Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paul Royle, l'un des deux seuls survivants de la "grande évasion" pendant la Seconde Guerre mondiale est mort

Cette histoire avait été immortalisée par Steve McQueen dans le célèbre film sorti en 1963.

Tristesse

Publié le
Paul Royle, l'un des deux seuls survivants de la "grande évasion" pendant la Seconde Guerre mondiale est mort

Cette histoire avait été immortalisée par Steve McQueen dans le célèbre film sorti en 1963.  Crédit Capture

Paul Royle, ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant. L'Australien est l'un des hommes les plus connus dans son pays. En effet, il est l'un des 76 prisonniers qui ont fui le camp de prisonniers allemand Stalag Luft III en empruntant un tunnel creusé par leurs soins. A 101 ans, Royle, héros de ce qu'on appelle la "grande évasion" est mort.

"Papa a continué de vivre pleinement sa vie. C'est une chute qui a finalement eu raison de lui" a indiqué Gordon Royle à l'Australian Broadcasting Corporation précisant aussi que son père était décédé à l'hôpital de Perth.

Il ne reste désormais plus qu'un seul survivant de cette évasion tentée par des officiers alliés pendant la Seconde Guerre mondiale : le Britannique Dick Churchill, âgé de 94 ans.

 

En mars 1944, Royle et ses compagnons avaient creusé trois tunnels - nom de code : Tom, Dick et Harry - mais ils n'ont finalement utilisé que Harry. Seuls trois d'entre eux ont réussi à recouvrer la liberté sains et saufs. Les autres ont tous été repris par la Gestapo et 50 d'entre eux furent exécutés sur ordre de Hitler. 

Paul Royle avait été repris au bout de deux jours et avait fini par être renvoyé dans le camp Stalag Luft III, où il a rencontré le pilote de chasse australien Brickhill. Ce dernier raconta l'aventure dans son livre La Grande Évasion, qui servit de base au film de John Sturges dans lequel jouait Steve McQueen. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€