Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

0.71 euro brut par jour ; la “relance” du pouvoir d’achat selon Emmanuel Macron

Depuis des années, les préoccupations des Français sont connues : chômage, sécurité, pouvoir d'achat, immigration, etc. Or en matière de pouvoir d'achat, ils s'apprêtent à être copieusement bernés.

Merci qui ?

Publié le
0.71 euro brut par jour ; la “relance” du pouvoir d’achat selon Emmanuel Macron

Issue des travaux du conseiller économique Jean Pisani-Ferry ( ancien responsable de France Stratégie ), l'idée d'une bascule entre hausse de la CSG et baisse de certaines cotisations salariales est en passe de tourner au marché de dupes. Pourquoi ? Tout simplement parce que la bascule va enfanter une balance déséquilibrée entre une hausse certaine de la CSG d'au moins 1,7 point et une baisse en deux temps et incertaine en vigueur des cotisations salariales.

Très vite ( dès 2.500 euros bruts ) le mécanisme de l'impôt excèdera celui de la baisse des charges. Il y aura donc des perdants en termes de pouvoir d'achat parmi les salariés sans parler des retraités concernés dès 1.300 euros de pensions.

Sur ce point, le Gouvernement a sous-estimé l'importance du soutien intergénérationnel : les seniors aident les jeunes générations à boucler leurs fins de mois dans bien des cas.

" Le retrait de l’activité professionnelle ne s’accompagne pas du retrait des aides économiques au sein de la parentèle. On observe en effet que les dons financiers se poursuivent au cours du vieillissement et ne diminuent qu’au grand âge.

Ces conclusions sur l’évolution des solidarités familiales mettent en évidence l’importance de bénéficier de pensions de retraite décentes pour continuer à contribuer aux cycles d’échanges intergénérationnels et intrafamiliaux. "

https://www.cairn.info/revue-retraite-et-societe-2009-2-p-11.htm

Ceci est un fait qui se vérifie dans toutes les catégories sociales et la réforme de la CSG pourrait bien présenter, de facto, un effet pervers que l'on n'aurait pas retrouvé dans un recours à la TVA sociale car il y a une profonde différence entre un impôt obligatoire ( la CSG ) et un impôt qui relève de l'acte souverain de consommer.

De surcroît, la TVA sociale aurait concerné les importations contrairement à la CSG que l'économiste Eric Chaney ( ancien de Morgan Stanley et d'Axa ) nomme sans une dose de malice appropriée " la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu " .

En technocrate de l'économie, Pisani-Ferry a conseillé le candidat Macron de manière inadéquate. Le cas du pouvoir d'achat des personnes au Smic est, à cet égard, caricatural.

Les pouvoirs publics et les députés annoncent avec fierté que " la hausse du pouvoir d'achat sera, pour quelqu'un au Smic, de 260 euros par an " ( Sylvain Maillard, député de Paris dont la suppléante n'est autre que la fille de Jean Pisani-Ferry… ).

Acceptons-en l'augure et effectuons un calcul simple. 260 euros annuels, cela donne 21,66 euros par mois soit une hausse de 1,46% du Smic ajusté à 1480 euros mensuel.

Mieux encore, 260 euros divisés par 365 jours donne un résultat de 0,71 euro brut par jour calendaire.

C'est donc un effet d'affichage davantage qu'une hausse du pouvoir d'achat qui a été concocté.

En 2012, le décidément sonore Jean-Luc Mélenchon avait stigmatisé une hausse dérisoire du Smic en indiquant qu'elle permettrait tout juste de s'acheter un Carambar.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vincennes - 28/08/2017 - 15:44 - Signaler un abus Vive les "décérébrés" qui, après Hollande

    ont voté JUPITER encore plus MANIPULATEUR que le précédent...... et c'est peu dire !!!

  • Par winnie - 28/08/2017 - 17:14 - Signaler un abus Nous allons etre,

    copieusement berner en matiere econnomique, et la suite et a venir en matiere d immigration musulmane, et de securite c est presque le meme mot qui commence par B...et fini par ER!

  • Par moneo - 28/08/2017 - 17:59 - Signaler un abus ç'est pas beaucoup

    et en euro constant ?

  • Par Atlante13 - 28/08/2017 - 18:23 - Signaler un abus Avez-vous remarqué?

