Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 17 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Al Gore veut créer une nation avec un continent de déchets

Le "vortex de déchets du Pacifique nord" rassemble des déchets en tout genre et fait la taille de la France.

Idée

Publié le
Al Gore veut créer une nation avec un continent de déchets

Un véritable continent de déchets peut-il devenir un Etat ? La question incongrue est soulevée par une ONG, la Plastic Oceans Foundation, qui a décidé de porter sa demande devant les Nations Unies, début septembre. En effet, l'article 1 de la Convention de Montevideo, signée en 1993, stipule les critères pour qu'un pays existe : des frontières et une population. L'immense monticule de déchets qui circule dans l'Atlantique nord a désormais plus de 100 000 signataires, dont l'ancien vice-président Al Gore, qui se disent prêts à en être des citoyens.

Une agence de publicité s'est même chargée de concevoir un passeport, un drapeau et même des billets de banque.

Evidemment, la démarche a peu de chances de se réaliser mais met, une fois de plus, en lumière le problème des déchets dans les océans. L'amas du Pacifique nord fait ainsi la taille de la France et est créé par un vortex qui ramène plus de 7 millions de tonnes de déchets, juste sous la surface. Un vortex similaire a été découvert en 2010 dans l'Atlantique. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lémire - 19/09/2017 - 15:04 - Signaler un abus Crétin

    Et on se demande encore pourquoi il est si méprisé aux US, en-dehors des universités politisées...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€