Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Académie française s'oppose "à toute réforme de l'orthographe"

Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, assure que l'Académie n'a eu aucune part dans la réforme de l'orthographe et qu'il faudrait, plutôt que de modifier l'orthographe, "revoir totalement" le système éducatif.

Clarification

Publié le
L'Académie française s'oppose "à toute réforme de l'orthographe"

Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, a tenu un faire une mise au point dans le Figaro, suite au débat qu'a suscitée la resurection, par le ministère de l'Education nationale, de la réforme de l'orthographe. "Je n'ai pas compris les raisons qui expliquent l'exhumation d'une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l'Académie française n'a eu aucune part, à l'inverse de ce que l'on a voulu faire croire", déclare-t-elle. "Je rappelle qu'à l'époque on réfléchissait à l'idée de simplifier l'apprentissage de l'orthographe par les élèves", explique-t-elle.

Mais près de trente ans plus tard, "nous sommes devant une situation radicalement différente: notre système éducatif s'est écroulé (...) Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif."

L'historienne se dit "stupéfaite d'entendre dire que l'Académie française aurait inventé cette réforme de l'orthographe, ou l'aurait soutenue". Elle rappelle que "l'Académie n'a jamais varié sur ce point: une opposition à toute réforme de l'orthographe, mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications, qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps".

Elle renvoie aux vifs débats qui ont accompagné, en décembre 1990, la publication du texte au Journal officiel. "L'Académie, dans son ensemble, a marqué son désaccord avec ce texte et les voix d'un certain nombre de ses membres, tels Jean d'Ormesson, Alain Peyrefitte, Félicien Marceau, Claude Lévi-Strauss, Maurice Schumann, Bertrand Poirot-Delpech ou encore Michel Déon, ont porté le refus général".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gré - 14/02/2016 - 18:21 - Signaler un abus Je lis "Suite au débat qu'a

    Je lis "Suite au débat qu'a suscitée la resurection", et j'éclate de rire.

  • Par FR - 14/02/2016 - 20:51 - Signaler un abus Atlantico emploie des lycéens pour relire ses articles ..

    ... ou alors: personne ne relit les articles? mais qui peut commettre, même dans un premier jet, des fautes aussi désastreuses que celles dont ce journal, que je lis régulièrement, nous gratifie en toute indécente générosité ? Mystère... C'est ballot, pour tout dire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€