Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Maedeh Hojabri : des femmes iraniennes dansent afin de montrer leur soutien à une jeune fille arrêtée pour ses publications sur Instagram

Des femmes en Iran se sont mobilisées en publiant des vidéos d'elles en train de danser. Cette opération est menée afin de soutenir une jeune fille arrêtée pour ses publications sur les réseaux sociaux.

Vent de révolte

Publié le
Maedeh Hojabri : des femmes iraniennes dansent afin de montrer leur soutien à une jeune fille arrêtée pour ses publications sur Instagram

 Crédit Capture d'écran Instagram

Maedeh Hojabri est au coeur de toutes les attentions en Iran. Le compte Instagram de la jeune femme avec ses 54 000 followers a entraîné une représsion des autorités iraniennes. La jeune femme a publié de nombreux messages avec des vidéos où elle danse sur de la musique iranienne et de la musique pop européenne. 

Vendredi, la télévision d'Etat a diffusé ce qui ressemble à la confession et aux excuses de la jeune femme, à la suite de son arrestation. 

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont partagé de nombreuses vidéos et des messages afin de soutenir Maedeh face à cette épreuve. Le mot clé "#dancing_isn't_a_crime" (danser n'est pas un délit).  

Le gouvernement iranien a des règles strictes concernant les tenues vestimentaires des femmes.

Danser avec des personnes du sexe opposé en public est interdit, sauf dans le cadre familial. Les vidéos de Maedeh Hojabri la montrent en train de danser chez elle, sans la moindre couverture sur la tête ou sans hijab. D'autres danseurs ont été arrêtés ces dernières semaines. 

Le bloggeur Hossein Ronaghi a évoqué cette situation délicate en Iran : 

"Si vous dîtes à quelqu'un sur la planète que les filles de 17 - 18 ans sont arrêtées parce qu'elles dansent, parcequ'elles sont heureuses et pour leur beauté à cause d'accusations graves d'atteintes aux bonnes moeurs, alors que des violeurs d'enfants et d'autres sont libres, cette personne va vous rire au nez ! Parce que pour cette personne, cette réalité est incroyable !"

Ce mouvement de contestation sur les réseaux sociaux pourrait donc bien inquiéter les autorités iraniennes. 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€