Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un célèbre glacier vénézuélien ferme faute de lait

En raison d'un ralentissement économique, le pays souffre de graves pénuries.

Tristes fêtes

Publié le
Un célèbre glacier vénézuélien ferme faute de lait

Le célèbre glacier vénézuélien souffre des pénuries  Crédit Reuters

Un magasin de crème glacée figurant dans le Guinness des records pour ses 863 saveurs différentes est devenu la dernière victime de la crise économique au Venezuela . "Nous sommes fermés pendant la saison en raison d'une pénurie de lait," annonce sur sa page Facebook Coromoto, le magasin de crème glacée le plus célèbre dans la ville de montagne de Mérida. La boutique, très populaire parmi les touristes pour ses saveurs exotiques et étranges, allant de la bière aux haricots, est fermée depuis le réveillon de Noël.

Toute l'année, les Vénézuéliens ont souffert de graves pénuries de produits de base, allant du papier toilette aux pneus, en raison d'un ralentissement économique, d'une inflation la plus élevée dans les Amériques et de l'impact des contrôles stricts des devises.

Le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro reproche à l'opposition et aux élites les plus riches du Venezuela d'exacerber les problèmes économiques du pays en épargnant et en pratiquant des prix abussifs. Il les accuse de mener une "guerre économique" contre lui. 

Les pénuries ont agacés les Vénézuéliens ainsi que l'ensemble de la classe politique et ont contribué à une baisse de la popularité de Maduro. Selon un sondage local, seulement 24% des Vénézuéliens le soutiennent encore. C'est moins de la moitié qu'il y a un an lors de son élection.  

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 30/12/2014 - 17:48 - Signaler un abus C'est beau le socialisme/ marxisme

    Partout ou il sévit, le résultat est le même, la misère, une économie de pénurie, n'est ce pas Mr Hollande et Cie? Quand on pense que des Melanchon ou MLP veulent appliquer à ce jour la même politique " sociale", celle qui nivelle par le bas, et élimine ces salauds de " riches". Justice, égalité le credo du socialisme, pas un discourt des politiques de gauche sans ces jolis mots mortels.

  • Par Texas - 31/12/2014 - 09:49 - Signaler un abus En bon marxiste...

    ....bien bas du plafond , Mr Maduro invoquera toujours des " influences extérieures néfastes " pour justifier la pénurie . Pour les Socialo-Marxistes ( les nôtres y compris ) , les problèmes viennent toujours de l' exterieur , c' est un de leurs marqueurs classiques face aux difficultés .

  • Par langue de pivert - 31/12/2014 - 11:32 - Signaler un abus Sorbet de rose ! ☺

    Z'ont qu'à se torcher le cul avec leur bulletin de vote, sucer de la glace et rouler sur les jantes ! Pour le lait qu'ils traient la vache socialiste jusqu'au sang ! Cet article illustre bien "l'internationalité" du socialisme et de ses effets : les opposants épargnent (pas d'huile dans la machine socialiste...comme moi :-) et il reste le noyau dur des fidèles (24 %)...les assistés/arrosées...comme chez nous ! Bon ne soyons pas inutilement méchant, on va leur envoyer Mélanchon : si ça sert à rien ça débarrasse !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€