Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La grammaire de Donald Trump ne vaut pas celle d’un élève de 6e, assure une étude

Des chercheurs américains ont comparé le niveau d'éloquence des présidents depuis plus de deux siècles.

Blabla

Publié le
La grammaire de Donald Trump ne vaut pas celle d’un élève de 6e, assure une étude

Donald Trump fait chuter la moyenne.  Crédit Chris Keane / Reuters

L’éloquence est un atout important en politique, mais elle n’est pas nécessaire pour accéder à la Maison Blanche. A titre d’exemple, George Washington et George W. Bush étaient de piètres rhéteurs, même si leurs défenseurs ont du mal à l’avouer. En plus de deux siècles, les Etats-Unis ont connu peu de présidents qui étaient de grands orateurs.

Une étude universitaire a mis en concurrence les qualités de rhéteurs de plusieurs présidents.

Ce travail, réalisé par l’université de Carnegie Mellon (Pennsylvanie), analyse les discours et évalue leur lisibilité en les classant de la 1st grade (l’équivalent du CP) à la 12th grade (l’équivalent de la terminale). Résultat : la plupart des chefs d’Etat ont une grammaire comprise entre les niveaux 6e et 4e. Et Donald Trump est un peu à la traine.

"L’étude se base sur le fait que certains mots apparaissent avec une plus grande fréquence selon qu’on avance dans les classes", expliquent Maxine Eskenazi et Elliot Schumacher, chercheurs à l’Institut des techniques du langage. "Par exemple, on s’attend à voir le mot 'win' (gagner) fréquemment au niveau CE2 tandis que le mot 'successful' (avoir du succès) doit apparaître plus régulièrement au niveau 5e."

"Une base de données a été créée à partir des déclarations de candidature, des discours de campagne, que ce soient des victoires ou des échecs pour 5 candidats en course : Ted Cruz, Hillary Clinton, Marco Rubio, Bernie Sanders et Donald Trump."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fasanan - 19/03/2016 - 06:55 - Signaler un abus les "experts" ont encore frappé

    que vont ils encore trouver pour essayer de le déglinguer ? Le choix des photos le représentant est significatif

  • Par Celan1971 - 20/03/2016 - 05:24 - Signaler un abus Les hollandais attaquaient

    Les hollandais attaquaient Sarkozy de façons similaire , sur son manque de goût et ses fautes de français...

  • Par Lafayette 68 - 20/03/2016 - 08:14 - Signaler un abus Et celle d'Obama?

    Niveau de grammaire supérieur pour aller couronner à Cuba deux dictateurs, les frères Castro. La communauté cubaine de Miami remercie le grand orateur qui se regarde le nombril avant tout mais n'a rien compris au mot dictature .

  • Par Outre-Vosges - 20/03/2016 - 10:10 - Signaler un abus Que vaut l’information ?

    Le «Washington Post» est un journal de bobos, aussi doit-il présenter des arguments qui paraissent solides quand bien même ils ne résisteraient pas à une deuxième lecture (qui n’aura en fait jamais lieu). Remarquons d’abord que l’article original en anglais auquel je me suis reporté ne nous donne aucun exemple de ces erreurs de grammaire ou de de vocabulaire qu’aurait commises Donald Trump mais de simples affirmations qu’il nous demande de croire sur parole. Poussant plus loin j’ai retrouvé ce qui semble la source (http://reap.cs.cmu.edu/Papers/Technical_report_16-001_Schumacher_Eskenazi.pdf) et vu que, là encore, j’avais affaire à de simples affirmations (accompagnées de graphiques pour faire plus sérieux!) sans qu’on donnât un seul exemple. Et cette revue, en principe universitaire, nous renvoie à des études presque toutes bien antérieures à la présente campagne présidentielle; on trouve quand même un seul article du «Boston Globe », journal qui a une réputation de sérieux… comme «Le Monde» en a une chez nous. Il y a peu à en tirer car ce n’est pas l’étude approfondie et systématique que j’aurais voulue. Enfin des sites collecteurs d’informations pourront reprendre cet article.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€