Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les cendres de David Bowie dispersées à Bali

Le chanteur britannique, mort le 10 janvier, souhaitait que ses funérailles respectent les rituels bouddhistes.

This is not America

Publié le
Les cendres de David Bowie dispersées à Bali

David Bowie, mort à 69 ans d'un cancer du foie, avait demandé dans un testament à ce que ses cendres soient répandues sur l'île indonésienne de Bali, a révélé vendredi le New York Post.

Dans un testament d'une vingtaine de pages, signé le 25 août 2004 et déposé dans un tribunal de Manhattan, le chanteur avait écrit : "Je demande que mes exécuteurs [testamentaires] s'arrangent pour que mes restes soient amenés sur l'île de Bali et incinérés selon les rites bouddhistes de Bali".

Il poursuit que "si cela n'est pas pratique, alors je demande que mes exécuteurs fassent incinérer mon corps et que mes cendres soient dispersées à Bali".

La famille de la légende du rock, mort le 10 janvier, deux jours seulement après la sortie de son dernier album "Blackstar", n'avait rien laissé filtré de ses dernières volontés, évoquant une cérémonie privée.

David Bowie aurait passé un certain temps à Bali, ainsi qu'ailleurs en Indonésie. 

Le New York Post affirme par ailleurs qu'il aurait légué près de la moitié de sa fortune, estimée à 100 millions de dollars, à sa femme Iman. Certains amis et assistants, ainsi qu'une ancienne nounou, sont également cités dans le testament.

Le fils de Bowie, Duncan Jones (44 ans), héritera d'un quart de la fortune de son père. Quant à sa fille, Lexi Jones, âgée actuellement de 15 ans, elle devra attendre son 25e anniversaire pour bénéficier de son héritage.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€