Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cyber-espionnage : la reine de beauté Cassidy Wolf observée via le logiciel Blackshades

Pendant un an, un hacker a espionné Miss Teen USA par le biais de sa webcam. Grâce à un simple logiciel espion, il a contrôlé la caméra de la belle à distance, sans que celle-ci s'en aperçoive. Il alors pu prendre des photos d'elle nue et écouter toutes ses conversations.

Creepy

Publié le
Cyber-espionnage : la reine de beauté Cassidy Wolf observée via le logiciel Blackshades

Cassidy Wolf  Crédit Wikimedia Commons

L'histoire fait froid dans le dos. Pendant un an, un hacker a espionné Miss Teen USA, Cassidy Wolf, par le biais de sa webcam. Grâce à un simple logiciel espion, Jared James Abrahams a été en mesure de contrôler la caméra de la belle à distance, sans que celle-ci s'en aperçoive.  Il alors pu écouter les conversations privées qu'elle a eu avec sa mère et son frère dans sa chambre et prendre des photos d'elle nue.

C'est en ouvrant un mail que la reine de beauté découvre l'horreur de sa situation. Un jour, le hacker lui envoie un message l'avertissant qu'il a des photos d'elle nue et menaçant de les rendre publiques. Il lui explique également que grâce au traqueur qu'il a installé sur son compte mail, il peut savoir l'instant exact où elle a lu la lettre. En voyant ça, "j'ai jeté mon iPhone à travers la pièce", a confié Cassidy Wolf à CNN. "Ma mère et moi étions choquées et en larmes. Nous n'arrivions pas à croire que cela puisse vraiment arriver".

Elles ont alors appelé la police et le hacker a ensuite été condamné à 18 mois de prison.

Désormais, Cassidy Wolf éteint sa webcam et ferme son ordinateur quand elle n'est pas devant. Elle conseille d'ailleurs aux autres internautes de faire de même. Car la jeune femme fait partie des un demi-million de malchanceux qui ont été victimes de logiciels espions. 79 personnes ont récemment été arrêtées pour s'être servies de BlackShades Remote Access Tool. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€