Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Messieurs, si vous travaillez beaucoup à la maison, attention au divorce !

Une étude d'un institut norvégien est formelle : plus les tâches ménagères sont équitablement réparties dans un couple hétérosexuel, plus les risques de divorce sont élevés...

In love with my serpillière

Publié le

Sur le papier, cette brève devrait faire hurler nos lectrices... Car il y a de quoi : selon une étude de l'institut norvégien Nova nommée "L'égalité à la maison", spécialisé dans la recherche et les études sur les sujets sociétaux, les risques de divorce grimpent d'environ 50% entre les couples où les tâches ménagères sont partagées de manière équitable par rapport à ceux où l'essentiel du travail est accompli par la femme.

Attention toutefois à ne pas en tirer d'hâtives généralisations : l'étude précise également que le lien de causalité entre ces deux facteurs...

n'existe pas. Explication du co-auteur de l'étude, Thomas Hansen : les couples où ces tâches ménagères sont assez bien réparties, dits "modernes" dans le vocable de l'étude, sont aussi ceux qui ont une perception plus lâche du mariage.

"Dans ces couples modernes, les femmes ont aussi souvent un niveau d'éducation élevé et un emploi bien rémunéré, ce qui les rend moins dépendantes économiquement de leur mari. Elles peuvent donc s'en sortir plus facilement en cas de divorce". Conclusion : les hommes qui font le ménage divorcent bien plus que les autres, mais ce n'est pas à cause de ce même ménage. Messieurs, ne refusez donc pas à votre dulcinée un coup de balai pour le bien de votre couple, ça ne sert à rien...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zaz - 28/09/2012 - 10:42 - Signaler un abus C'est assez logique en fait

    L’intérêt d'un couple, ça reste tout de même de construire a 2 quelque chose qui a plus de valeur que la somme des deux individus. L'idée étant de tirer un parti maximal des différences. Dès lors que tout est partagé selon une stricte équité, le couple ne produit plus que la somme de ses constituants, et a donc moins d’intérêt à se maintenir. Je serais curieux de connaitre les résultats des taux de divorce lorsque l'homme en fait plus que sa compagne (mon petit doigt me dit qu'on retombe alors sur les taux des familles "non modernes").

  • Par copélia - 28/09/2012 - 16:10 - Signaler un abus l' épeire de Damoclès

    rôde désormais dans tous les foyers où l'homme agite le plumeau et la tête de loup!

  • Par SaintThomas - 30/09/2012 - 12:49 - Signaler un abus Le contenu n'a rien à voir avec le tire...

    Entre le titre de l' article "Messieurs, si vous travaillez beaucoup à la maison, attention au divorce !", ou légende de la photo "Les hommes qui font le ménage divorcent plus que ceux qui ne font rien", et le contenu de l' article, il y a comme une contradiction : "le lien de causalité entre ces deux facteurs... n'existe pas". Cet article va juste servir à ceux qui en rame pas une à la maison de continuer...

  • Par antiflambyste18 - 30/09/2012 - 15:30 - Signaler un abus Aucun intérêt

    A peu près aussi captivant et essentiel que le taux de divorce chez les couples qui votent Flamby.!!!! pardon qui mangent du Flanby! Le Flamby est il bon pour le divorce?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€