Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand le rap devient gay

Après avoir défrayé la chronique pour leurs propos homophobes, le groupe de rap Sexion d'Assaut triomphe actuellement au Printemps de Bourges. L'occasion de s'intéresser aux rapports entre hip-hop et homosexualité...

No homo ?

Publié le - Mis à jour le 23 Avril 2011
Quand le rap devient gay

Elton John et Eminem : un couple d'amis improbable mais apparemment sincère.

Pour tout sociologue s’intéressant à l’imaginaire de la culture rap et hip-hop et souhaitant notamment dresser les contours des représentations sexuées de ses adeptes, l’image première qu’il se forme de son objet n’est pas loin du stéréotype du machiste radical. Le rappeur apparaît en effet dans les médias comme ce jeune homme rebelle chantant les louanges d’une masculinité virile et érigée, vouant un culte aux formes pulpeuses des jeunes femmes devenues objets sexuels, et faisant l’apologie d’une hétérosexualité sans faille.

Les images communément admises du rap et du hip hop sont depuis longtemps forgées autour de cette homophobie inhérente au milieu ; la visibilité de l’homosexualité ou de l’efféminement masculin apparaissant alors comme le tabou ultime suscitant la répulsion de tous. Pourtant, chacun sait que de la répulsion à la fascination, il n’y a qu’un pas. Et ce pas semble aujourd’hui franchi avec la démocratisation du homo hop, le rap tendance gay...

De Eminem à Kanye West

Du rap gay ? L’évocation de ces deux termes nous mettrait presque face à la plus belle des oxymores. Que ce soit DMX, 50 Cent, Sexion d’assaut, Orelsan ou nombre de leur acolytes, les revendications homophobes qui parsèment certaines de leurs chansons nous semblaient révéler une antinomie évidente entre rap et homosexualité.

Rappelons-nous les sulfureuses paroles de Eminem sur son premier opus Marshall Matters : « My words are like a dagger with a jagged edge that'll stab you in the head whether you're a fag or lez » (“Mes mots sont comme un poignard tranchant que je t'enfoncerai dans la tête, espèce de sale pédé”). Pas ce qu’il y a de plus gay-friendly... Pourtant, même ce dernier semble avoir retourner sa veste en se déclarant désormais favorable au mariage homo, initiative saluée par son nouvel ami... Elton John !

Loin d’être pionnier en la matière, la volte-face d’Eminem s’inscrit dans cette nouvelle tendance pro-homo qui agite la culture rap et hip hop depuis le milieu des années 2000, tendance incarnée par le célèbre rappeur Kanye West qui, lors d’une interview pour MTV en 2005, demandait aux artistes de cesser toute revendication homophobe et enfonçait le clou par la suite en déclarant que le terme "gay" devrait "être utilisé comme un compliment. Du genre : "Mec, c'est trop bien, c'est presque... gay".

Le homo hop : rap identitaire gay ?

Si les rappeurs gays étaient jusque là encore timides en Europe comme aux Etats-Unis, ils sortent désormais du placard, avec Deadlee ou Caushun en têtes de file. La scène homo hop explose : festivals de rap gay tels que le Homo Hip Hop Tour ou le Peace out World Homo Hop festival, documentaires décrivant les facettes du homo hop (Pick up the mic, 2006) ou s’interrogeant sur les représentations de genre dans la musique rap/hip-hop (Hip Hop: beyons beats and rhymes de Byron Hurt, 2006), et même un ouvrage relatant ce nouveau pont entre communauté gay et monde du rap et du hip hop, celui de Terrence Dean Hiding in Hip Hop On The Down Low in the Entertainment Industry from Music to Hollywood (Editions Atria, 2007), homosexuel ayant exercé dans l’industrie du hip-hop.

Contestant l’univers visuel et esthétique du hip hop actuel et ses codes sexistes rigides, la scène homo hop a ainsi émergé à la fois en tant que sous genre de la culture gay (culture éminemment influente dans la mode et les médias au début de la décennie 2000) et en tant que nouveau terrain fertile de revendication, de provocation et de rébellion, valeurs nodales de la culture rap.

L’un des représentants de cette scène underground et émergente en France, Monis, rappelle d’ailleurs dans une interview à Têtu que l’homophobie dans le rap n’est à la base qu’une provocation dans la lignée radicale et contestataire de ce style musical. Dès lors, nous pourrions interpréter ce revirement de la même façon : n’oublions pas que le rap est avant tout une revendication identitaire, donc à ce titre, la défense des intérêts de la communauté gay s’inscrit dans cette tradition d’opposition et de contestation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Tonton Colas - 22/04/2011 - 17:14 - Signaler un abus Euh ???

    Il a l'air "documenté" l'article... mais pour en venir à quoi ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emilie Coutant

Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.
Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et néotypes masculins dans les iconographies médiatiques” (2011). Fondatrice et dirigeante de la société d’études qualitatives et prospectives Tendance Sociale, elle réalise études et enquêtes sociologiques pour le compte d’entreprises ou d’institutions. Enseignante dans diverses universités et écoles de mode, elle est également Présidente du Groupe d’Etude sur la Mode (GEMode), rédactrice éditoriale des Cahiers Européens de l’Imaginaire et secrétaire du Longeville Surf Club.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€