Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, porte plainte contre le journaliste et l'écrivain Roberto Saviano

La polémique et les confrontations verbales entre le journaliste Roberto Saviano et le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, ont pris une tournure encore plus spectaculaire cette semaine, toujours au sujet de la crise des migrants et des accusations de dérive mafieuse. A la suite d'un message assassin sur Twitter par Roberto Saviano, dans lequel il était directement visé, Matteo Salvini a décidé de porter plainte contre le lanceur d'alerte.

Les hostilités reprennent

Publié le
Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, porte plainte contre le journaliste et l'écrivain Roberto Saviano

 Crédit CHRISTOPHE SIMON / AFP

Roberto Saviano a une nouvelle fois dénoncé les conséquences de la politique migratoire en Italie et la crise des migrants. L'écrivain a publié un message sur Twitter avec la photo d'une mère et de son enfant, morts en mer. Dans la légende, Roberto Saviano s'en prend directement à Matteo Salvini. 

"Le Ministre de Mala Vita (ndlr de mauvaise vie, de pratiques liées à la mafia) parle de "mensonges et de calomnies" quand il s'agit des personnes mortes en mer, mais avec quel courage ?

Avoue plutôt : quel plaisir, toi qui te dis 'père" ressens-tu à la vue d'enfants innocents qui meurent en mer ? Matteo Salvini, ministre de Mala Vita, tu as semé la haine". 

Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, a déposé une plainte le 19 juillet. Dans un tweet, il explique qu'il a "poursuivi Saviano, comme promis. J'accepte toutes les critiques, mais je ne permets à personne de dire que j'aide la mafia, une merde que je combats de toutes mes forces, ou de dire que je suis heureux si un enfant mort. Quand c'est trop, c'est trop".  

Roberto Saviano a répondu au dépôt de cette plainte : 

"Le ministe de la mauvaise vie a décidé de me poursuivre en jusitce, je n'ai pas encore eu de communication officielle, mais je demanderai à être entendu car je ne m'arrêterai pas devant un pouvoir qui a peur des voix critiques. Au tribunal, Salvini sera appelé à dire la vérité, une expérience nouvelle pour lui". 

Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur italien, avait déjà fait planer la menace de retirer la protection policière de l'écrivain et du lanceur d'alerte Roberto Saviano (auteur de Gomorra et Extra Pure). Roberto Saviano avait déjà critiqué la politique migratoire de son pays dans une longue tribune publiée dans Le Monde

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 21/07/2018 - 11:59 - Signaler un abus IL EST BIZARRE

    Que Roberto Saviano ne se préoccupe pas, du chiffre d'affaires que génère pour les mafias africaines, orientales et européennes, ce juteux trafic d'êtres humains.

  • Par Mario - 24/07/2018 - 09:30 - Signaler un abus exactement MIMINE95, de plus

    exactement MIMINE95, de plus , il n' y aurait pas de mort s'ils ne traversaient pas la méditerranée . Alors qui sont les assassins , sinon les personnes qui les encouragent à risquer leurs vies pour venir chez nous.

  • Par vangog - 24/07/2018 - 12:31 - Signaler un abus Les mafias caritativo-gauchistes sont responsables

    de la mort des clandestins-migrants en mer, car ce sont eux qui les encouragent à saboter leurs embarcations à l’approche des garde-côtes! Ces vieilles méthodes gauchistes de R.Saviani qui tentent de défausser la responsabilité des mafias de passeurs sur le gouvernement italien ne « marchent » plus. Car l’Italie n’est plus gouvernée par des gogos...les Italiens ont voté, et la démocratie fait mal au cul de Saviano...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€