Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corée du Sud : une accro aux jeux vidéo tue son enfant

La jeune femme avait accouché pendant une partie dans un cybercafé.

Droguée

Publié le

Une jeune femme de 26 ans a été arrêtée en Corée du Sud pour avoir tué son bébé alors qu’elle jouait à des jeux sur Internet dans un cybercafé.

Selon la police, elle s’y rendait  presque tous les jours pour jouer. Elle s’est interrompue pour aller accoucher dans les toilettes. Elle aurait ensuite mis l’enfant dans un sac plastique avant de s’en débarrasser sur un parking des alentours.

"Elle a joué jusqu'au dernier moment, avant d'aller donner naissance dans les toilettes du café", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police du district Songpa, de la capitale sud-coréenne.

Selon le gouvernement sud-coréen, il y aurait deux millions d’accros aux jeux vidéo dans le pays sur une population totale de 50 millions.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rhytton - 11/04/2012 - 10:16 - Signaler un abus Sociopathe...

    http://www.dailymotion.com/video/xbrbv5_un-joueur-de-call-of-duty-joue-au-m_videogames (tout ce que dit le hardcore gamer est ce qu'on entend sur le chat online de COD)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€