Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une entreprise britannique propose des congés "spécial règles" à ses salariées

Les femmes souffrant de règles douloureuses peuvent pendre deux jours de congés par mois.

Le travail, c'est la santé

Publié le
Une entreprise britannique propose des congés "spécial règles" à ses salariées

Malgré tous les analgésiques et antispasmodiques avalés, certaines femmes souffrent de cycles menstruels si douloureux qu'elles ne peuvent travailler, préférant rester à la maison en attendant que passent les crampes.

Pour éviter qu'elles n'aient à poser un jour d'arrêt maladie, ou qu'elles fassent acte de présence malgré la douleur, une entreprise britannique vient d'annoncer que ses salariées pourront désormais prendre un congé menstruel.

"En tant que manager, j'ai vu des femmes qui souffraient vraiment pendant leurs règles. Elles se sentent coupables et ont honte de prendre des jours de congé. Elles restent assises à leur bureau en silence sans reconnaître qu'elles ont très mal. C'est de là que c'est parti, nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose et briser ce tabou. Rien de tel n'a jamais été fait en Angleterre avant, ou, si cela a déjà été fait, c'était à toute petite échelle", explique Bex Baxter, la directrice de la société Coexist installée à Bristol, dans le Bristol Post.

Le journal Le Parisien, qui a repéré l'initiative, explique que cela existe déjà en Asie, notamment au Japon où les femmes bénéficient de deux jours de congés par mois depuis 1947. Idem en Corée du Sud, en Indonésie et à Taïwan.

Bex Baxter estime que ce congé ne nuira pas à la productivité de son entreprise, puisque les femmes seront soulagées par ce congé... et donc plus efficaces à leur retour au bureau. Une solution gagnant-gagnant, donc.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€