Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Etats-Unis : quand les psychologues doivent traiter des patients rongés par l'ascension de Donal Trump

"Toute notre vie nous avons été éduqués, afin de ne pas dire de grossièretés et de ne pas proférer d'insultes (...) et Donald Trump vient briser toutes ces règles d'un coup", explique la psychologue américaine Alison Howard, citée par le Washington Post.

Syndrome

Publié le
Etats-Unis : quand les psychologues doivent traiter des patients rongés par l'ascension de Donal Trump

"Les gens se demande comment il fait pour s'en sortir ainsi", explique Alison Howard. Crédit Reuters

Dans le contexte houleux que traverse la vie politique américaine à l'approche de l'élection de 2016, le Washington Post a récemment sollicité l'expertise de la psychologue Alison Howard pour mieux connaître les conséquences de ce marathon médiatique sur l'état mental des citoyens.

Et selon elle, l'ascension du sulfureux Donald Trump constitue une source d'anxiété non négligeable chez plusieurs de ses patients. Au cours des dernières semaines, plusieurs d'entre eux ont en effet ressenti le besoin de s'exprimer sur leurs craintes de voir accéder le candidat milliardaire républicain à la Maison Blanche. 

"Donald Trump a remué les gens (…) Toute notre vie nous avons été éduqués, afin de ne pas dire de grossièretés et de ne pas proférer d'insultes, afin de ne pas être agressifs, de ne pas exclure les autres en fonction de leur couleur de peau.

Ces règles sociales que nous avons, il (Donal Trump) vient toutes les briser, et avec efficacité. Et les gens se demandent comment il fait pour s'en sortir ainsi", explique Alison Howard.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 05/03/2016 - 10:11 - Signaler un abus Les pauv'bichons gauchistes, biberonnés à la pensée

    unique qui, tout le monde le sait, ne pratique pas l'insulte, ni le mépris...savent-ils que la langue de bois, pratiquée assidûment par les gauchistes, est la plus suprême insulte à la démocratie et à l'intelligence? ces pauv'bichons gauchistes ont pourtant les moyens d'aller visiter des psychologues hyper-tarifés, qui vont leur facturer une dizaine de séances pour effacer de leur mémoire collective les insultes du méchant Trump...Attention! car le syndrome de Stockholm guette ces faibles d'esprit, et ils risqueront de voter Trump, croyant entendre des mots doux pour des insultes, après leurs dix séances à tarifs-spéciaux-pour-bobos-apeurés...

  • Par Phlt1 - 05/03/2016 - 11:27 - Signaler un abus @vangog

    Arrêtez de déblatérer sur des choses que vous ne connaissez pas. Vous tapez sur les "gauchistes" américain, mais vous êtes vous même prisonnier de la dialectique bien française de la bonne gauche caviar.!. Il n'y a pas de "gauche" aux USA. Personne.!. Les démocrates sont à la droite de Sarkozy.!. Il n'y a que l'insupportable rhétorique des bobos français pour oser dire que Kennedy était de gauche (ils veulent reprendre à leur compte l'image à priori flatteuse de Kennedy, et ceci dès lors que tout ce qui intéresse un gauchiste, c'est son image). Si des américains vont consulter pour se positionner politiquement, c'est exclusivement culturel, et ça n'a rien à voir avec la politique. Le civisme existe aux USA.

  • Par vangog - 05/03/2016 - 20:08 - Signaler un abus Philt1 Le gauchisme est un positionnement géographique!

    Dans tous les pays où vous irez, vous trouverez une gauche et une droite, et elles seront différentes d'un pays à l'autre, selon l'histoire et les traditions. J'ai passé plusieurs mois dans le Maine, et j'y ai trouvé les mêmes réflexes étatistes et interventionnistes chez les enseignants, journalistes, artistes et bobos de Portland, que chez les bobos parisiens. Les commerçants, ouvriers et artisans, eux, avaient une sérieuse tendance à voter à l'inverse de ces bobos, soit non-interventionniste et Républicain. on se demande pourquoi?

  • Par C3H5.NO3.3 - 05/03/2016 - 21:13 - Signaler un abus Il ne leur reste

    que le suicide collectif.

  • Par Phlt1 - 05/03/2016 - 23:02 - Signaler un abus @vangog

    certes...mais les "réflexes" dont vous parlez ont ils les mêmes causes et les mêmes conséquences.?. Absolument pas... Aux USA, on peut vouloir plus d'état lorsque les routes sont bourrées de nids de poule, ça n'est certainement pas être de "gauche". D'accord avec vous sur le positionnement géographique dans une assemblée, mais l'amalgame dans ce cas entre les gauches entre la France et les Etats Unis ne correspond absolument à rien dans la réalité. Mais je comprends votre position: je considère pour ma part qu'il y a plus de différence de culture entre Paris et Los Angeles qu'entre Paris et Ouagadougou, dans le sens où il est pour nous - spontanément - plus facile de comprendre ce qui se passe dans la tête d'un habitant de Ouagadougou que ce qui se passe réellement dans la tête d'un habitant de Los Angeles et plus généralement d'un américain. A la différence de ce que croient beaucoup de français. Et on le voit chaque jour. Cordialement.

  • Par valencia77 - 06/03/2016 - 05:43 - Signaler un abus left wing he?

    Le gauchiste ici in the old US of A et definitivement anti religieux mais il veut accepter autant de musulmans que possible. esperons qu'un grand nombre se suicide ou emigre apres l'election De Donald.

  • Par Deudeuche - 07/03/2016 - 06:22 - Signaler un abus Quel est l'intérêt de cet article

    des gens vivent dans un paradigme côte Est et Ouest et Chicago centre, et ne supportent pas que cela ne soit pas celui de tous les USA.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€