Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Allaitement : elle loue ses seins sur Internet pour 20 euros de l'heure

Une pratique illégale et dangereuse pour la santé du bébé.

Tout se vend

Publié le
Allaitement : elle loue ses seins sur Internet pour 20 euros de l'heure

Une internaute propose de louer ses seins (illustration). Crédit REUTERS/Pilar Olivares

"Je suis une jeune maman en pleine santé, infirmière de formation, 29 ans, et loue mes seins pour l'allaitement de nourrissons." C'est la curieuse annonce qu'on peut lire sur le site e-loue.com. Les tarifs : 20 euros de l'heure, et 100 euros par jour. La femme ajoute qu'elle peut aller jusqu'à 10 tétées à la journée et explique sa démarche : "Les couples d'hommes homosexuels n'ont pas la chance de pouvoir allaiter leur bébé, or l'allaitement permet aux bébés d'être en meilleure santé".

Alexandre Woog, directeur d'e-loue confirme qu'il s'agit d'une proposition sérieuse : "Après vérification de notre service de modération auprès de la dépositaire de l'annonce, nous avons conclu qu'elle était sérieuse". Le site affirme ne pas prendre parti au débat sur le mariage pour tous. Tout comme la femme qui loue ses seins. "Elle n'a pas de message politique à transmettre. C'est un réel service rendu à la personne, une sorte de modernisation du rôle de nourrice", affirme Alexandre Woog. Deux demandes de location ont été faites en une semaine.

Problème : d'après l'article L2323-1 du Code de la santé publique, une femme ne peut vendre son lait. Seuls les lactariums sont autorisés à stocker et à distribuer du lait maternel, mais il est bien précisé que cette activité est à but non lucratif.

De plus, le don de lait peut être dangereux pour la santé du bébé s'il se pratique en dehors des lactariums qui vérifient les conditions de santé des donneuses, et la qualité bactériologique du lait avant et après pasteurisation. Les risques sont d'ordre infectieux, puisque le lait peut être contaminé par des bactéries ou des virus : staphylocoques, streptocoques, hépatites B et C, VIH ou encore T-lymphotropique.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€