Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Metz : un professeur condamné pour s'être masturbé... devant un film sur la guerre 14-18

L'homme avait une première fois été surpris alors qu'il se masturbait, dans un cinéma, devant Astérix.

Coup de canon

Publié le
Metz : un professeur condamné pour s'être masturbé... devant un film sur la guerre 14-18

Est-ce un fétichiste des casques, ou des poilus ? Un proviseur d'un lycée de Metz a été condamné vendredi 7 novembre à deux mois de prison avec sursis, deux ans d'obligation de soins et 600 euros d'amende, pour s'être exhibé à deux reprises dans un cinéma de Saint-Julien-lès-Metz.

L'homme, qui a dans les deux cas mené sa petite affaire hors du cadre de ses fonctions, a été surpris le 13 octobre dans un cinéma alors qu'il se masturbait au dernier rang d'une salle presque vide, projetant un film sur la guerre de 1914.

Il avait alors été placé en garde à vue.

L'un des employés du cinéma l'avait reconnu et a indiqué aux autorités que l'homme avait déjà été chassé d'une salle, en décembre 2014, alors qu'il se masturbait devant le film Astérix.

Vendredi, devant le tribunal correctionnel de Metz, le président a souligné le "gros décalage" entre les accusations et "le comportement que l'on attend" d'un proviseur de lycée.

L'accusé a reconnu la gravité des faits et a expliqué être, depuis, "mort socialement" et dans une situation "très fragile" sur le plan familial. "Je ne fais plus l'objet d'aucune communication ou d'aucun contact, sauf un ami", a-t-il déclaré. Suspendu de ses fonctions, il compte demander sa retraite plus tôt que prévu.

Le procureur avait requis quatre mois de prison avec sursis, une injonction de soins pendant 2 ans et 2 000 euros d'amende.

"Aujourd'hui, on a un peu le sentiment que la justice a plutôt voulu sanctionner un comportement immoral que de juger en droit ce dossier", a réagit l'avocat de la défense, Me Nicolas Matuszak.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Stéa - 28/05/2016 - 11:07 - Signaler un abus Titre

    L'auteur de cet "article" ne fait visiblement aucune différence entre "professeur" et "proviseur". Ce qui révèle finalement que ceux qui ont le plus tendance à vouloir dégrader l'image des éducateurs sont ceux qui manquent d'éducation.

  • Par Nap4 - 28/05/2016 - 12:45 - Signaler un abus Et Baupin et Sapin ?

    Deux poids, deux mesures. Comme quoi, il vaut mieux être un homme politique qui harcèle et agresse physiquement des femmes (dont le consentement réel reste à déterminer), qu'un enseignant qui tire sur son petit élastique dans une salle obscure (et pas une salle de classe). Par ailleurs, comme cela s'est déroulé devant une film de guerre, une question qui ressort des conclusions du jugement serait de savoir si un film porno est plus ou moins moral qu'un film de guerre.

  • Par viandapneu - 28/05/2016 - 14:33 - Signaler un abus un jour soeur javotte

    Ce qui serait inquiétant, ce serait qu'il s'asticote devant les actus avec Manuel Valls...sinon, c'est son problème, et je comprends pourquoi les fauteuils des cinémas sont aussi sales et gluants !!

  • Par Paul Emiste - 28/05/2016 - 15:28 - Signaler un abus Asterix, Obelix ou Idefix?!

    Nos chers socialos-ecolomunistes, rois du progrès sociétal en tout genre, on du pain sur la planche (si je peux me permettre l´expression).

  • Par gerint - 28/05/2016 - 19:53 - Signaler un abus Pour moi il n'y a pas de délit

    donc pas de sanction. Il a fait cela dans le fond d'une salle noire, hors de son job. S'il fallait sanctionner tous les gestes de ce type, les tribunaux seraient débordés rien que pour cela

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€