Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cinéma : les 20 plus gros flops de 2017 en France sont...

Onze films français figurent dans ce "flop 20", selon le site Puremédias.

Boudé par le public

Publié le
Cinéma : les 20 plus gros flops de 2017 en France sont...

Le site Puremédias.com a sorti la calculette en cette fin d'année pour découvrir quels films ont le moins bien marché dans les salles françaises. Le site a utilisé les chiffres compilés par CBO-Boxoffice pour calculer le nombre total de spectateurs, mais aussi le nombre de spectateurs par salle qui projette le film, indicateur qui les met tous à égalité. 

Onze films français font partie de ce classement, soit plus de la moitié, relève Puremédias. Parmi les échecs : le film "Plonger" de Mélanie Laurent, avec Gilles Lellouche, a coulé à pic avec 34.800 entrées au total, pour une moyenne de 295 spectateurs seulement par salle.  "Le Fidèle" avec Matthias Schoenaerts et Adele Exarchopoulos, fait à peine mieux avec 40.400 entrées. Le film "Bad Buzz" d'Eric et Quentin porte, lui, bien son nom puisqu'il n'a obtenu que 40.400 entrées, avec une moyenne de 181 spectateurs par salle.

Mais le plus gros flop de l'année n'est pas français : il s'agit de l'"Outsider", avec Liev Schreiber, Elisabeth Moss et Naomi Watts. Il n'a attiré que 21.600 spectateurs dans 123 salles, avec une moyenne de 175 spectateurs par salle. 

Le pire film sur le citère des spectateurs par salle est "The Last Face" de Sean Penn, présenté au festival de Cannes et dans lequel Javier Bardem donne la réplique à Charlize Theron. Projeté sur 250 écrans, le long-métrage n'a cumulé que 42.600 entrées, soit 170 spectateurs par salle. 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 31/12/2017 - 18:22 - Signaler un abus Le chat a l'air moins

    débile que ces deux débiles.

  • Par Paul Emiste - 01/01/2018 - 09:34 - Signaler un abus Ce n´est pas grave...

    ça ne coûte rien c´est l´état qui paye...

  • Par Raymond75 - 02/01/2018 - 08:59 - Signaler un abus Minable

    Le cinéma français est de plus en plus minable : une 'vedette' dont le cachet absorbe l'essentiel du budget, une histoire intimiste et insignifiante, un décor qui se limite à un pavillon de banlieue. Je ne vais pratiquement plus voir de films français.

  • Par cloette - 02/01/2018 - 19:38 - Signaler un abus cinéma français

    nul, il n'a jamais bien brillé d'ailleurs

  • Par Anguerrand - 02/01/2018 - 21:08 - Signaler un abus Ils se moquent bien de l'échec de leurs films

    De toute façon tous les acteurs, metteurs en scène etc, seront payés. Payés par nos impots, cas unique dans le monde, ce qui explique la médiocrité de cette production. 200 films français sortent chaque année et seuls 3 ou 4 ont du succès. Les bénéfices sont alors distribués aux acteurs, puis ils ont un chomage candaleux ( coût plus d'un milliards d' €, mais aucune clause ne les obligent à participer aux navets payés par nos impots. Et la les acteurs déménagent pour ne pas payer les impots sur les sommes gagnés en France ( Omar S'y, Dany Boon, etc). Ou sont les Gabin, Lino Ventura, BB, Rochefort, Claudia Cardinale, Delon ?) pas étonnant que les guignols d'acteurs actuels ne fassent pas de chef d'œuvres

  • Par Alain Proviste - 03/01/2018 - 11:01 - Signaler un abus Le cinéma est un art mineur

    Déjà que les grands succès sont souvent très oubliables, que penser des échecs ? Blague à part, je pense que notre cinéma est victime de 2 phénomènes : il est victime de la Guerre des Etoiles (au sens de la Guerre Froide = attrition par la machine de guerre US, on ne peut pas rivaliser avec les grosses productions et les films de genre). D'autre part il y a eu de notre part une dérive intellectuallisante (quand c'est chiant c'est bien) et sociâââle. Veut-on vraiment payer pour aller voir des chômeurs qui se lamentent dans une cuisine ? Restent les subventions...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€