Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eagles of Death Metal de retour à Paris : un "devoir sacré" pour le chanteur Jesse Hugues

Les Eagles of Death Metal, le groupe de rock qui jouait au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre, ont relancé leur tournée samedi à Stockholm et seront mardi à l’Olympia.

Show must go on

Publié le
Eagles of Death Metal de retour à Paris : un "devoir sacré" pour le chanteur Jesse Hugues

Les Eagles of Death Metal en concert. Crédit Reuters

Jesse Hugues, leader du groupe Eagles of Death Metal, dit avoir été "chargé par Dieu" de revenir jouer à Paris, dans un entretien accordé à l'AFP samedi 13 février à Stockholm où le groupe se produisait pour la première fois depuis le Bataclan.

"Après toutes ces semaines, on avait besoin de vous. Vraiment besoin", a-t-il lancé durant le concert au millier de fans présents dans la salle, mais il n'a pas fait d’allusion directe aux attentats du 13 novembre.Après ce concert suédois, le groupe sera mardi à l'Olympia pour un concert chargé d'émotions. Tous ceux qui assistaient au concert du 13 novembre, qui affichait complet avec 1.500 billets vendus, ont été invités. Des rescapés du Bataclan et des proches des victimes seront présents, mais certains ont décliné l'invitation, soit parce qu'ils ne sont pas en état de s'y déplacer, soit parce qu'ils considèrent qu'il est encore trop tôt.

Pour Jesse Hughes, l’objectif est de "terminer" le concert tragiquement interrompu. Cette date est "bien plus qu’un spectacle. Il a un but et une responsabilité bien au-delà du divertissement".

Baptisée le "Nos Amis Tour", cette tournée compte deux autres dates en France, à Nîmes le 2 mars et à Lille le 7 mars. Pour éviter d’alimenter un éventuel "marché noir" autour de la soirée de l’Olympia, des places sont "régulièrement" mises en vente, a précisé cette semaine le producteur Nous Productions.

Ce concert, du fait des nombreuses invitations, ne générera pas de bénéfice, ont précisé les organisateurs.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€