Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Facebook : virée pour s'être trop connectée au travail

La cour d'appel de Pau a validé le licenciement d'une employée qui délaissait son travail au profit des réseaux sociaux et de la vente de produits en ligne. La décision pourrait faire jurisprudence.

Addiction 2.0

Publié le

Virée pour avoir abusé de Facebook au travail. C'est ce qui est arrivé à une intérimaire embauchée comme chargée de recrutement dans une entreprise basque après que le patron se soit rendu compte qu'elle passait beaucoup trop de temps sur les réseaux au détriment de sa véritable activité, rapporte le quotidien Sud-Ouest.

La cour d'appel de Pau a validé le licenciement au début de l'été, auparavant invalidé aux prud'hommes de Bayonne. "Les connexions quasi quotidiennes, à plusieurs reprises dans la journée, durant les heures de travail, sur un site sur lequel Mme X se livrait à une activité commerciale ainsi que sur des sites communautaires, démontrent que cette dernière, durant ces périodes, ne pouvait se livrer à son travail au sein de l’agence", écrivent les magistrats dans leur arrêt rendu le 13 juin. En cause : une fréquence d'usage très élevée de Facebook, de sa messagerie personnelle Hotmail et d'un site commercial sur lequel elle vendait par correspondance de la lingerie féminine.

"Ce qui lui était reproché et qui a été sanctionné, ce n’est pas le simple fait de se connecter une fois de temps en temps à Facebook ou à ces autres sites - encore heureux, on n’en est pas là ! - mais d’en avoir abusé à des moments où elle était payée pour d’autres tâches qu’elle n’accomplissait pas. Ce que la cour a considéré comme un usage ‘‘anormal’’ de l’outil professionnel", estime Me Bourdeau, l'avocat de l'agence d'intérim qui employait la femme. Des connexions "pas pire qu’une pause cigarette !" a pour sa part estimée l'avocate de cette dernière.

Faute de moyens, la salariée ne s'est pas pourvue en cassation. Cette décision de justice pourrait donc faire jurisprudence à l'avenir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 05/09/2013 - 17:38 - Signaler un abus Ce n'est pas que Fecebook !

    Le titre est trompeur : non seulement elle abusait de Facebook, mais également de sa messagerie perso, et en plus elle avait une activité commerciale ! En clair, elle était payer à s'amuser et à arrondir ses fin de mois. Faut pas pousser......

  • Par la saucisse intello - 05/09/2013 - 20:20 - Signaler un abus J'en ai viré.......

    Pour moins que ça. Mais TOUJOURS avec 1) LE(S) motif(s). 2) LES éléments probants. Et même les prud'hommes de Martigues (si, si, de Martigues !) se sont fait étendre par la cour d'appel. L'un de mes titres de gloire (et pas le moindre !) est d'avoir fait condamner EN PLUS deux salariés aux frais de justice. Dans les DEUX cas, la cour d'appel a reconnu le non fondé des procédures. Finalement, c'est comme au sanglier : Il faut prendre son temps mais faire en sorte que la première balle soit la bonne !

  • Par mich2pains - 06/09/2013 - 09:23 - Signaler un abus PEUCHERE , LA PÔVRE ......

    Ca lui servira de leçon ! Maintenant , elle pourra faire comme les 5 millions de chômeurs ; être sur Internet toute la journée sans risquer le licenciement !

  • Par Riseup - 06/09/2013 - 15:42 - Signaler un abus Sinon....

    Sinon, et bien il faut chercher du travail dans le Community Management, vous pourrez aller sur Facebook toute la journée !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€