Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prise de sang : et si un robot s'en chargeait ?

Ce robot est censé éviter les piqûres ratées par l'infirmière, ce qui arrive plus souvent qu'on ne le croit.

Aie !

Publié le
Prise de sang : et si un robot s'en chargeait ?

Prise de sang

Un robot qui serait capable de réaliser un prélèvement sanguin tout seul, c'est ce à quoi s’attellent depuis 2010 des chercheurs américains. La startup californienne Veebot a créé ce robot censé éviter les piqûres ratées par l'infirmière, ce qui arrive plus souvent qu'on ne le croit. Le but est également de réduire le temps de réalisation (la prise de sang serait prise en une minute seulement) et ainsi, permettre de faire des économies.

Concrètement cela fonctionne de la manière suivante : le patient met son bras dans un garrot et saisit une poignée. Une fois son bras en extension, le robot (baptisé Veebot robotic phlebomist) qui est en fait une sorte de bras mécanique, se place au-dessus du creux du bras. Équipé d'une caméra infrarouge il va alors pouvoir détecter les veines. Grâce à son émetteur ultrason, le robot va pouvoir déterminer si le flux sanguin est suffisant pour procéder à la prise de sang, afin d'opérer sur la veine la plus adaptée.

L'aiguille est alors dirigée dans la veine, grâce à une visée laser. Le sang est ensuite prélevé avec une seringue, reliée à l'aiguille par un tuyau.

Pour le moment le taux de réussite n'est que de 83%. Les concepteurs comptent atteindre les 90% d'efficacité avant d'envisager d'ici 3 à 5 mois des tests cliniques. Reste encore à convaincre avec le prototype, les autorités sanitaires et surtout, les patients.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par grosboeuf - 07/08/2013 - 18:49 - Signaler un abus Triste monde

    Je suis disposé à pardonner à un(e) infirmier(e) de foirer un prélêvement (et je suis effectivement difficile à piquer). Si c'est une machine, mon niveau de compréhension risque d'être bien plus faible Y-a-il des gens qui se préoccupent du niveau de déshumanisation de notre société? Il ne faut alors pas s'étonner du niveau de barbarie ambiant, si seules les machines trouvent une place dans notre monde, au détriment de l'humain

  • Par Beaumanoir - 08/08/2013 - 02:00 - Signaler un abus Avant une operation

    pour enlever un cancer de la prostate, je devais avoir une prise de sang. Il a fallu trois infirmiers/infirmieres qui ont rate sur un bras, rate sur l' autre, essaye sur le dos d' une main, sur le dos d' une autre, pour enfin reussir. J' ais ete couvert de bleus pendant plus d' un mois. Par contre l' operation de prostatectomie infiniment plus compliquee qu' une simple prise de sang s' est deroulee sans probleme avec un robot. Non seulement je pense que des robots peuvent etre plus efficacies que des humains, mais aussi ils peuvent liberer les humains de taches de routine. J' enfonce une porte ouverte pour le benefice de la personne qui a fait le commentaire ci dessous.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€