Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Serbie : quand un SDF décide de vivre dans une tombe

Bratislav Stojanovic s'est installée dans un cimetière serbe il y a 15 ans après avoir été expulsé de son domicile.

Précarité

Publié le
Serbie : quand un SDF décide de vivre dans une tombe

Bratislav Stojanovic vit dans une tombe de deux mètres carrés sur un mètre de hauteur. Crédit Reuters

Il vit avec les morts. Après avoir été expulsé de son domicile suite à l'impossibilité de payer ses dettes, le SDF serbe Bratislav Stojanovic a décidé de s'installer il y a une quinzaine d'années dans un lieu un peu particulier : un cimetière. L'homme âgé de 43 ans a ainsi rafraîchi la façade de sa nouvelle "maison" – une tombe – pour se sentir comme chez lui. S'il est d'accord pour dire qu'"il ne s'agit pas d'un palace" – la tombe dans laquelle il vit fait deux mètres carrés sur un mètre de hauteur – il affirme néanmoins que "c'est plus confortable que vivre dans la rue", ajoutant que l'endroit "est sec et chaud".

Bratislav Stojanovic sait de quoi il parle puisqu'avant d'emménager dans ce cimetière de Nis, le Serbe a erré plusieurs mois dans les rues de la ville. Si vivre au milieu de morts à de quoi en effrayer plus d'un, le SDF assure que ce n'est pas aussi terrifiant que cela : "J'avais peur au début, mais je m'y suis habitué au bout d'un moment. Cela ne me fait pas peur de dormir dans une tombe. Les morts sont morts. Je crains plus la faim. Et désormais, je suis plus effrayé par les vivants que par les morts. A chaque fois que je me faufile à l'extérieur, je vérifie d'abord s'il y a quelqu'un dans les parages, auquel cas je pourrais faire mourir de peur quelqu'un".

Mais il n'a plus vraiment de raisons de terrifier les habitants du quartier qui savent désormais qu'il vit dans le cimetière et lui "apportent même parfois de la nourriture ou des vêtements". Si Bratislav Stojanovic explique qu'il doit toutefois souvent obtenir sa nourriture des poubelles, il garde son sens de l'humour déclarant que "s'[il] meurt dans la nuit, au moins, [il est] au bon endroit".

Les autorités laissent Bratislav Stojanovic se servir d'une tombe comme domicile, la famille la possédant l'ayant laissée à l'abandon.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Salvatore Migondis - 16/02/2013 - 17:15 - Signaler un abus S'est installéE..?

    On a retrouvé la femme à barbe..?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€