Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Los Angeles : un artiste de rue dessine les rêves des SDF

Un lit, une pomme, un dollar... Depuis 2009, l'artiste Skid Robot dessine ce à quoi pourrait bien rêver les sans-abris au-dessus de l'endroit où ils dorment.

Dessine moi un mouton

Publié le
Los Angeles : un artiste de rue dessine les rêves des SDF

A Los Angeles, l'artiste Skid Robot dessine ce à quoi pourrait bien rêver les sans-abris au-dessus de l'endroit où ils dorment. Crédit Capture d'écran Instagram Skidrobot

De quoi rêvent donc les sans-abris ? D'un lit, d'un peu de nourriture, d'argent… tout simplement. A Los Angeles, un artiste de rue s'est mis en tête de dessiner les rêves des SDF – ou du moins ce qu'il en imagine – au-dessus de l'emplaçement où ils dorment. Il lui arrive aussi parfois de dessiner quelque chose à la demande des démunis eux-mêmes, comme celui dont la structure de la chaise roulante se prolonge désormais en trône.  

 

L'artiste, qui se fait appeler Skid Robot, a commencé son projet en novembre 2013 dans Skid Row, un quartier défavorisé de Los Angeles.

Depuis, il poste régulièrement des photos de ses œuvres sur son compte Instagram, qu'il accompagne de commentaires percutants.

 

"Un soir, je me promenais sur Skid Row, a expliqué le "street artist", au site Vice News. C'est ma copine qui m'a suggéré l'idée de peindre au-dessus de ces personnes. La première fois, j'ai dessiné un dollar. (...) Je me sentais un peu mal de le faire, parce que je me servais d'eux, en un sens. La fois d'après, je suis allé à l'épicerie et j'ai acheté de la nourriture, des petites choses pour la toilette, comme ça, j'avais aussi quelque chose à leur apporter."

Et Skid Robot en est sûr : la plupart des passants apprécient son travail. "Le résultat est à la fois amusant, et en même temps, ça porte l'attention sur quelque chose auquel on ne pense pas habituellement. (...) Les seules personnes qui sont contre dénoncent la dégradation des bâtiments."

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€