Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Seulement 28% des Français lisent plus de 9 livres par an

Les Français sont 13% à ne jamais ouvrir un livre, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France.

Petits lecteurs

Publié le
Seulement 28% des Français lisent plus de 9 livres par an

A l'occasion du Salon du livre, qui se termine ce dimanche à Paris, l'Ifop a interrogé pour le compte de Dimanche Ouest-France les Français sur leurs habitudes de lecture. Et le résultat n'est pas glorieux : seuls 28% des sondés disent lire plus de 9 livres par an. 

Une majorité, 55%, lisent entre 1 et 9 livres par an, selon leurs déclarations. Les personnes lisant plus de 15 livres par an se font de plus en plus rares : elles ne sont plus que 17%, contre 20% lors d'un précédent sondage en 2011 et 27% en 2006.

17% des sondés en lisent plus de 15 mais 13% admettent ne jamais ouvrir un livre. 

Pourtant, selon cette enquête, "la lecture d'un livre est toujours considérée comme l'activité ayant la plus grande valeur culturelle pour 32% des personnes interrogées (+3 points par rapport à mars 2011)."

La visite d'une exposition ou d'un musée se classe en 2e position, avec 31% des citations (+11% par rapport à mars 2011). Assister à un concert ou à un spectacle n'est cité que par 8% des personnes interrogées.

La lecture d'un journal chute à 7% (-5%) "dans un contexte marqué par la chute de la diffusion des quotidiens", relève l'Ifop. 

Enquête réalisée en ligne par questionnaire auto-administré du 15 au 18 mars auprès d'un échantillon représentatif de 1.504 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Outre-Vosges - 20/03/2016 - 16:42 - Signaler un abus Que répondre ?

    Je ne sais pas dans quelle catégorie m’aurait classé le pauvre diable qui travaille en gérant comme il peut les réponses aux sondages de l’IFOP, mais il se trouve qu’ayant passé les soixante-dix ans (par une sorte de superstition je n’ose en dire davantage…) je pourrais presque parler comme Royer-Collard : « Je ne lis plus : je relis ». Si je jette un coup d’œil sur ma bibliothèque, je vois qu’au fil des ans tant de livres s’y sont accumulés que je n’ai guère envie d’y ajouter quelque chose. Je relis donc mais « Relire est-ce lire ? » ; je n’en sais rien, j’y vois seulement un beau sujet de dissertation, littéraire ou philosophique, et je le propose aux professeurs de lettres ou de philosophie qui cherchent un sujet bien compliqué à présenter à leurs élèves.

  • Par lexxis - 21/03/2016 - 09:23 - Signaler un abus UN BEAU SUJET….

    Relire un livre est une forme d'humilité et de lucidité assez rare aujourd'hui. Car c'est d'abord admettre qu'on peut ne pas avoir tout lu, tout compris la première fois et qu'il reste des allées discrètes ou secrètes qu'on n'a pas ou mal explorées, des beautés dont on n'a pas pris toute la mesure . Mais plus largement , le livre au fil de l'âge c'est comme le fleuve d'Héraclite ou selon la formule de Paulhan feuilleter toujours les même pages alors que de notre fait ou de celui des autres les mots ont changé de sens, les sens ont changé de mots. En réalité, même si ce sont toujours les mêmes lignes qui captent notre attention, on ne relit jamais complètement un livre parce que face à son miroir impassible ou complice nous avons toujours changé. et que la lumière de notre regard n'est plus et ne sera jamais plus la même. Merci à Outre-Vosges de ce beau sujet.

  • Par JMAndré - 23/03/2016 - 19:54 - Signaler un abus Oui, Outre-Vosges,

    avec lexxis ci-dessus, je viens vous dire que relire devrait même être vécue comme une expérience précieuse et bienfaisante, et désirée comme telle, où l'on mesure l’œuvre du temps, quand relire nous relie à tous ceux que nous avons été. Non sans que parfois survienne l'étreinte de la mélancolie. Sans doute devrais-je relire l'Odyssée avec ce que la vie a fait de moi, et peut-être même y retrouverais-je l'émotion de ma lecture originelle, avant tout bercée par la candeur de mes seize ans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€