Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eruption du Vésuve : nouvelles révélations sur les tragédies de Pompéi et d'Herculanum

Des chercheurs italiens viennent de dévoiler le fruit de leurs recherches qui permet de mieux cerner les causes réelles de la mort de nombreuses personnes piégées par l'éruption du Vésuve.

Catastrophe antique

Publié le
Eruption du Vésuve : nouvelles révélations sur les tragédies de Pompéi et d'Herculanum

 Crédit MARIO LAPORTA / AFP

Le drame antique de Pompéi est ancré dans toutes les mémoires. Des milliers de Romains ont perdu la vie en 79 après JC, lorsque le Vésuve est entré en éruption pendant deux jours.

Les villes de Pompei et d'Herculanum ont été ensevelies. Les habitants ont été pris au piège dans leur fuite. 

Selon une nouvelle étude, la cause immédiate du décès de nombreuses victimes de la catastrophe à l'époque serait liée à la vaporisation des fluides corporels. Cela aurait entraîné des explosions du crâne provoquées par la chaleur intense du volcan. 

Ces révélations émanent des publications d'une équipe de chercheurs italiens dirigée par Pierpaolo Petrone de l'hôpital universitaire Federico II de Naples.

Dévoilés dans la revue PLOS One, leurs résultats démontrent que des squelettes récupérés dans les chambres du front de mer de la cité d'Herculanum étaient recouverts de mystérieux résidus de minéraux rouges et noirs. 

Selon les chercheurs, ces résidus représentent du fer provenant de sang humain exposé à une chaleur extrême. 

En 2001 déjà, Pierpaolo Petrone et ses collègues indiquaient dans un article de Nature que les postures corporelles des victimes à Herculanum suggéraient un choc thermique plutôt que la suffocation par des gaz nocifs ou des cendres. 

Le nouvel article permet d'élargir considérablement le champ de l'analyse et le nombre de personnes étudiées. La lésion thermique serait donc au moins aussi importante que l'asphyxie pour expliquer le décès des habitants d'Herculanum, en particulier pour les personnes qui étaient bloquées. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€