    La côte de notre mini-jupiter (ou Tintin en vadrouille, ou Gaston Lagaffe..) dégringole et qu'est-ce qu'il propose? il va revoir sa communication !!! Après mûre réflexion, j'en déduis : Que nous français sommes vraiment trop c**s pour comprendre sa seigneurie et qu'il va se lancer dans une campagne d'explications du type "je vais faire... et en même temps ne rien faire...", histoire de nous enflumer un peu plus, comme il l'a fait pendant sa campagne présidentielle; Ou alors qu'il considère que la politique du pays se gère comme la vente d'un paquet de lessive, peu importe ce qu'il y a dans le paquet, il faut seulement mettre en place une bonne Com' Marqueting. J'ai comme l'impression que nos chers médias, grands communicants de la haute finance, ont un peu surestimé notre jupipette. Mais il y a une chose qu'il nous a déjà prouvé, c'est un grand manipulateur financier, il a réussi à escamoter 3 Millions d'euros à titre perso, et plus de 15 milliards d'euros du budget de la nation, qu'il a feint de découvrir en passant de ministre de l'économie à président. Chapeau bas.

  • Par gerint - 28/08/2017 - 19:55 - Signaler un abus @Atalante13

    Entièrement d'accord avec vous

  • Par vangog - 28/08/2017 - 20:36 - Signaler un abus Le FN avait dénoncé, depuis Flamby-le-menteur...

    (dont le ministre de l'économie était Macron-Rothschold), cette politique de vases communicants à tuyaux percés. Alors que la réévaluation du SMIC, prévue par Marine Le Pen, aurait enrichi tous les salariés, sans discrimination, cette politique socialiste de nivellement par le bas ne profitera qu'à quelques uns et seulement à très court terme. Car le prix de cette fausse générosité réclamé aux classes moyennes et aux retraités va décourager l'initiative et l'investissement, les seuls capables de générer de la croissance et de l'emploi sur le long terme. Macron est dans la continuité de la politique écolo-gauchiste régressive, immigrationniste et génératrice de chômage de masse. Tout ça pour un "pourboire de quelques euros aux pauvres", ça n'en vaut pas la peine. Signé : un patriote non melenchoniste.

  • Par Anouman - 28/08/2017 - 21:59 - Signaler un abus Réforme

    Non seulement les salariés ne vont pas gagner grand chose, les retraités vont perdre quelque chose (déjà que Hollande leur en avait mis un gros coup sur la pension) mais de plus comme cet illuminé de Macron a décidé d'étendre le bénéfice du chômage à des gens (indépendants) qui sont les "maîtres" de leur emploi cela finira par coûter et il faudra bien prendre l'argent quelque part. A votre avis où le prendra-t-on? Nouvelle hausse de CSG (ça fonctionne bien) garantie. Sans compter que Macron aime la taxe (clopes à 10 euros, taxes CO2 sur les véhicules, plus celles qu'il annoncera plus tard). Pour un type qui prétendait diminuer la part des prélèvements obligatoires, il prend un très mauvais départ, comme on s'y attendait.

  • Par lexxis - 28/08/2017 - 22:39 - Signaler un abus UNE OFFICINE DE TECHNOCRATES PROVOCATEURS

    Il faudra faire un jour justice des travaux de France-Stratégie et de ceux de son ancien directeur.Cette officine est une machine à dresser les générations les unes contre les autres et son article sur le loyer fictif comportait en outre une grossière erreur de calcul dénoncée par l'IREF. Ce cénacle de technocrates est à cent lieues des préoccupations des Français et leur spécialité, c'est la provocation qu'ils peuvent se permettre de renouveler indéfiniment puisque ce sont nos impôts qui financent les agréables carrières.Reste à espérer sans trop y croire le secours du Conseil constitutionnel car un impôt qui pèse en réalité uniquement sur les vieux, les autres étant tous indemnisés d'une manière ou d'une autre (les fonctionnaires on y vient et les indépendants ont eu des promesses de réduction leurs charges ...) n'est pas vraiment conforme au principe de l'égalité devant l'impôt et en plus son montage est atrocement discriminatoire au regard de l'âge. Mais cela fait longtemps qu'on sait qu'on a à faire à des juges qui ne dédaignent pas de mélanger quelque peu le droit et la politique (ils 'sont pas annulé les comptes de la présidentielle 1995, alors qu'ils les savaient faux!).

  • Par ajm - 29/08/2017 - 00:15 - Signaler un abus Constitutionnalité.

    En matière de fiscalité le Conseil Constitutionnel fait en général le minimum syndical mais il peut reserver quelques surprises, en particulier sur le fait que l'on ferait cotiser via la CSG les retraités aux Assedic alors qu'ils ne peuvent jamais en bénéficier . Le principe , en effet, c'est que la CSG sert â financer la protection sociale dont on est susceprible de beneficier. Ainsi, par exemple, les salariés français travaillant en Suisse et beneficiant des prestations sociales helvétiques ne cotisent pas à la CSG sur leurs rémunérations de salariés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€