des caisses de retraite, des caisses chômage, non paiement des fonctionnaires plus d'approvisionnement et les grandes surfaces attaquées par un peuple qui crève de faim (sauf dans les campagnes) le chaos la guerre civile et raciale avec ses conséquences sur l'Europe du sud ?? Vous n'en parlez pas ??

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€