Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eaten Alive : le naturaliste Paul Rosolie explique pourquoi il a laissé un anaconda le dévorer vivant

"Je voulais faire quelque chose qui choquerait à coup sûr". "Ce que j'essaye de faire c'est d'attirer l'attention des gens sur ce qui se passe en Amazonie. A époques désespérées, mesures désespérées" a-t-il déclaré au New York Post.

Explications

Publié le
Eaten Alive : le naturaliste Paul Rosolie explique pourquoi il a laissé un anaconda le dévorer vivant

Eaten Alive : le naturaliste Paul Rosolie explique pourquoi il a laissé un anaconda le dévorer vivant.  Crédit Capture d'écran Youtube Eaten Alive

Un mois après la diffusion de la bande-annonce de "Eaten Alive" qui montre un homme en train de se faire dévorer par un anaconda en Amazonie, Discovery Channel va diffuser son émission, dimanche 7 décembre. A cette occasion, Paul Rosolie, qui était vêtu d'une combinaison spéciale quand il a laissé le serpent l'attaquer, a expliqué ce qui l'avait poussé à prendre un tel risque. Tout d'abord, "Je ne voulais pas paniquer le serpent. Je voulais être sûr que le costume ne ferait pas de mal au serpent.

Mais je n'étais pas vraiment effrayé. Nous avions testé le costume et travaillé dessus avec des experts donc nous savions que ce serait sur", a expliqué le naturaliste américain au New York Post.

Attaqué par de nombreux activistes des droits des animaux persuadés que Rosolie avait torturé l'animal, l'aventurier a assuré que le serpent était sain et sauf et que l'expérience de Discovery Channel avait justement pour but de collecter de l'argent pour sauver l'habitat de l'anaconda en Amazonie. "Je voulais faire quelque chose qui choquerait les gens à coup sûr", a-t-il déclaré. "Ce que j'essaye de faire c'est d'attirer l'attention des gens sur ce qui se passe en Amazonie. A époques désespérées, mesures désespérées", a-t-il poursuivi.  

"J'ai travaillé dix ans en Amazonie, en Inde, en Indonésie, et à chaque fois, tout revient à la perte de biodiversité. Personne n'y prête attention. Les gens s'intéressent aux animaux. Mais ils ne font pas le lien avec l'habitat dans lequel vivent les animaux. Ce qui est intéressant, c'est que l'association PETA a reçu 40 000 signatures contre 'Eaten Alive', et c'est génial. Mais une pétition pour la protection de la forêt amazonienne n'est qu'à 159 signatures", s'est-il amusé. "On s'insurge contre moi mais je suis le type qui s'est rendu sur place, dans la jungle, pour essayer de la protéger !", a-t-il encore déclaré dans Entertainment Weekly. 

Pour la réalisation de "Eaten Alive", Rosolie a passé 60 jours dans la forêt tropicale à analyser les anacondas en compagnie d'une équipe de douze personnes. 

A LIRE AUSSI-Eaten Alive : le documentaire qui montre un homme se faire dévorer vivant par un anaconda

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nap4 - 03/12/2014 - 09:57 - Signaler un abus Ecolos ?

    Après ça qui pourrait douter de ce que les écolos ne sont définitivement complètement tarés !

  • Par ISABLEUE - 03/12/2014 - 12:27 - Signaler un abus Imbécile

    crétin...

  • Par phegp - 04/12/2014 - 10:32 - Signaler un abus Bon pour l'asile,

    ce type.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€